Rate this post

[dropcap class=”kp-dropcap”]L[/dropcap]es élèves du lycée Donka se sont attaqués au Centre Hospitalier Universitaire Donka (CHU) ce mercredi 26 février 2014 suite à la mort d’un de leur alors qu’il  était en danger et n’a pas pu être sauvé par les médecins.  

Un élève du lycée Donka rencontré juste après l’annonce de la mort, Simone Pierre Koivogui, explique: « nous avions organisé récemment un match de gala, au cours duquel notre collègue Moussa Mara a eu un choc dans son ventre et fut transporté à l’hôpital Donka. Où, les médecins ont dit qu’il faut une somme de deux millions de francs guinéens pour l’opérer. Les parents de notre collègue ont trouvé une avance de 1 000 000 GNF. Les médecins ont dit qu’il faut que la somme demandée soit au complet avant de procéder à l’opération de Moussa Mara. C’est entre temps que notre ami a rendu l’âme, voilà pourquoi nous avons tenu à manifester  notre colère devant cet hôpital dont les médecins ne regardent que l’argent.  Une manifestation qui malheureusement a été empêché par les policiers qui sont venus nous chassés avec les gaz lacrymogènes ».

De son côté, le médecin traitant le professeur Biro Diallo chirurgien chef de CHU Donka après avoir rappelé le sermon d’hypocrate dont tout médecin est tenu par ledit sermon a donné sa version des faits, pour dire qu’en tant que professionnel de la santé, leur mission c’est d’abord essayer de soulager le malade.

A en croire Biro Diallo, qu’ils ne mettent pas l’argent au-devant de la scène. Et que pour ce qui est du cas de Moussa Mara explique-t-il.  Il est venu dans un tableau de douleur abdominale, compte tenu qu’il y’avait aucune indication opératoire, nous avons jugés de le mettre en observation tout en surveillant les paramètres tous les jours. C’est hier mardi, on n’a constaté que son tableau s’aggravait c’est ainsi qu’on s’est dit qu’il avait une infection quelque part. C’est en ce moment qu’on l’a opéré vers les 16heures. L’infection ayant gagné du terrain sur l’état général ce qui explique son décès, a-t-il ajouté.

Pour sa part, la Directrice Générale dudit hôpital, Hadja Fatou Sikhé Camara se dit surprise du comportement des élèves du  lycée Donka  de venir s’attaquer à l’hôpital dont-elle qualifie d’un manque d’éducation et de civisme de ces élèves qui veulent résoudre tous les problèmes par la violence. Car, selon elle tous les jours il y a un pourcentage de malades de l’hôpital meurt. Et que si, tous les jours les gens devaient réagir parce que quelqu’un est mort on ne serait pas la aujourd’hui.

A l’en croire à ces multiples agissements, l’on peut dire que le suivisme fait de plus en plus place violence en République de Guinée surtout au niveau de la jeunesse qui pourtant est l’avenir du pays.

Oumar M’Böh pour Aminata.com

622624545/666369744

mbooumar@gmail.com

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here