Ce 5 mai 18, le  musée d  Fouta a  accueilli  la  présentation  officielle de l’ouvrage intitulé ‘’l’épopée de  Bokar  Biro’’ selon Farba  Keba Sow de  Labé, ouvrage présenté  par  Maladho  Sidy Baldé.

Pour  l’occasion  le  autorités  administratives  à  travers  les  responsables  des  cabinets  des  Gouverneur et  préfet y  ont pris  part  ainsi  que certains responsables  religieux  et  la  grande  famille  Awlubhe  dont  la  femme  et  les enfants  du  grand  chroniqueur  qu’était Farba  Keba.

En  introduction, le  professeur Bonata  Dieng s’est  fait  le  devoir de  comparer la  finesse  d’un  farba  d’alors  dont le  savoir faire  nécessitait  au moins  une  décennie d’apprentissage  à  la  maitrise  de  l’histoire dans  une  université  de  nos  jours qui  en  nécessite  autant  de  temps.

Puis , le  directeur  de  cabinet du  gouverneur  de  région  Ouremba  Traoré  a justifié le  motif  de  l’absence  du  gouverneur  de  région pour  lui  ami  de  la  culture avant de  lancer  des  fleurs  au  couple  Bonata-Koumanthio pour son savoir et   savoir  faire  au  service de  la  région  et  du  pays  tout en  ayant cette  pensée  pour  l’auteur :

« vous  devez  vous  estimer  heureux, notre  pays a connu  d’immenses  intellectuels qui  n’ont  tous pas  pu  écrire et  quant on  sait  qu  la  jeunesse est  entrain  d’oublier  notre  passé, c’est  ça  votre  mérite ».

livrePuis le  directeur régional  des  services  de  sécurité Bokar  Biro  kanté lui  même  arborant e  nom  du  héros  de  Timbo  par  le  biais  d’une des  épouses  de  son  père  alors  la  fille  du  14 ème  Almamy a rappelé  son histoire avant  de  rabâcher  que  la  Guinée  est  une  famille.

Le doyen  Bah Kaba profitera  de  l’occasion  pour rappeler que  le  père  de  Mr  Keita a été  son  maitre  au  CE2.

Séance tenante, la  veuve et  cousine de  feu  Farba  Kaba,Thierno  Laouratou  Sow et  Ses  enfants au  nombre de  6 dont  un  rappelé  à Dieu  ont  été  présentés  et  sa  biographie  lue  par  un  de  ses  petits  enfants qui  ne  manquera  pas de  rappeler  sa  virtuosité (ayant  débuté  le  coran    3 ans, il  le  finira  par  trois  fois avant l’âge de  12 ans).

Le poète  Sékou  Cissoko ne  manquera  n’on  plus  d’arracher  l’émotion  des  maitres  de  la  parole  en  faisant  une  élégie  au  grand  chroniqueur  Farba  Kéba .

Du côté de  l’auteur  du  livre, les  sages de  Salambandé  par  le  biais  de Thieno Mamadou  Dian  Abadida ont  signifié  leur  soutien  à l’auteur, son  œuvre  et  exhorté  que  les  familles  se  rapproprient  de  leur  histoire, qui  doit  être  lue  de  l’angle  de  nos  regards  et  pas  de  celui  de  tiers.

Puis  Maldho  Siddy Baldé a  pris  la  parole  alternant  pular  et  français expliquant  qu’il  est  difficile  dans  un  ouvrage  de  cerner la  dimension artistique  et  historique du  grand  chroniqueur   Farba Kéba  et  encore  plus  difficile  de  peindre  un  personnage  historique  national de  la  trempe  de  Bokar  Biro.

II avouera n’être  ni  de  l’Aristocratie Kaldouyanke  d’alors, ni de  la  famille  des  maitre  de  la  parole  ,c’est  juste  une  passion  qui  l’a  instillé cette  volonté de  revisiter l’histoire.

Il avouera  aussi  avoir  été  confronté à  deux  versions ,celle  de  Farba  Niala et celle  autre  de  Farba  Kaba  toutes  deux  des  classiques mais  par  possibilité  de  vérifier  mieux  les  dires  du  second  par proximité  de  certains  acteurs ,il  a  pris  cette  option.

L’auteur  avoue avoir commencé à travailler  avec  Farba  Keba à compter  de 1987 soit  deux  avant  son  décès et  a  dû  continuer  avec  ses  héritiers et  son  épouse. Il  n’a  non  plus pas  manquer  de  signifier  sa  reconnaissance  aux  professeurs  Aminatou  Bah, Bonata  Dieng et  Bailo Teliwel Diallo tous  dans la salle.

Après  sa  communication, cinq minutes  ont  été  consacrées à l’audition  d’une  partie  de  la  version  sonore  de  l’épopée de  Bokar  Biro  réalisée  par  Farba  Kéba, incontestablement,  le  dernier  Gaoulo  d’envergure  de  l’histoire  du  Labé. Et  des  questions  directement  répondues  par  l’auteur ont  permis  de  clore la  séance.

Ousmane K. Tounkara, correspondant d’Aminata.com