orange guinee guicopres uba guinee votre
Des jeunes lauréats du prix de la Fondation Tony Elumelu
Des jeunes lauréats du prix de la Fondation Tony Elumelu

« L’engagement des jeunes pour une action mondiale » 

Contribuer à la réponse à la COVID-19 et au recouvrement en Afrique.”

By AFRICA RENEWAL 

Récits en quatre volets tirés de la série des blogs de l’Envoyée du Secrétaire général des Nations Unies pour la jeunesse :“Meet 10 leaders who can inspire you to change the world.” (A la rencontre de 10 leaders qui peuvent vous inspirer pour changer le monde »)

 

 

“1 PERSONNE, 1 GEL ANTIBACTÉRIEN”

Les pénuries de fournitures essentielles sont un problème même dans certains des pays les plus développés.

Naturellement inquiets, la plupart des gens ont trouvé des moyens de répondre à la demande.

Lorsque les premiers cas de coronavirus ont été découverts au Cameroun, Christian Achaleke, 26 ans, qui travaille dans le développement, s’est rendu compte que l’État n’avait pas mis en place de mesures d’urgence pour le confinement et sa gestion. Il a donc décidé de faire quelque chose à ce sujet.

Commençant par son propre bureau, il a demandé à une collègue responsable de la logistique d’acheter du désinfectant pour les mains mais elle n’ en a troué qu’au double du prix habituel. Ils n’ont pu s’en acheter qu’un.

Peu de temps après, Christian a vu un reportage sur un médecin et sa fille qui ont pu produire du désinfectant pour les mains fait maison grâce à une recette de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

 

Ses collègues et lui sont alors allés acheter des ingrédients, ont suivi la recette de l’OMS et ont testé le mélange. Ils ont ensuite conçu un plan pour lancer une campagne visant à offrir du désinfectant pour les mains aux gens dans la rue, tout en incitant les gens à prendre conscience des risques liés à la propagation du virus.

Pour lancer le projet, ils ont décidé d’annuler leur retraite annuelle et de puiser dans leurs salaires. Leur objectif principal était d’inciter les jeunes à agir de manière responsable et à diffuser des informations correctes, et d’aider les gens à suivre les mesures préventives, dont le coût était devenu prohibitif.

Il a fait appel à des professionnels de la médecine et du développement dans tout le pays pour l’aider à développer cette idée, qui est devenue la campagne « 1 personne, 1 gel antibactérien ». Il a déplacé son projet dans un laboratoire et a engagé des pharmaciens, des médecins, des ingénieurs sanitaires et des infirmières pour l’aider.

Bien que le désinfectant proprement dit soit essentiel, Christian veut s’assurer que l’équipe chargée de l’étiquetage et de la distribution met l’accent sur la sensibilisation afin d’encourager les individus à suivre les recommandations de l’OMS pour freiner la propagation du virus. Ils aident les gens à se laver les mains et à éliminer la désinformation qui peut coûter des vies.

 

STATIONS DE LAVAGE DES MAINS ET SENSIBILISATION COMMUNAUTAIRE

Dans de nombreuses communautés à travers le monde, la pandémie COVID-19 a mis en évidence de nombreuses lacunes, d’où la nécessité de trouver des solutions interdisciplinaires.

La section béninoise du Parlement mondial des jeunes pour l’eau, par exemple, a lancé une initiative pour lutter contre la COVID-19 en améliorant l’accès à l’eau potable et au savon.

Avec le soutien d’Helvetas, une organisation suisse de développement, et du Fonds néerlandais pour les acteurs non étatiques OmiDelta, des jeunes travailleurs béninois ont construit des stations de lavage des mains à partir de matériaux recyclés et les ont distribuées à diverses communautés. 

 

 

In many communities across the globe, the COVID-19 pandemic has exposed many gaps, resulting in the need for interdisciplinary solutions..

The Beninese chapter of the World Youth Parliament for Water, for example, has launched an initiative to fight COVID-19 by increasing access to clean water and soap. With the support of Helvetas, a Swiss development organization, and the Netherlands’ OmiDelta Non-State Actors Fund, Beninese youth workers built handwashing stations from recycled materials and distributed them to various communities.

 

 

En plus des stations, les volontaires ont lancé une campagne de sensibilisation et de formation, en éduquant les familles sur les mesures de sécurité et d’hygiène correctes, et en leur donnant les moyens de partager ces informations avec d’autres.

Récemment, ils ont commencé à étendre leur initiative vers les régions situées le long des frontières avec le Nigeria, le Niger et le Burkina Faso, ainsi que sur diverses plateformes de médias sociaux.

Du 6 avril à ce jour, plus de 500 stations gratuites ont été distribuées, et plus de 50 jeunes ont été formés pour les construire et apprendre aux autres à les utiliser.

 

 

EXPERTISE MÉDICALE ET COMMUNAUTAIRE

Jonas Havugimana, ou Dr Jonas, comme on l’appelle à Kiziba, le plus ancien camp de réfugiés du Rwanda, a consacré sa vie à aider les autres.

Originaire de la République démocratique du Congo, Jonas, 29 ans, a été sélectionné pour être étudiant dans le cadre du DAFI (Albert Einstein German Academic Refugee Initiative) en 2012 et, en 2018, il est devenu le premier réfugié à obtenir un diplôme de médecine au Rwanda.

Dans leur rôle essentiel de professionnels de la santé à l’hôpital du district de Byumba, dans le nord du Rwanda, ses collègues et lui passent leurs journées à travailler au triage et au dépistage des cas suspects et positifs de la COVID-19 et à les orienter vers le Centre national de traitement pour un suivi et un traitement ultérieur.

Jonas, cependant, a poussé son travail un peu plus loin. Motivé par son désir d’aider les autres, il s’est rendu sur WhatsApp pour aider à traiter et à prescrire des médicaments aux réfugiés congolais aux États-Unis et en Finlande qui ont été testés positifs pour la maladie, en suivant leur progression et en s’assurant qu’ils se rétablissent complètement.

Pour Jonas, cela fait partie de la volonté de rendre service : « J’ai été très heureux d’aider non seulement les communautés environnantes mais aussi mes collègues réfugiés congolais qui vivent loin de moi », explique-t-il. En fin de compte, Jonas veut aider à offrir à d’autres des opportunités comme celle qu’il a reçue par le biais du DAFI : « Je viens d’une grande famille non éduquée. Voir ce que l’éducation peut apporter aux familles et aux communautés est ma plus grande motivation ».

 

 

SEAUX D’EAU ADAPTABLES, DÉSINFECTANTS, SAVONS ET GEL ANTIBACTÉRIEN

Comme dans de nombreux pays du monde, les populations vulnérables du Cameroun risquent davantage d’être touchées par la pandémie de COVID-19. Les fermetures d’écoles et les difficultés accrues d’accès aux services publics s’ajoutant désormais aux problèmes préexistants, il est à craindre que les effets de la pandémie ne les touchent de manière disproportionnée, ce qui entraînerait l’accroissement des inégalités telles que le déficit d’alphabétisation, en particulier parmi les personnes déplacées à l’intérieur du pays (PDI).

Pour y remédier, Velveeta Viban, la fondatrice de I am Human Org, a lancé un projet d’éducation à la réponse aux crises pour aider plus de 700 personnes déplacées à l’intérieur du pays qui ont fui les troubles civils dans différentes parties du pays et qui vivent dans des communautés groupées avec un accès limité aux besoins de base. 

 

 

Son projet leur fournit des seaux adaptables pour la distribution d’eau, des désinfectants, des savons et des désinfectants pour les mains afin d’améliorer leurs conditions sanitaires, surtout à une époque comme celle-ci où il est essentiel de se laver les mains. Pour accroître l’impact de son projet, Velveeta s’est associée à Youths4Change, dirigé par Kabila Gana Lapnet. Grâce à ce partenariat, ils fournissent également aux enfants de tout le Cameroun du matériel éducatif comme des cahiers d’activités, des vidéos animées, des tableaux et des jeux afin qu’ils puissent maintenir leur éducation

Footnotes« 

© 2020 Africa Renewal

Pour plus d’informations sur COVID-19, consultez le site https://www.un.org/fr/coronavirus

Afrique Renouveau

Apropos Alpha Oumar Diallo

Alpha Oumar Diallo est journaliste de formation. Issu de l'Institut Supérieur de l'Information et de la Communication (ISIC), ce jeune pétri de talents et d'objectivité a travaillé dans de nombreuses rédactions en Guinée et a collaboré avec de médias étrangers. Passionné de l'écriture, il traite régulièrement des sujets d'actualité en toute impartialité et fait des analyses objectives.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »