A LA UNEPolitique

Le chef de quartier de Dar-es-salam 2 : « il y a des gens malintentionnés »

Lors de la rencontre avec les autorités en charge du déguerpissement des occupants de la décharge de Dar-es-salam lundi 02 juillet 2018, le chef de quartier du lieu concerné a donné son point de vu face à la décision des autorités de déguerpir les lieux à un bref délai.

Selon M. Charle Damba le gouverneur de la ville de Conakry les a invités le jeudi passé, il les a dit que l’argent que les gens doivent recevoir est déjà prêt. « Mais il y a des gens malintentionnés. Nous sommes allés, on a passé l’information au niveau de la commune. Mais quand ils sont venus, ils se sont retrouvés, certains se sont rebellés contre nous. Donc c’était difficile de dialoguer avec eux. Mais aujourd’hui, nous sommes rassurés que les gens doivent quitter forcement. S’ils ne quittent pas, les mesures qui sont prises contre eux, quand ça elles seront appliquées, nous allons tous perdre. Donc, il nous revient maintenant d’aller les informer, très sincèrement pour qu’ils aient la conscience de venir prendre l’argent ».

Il a poursuivi son intervention, en disant qu’il compte plaider pour ces riverains auprès des autorités, mais, en condition qu’ils négocient en ayant la conscience de venir chercher leur argent : « s’ils acceptent de venir prendre l’argent, je vais plaider pour eux auprès des autorités pour un prolongement même si c’est 10 jours pour qu’ils puissent récupérer leurs tôles, les portes qui pourront les aider devant. Parce qu’on a donné 24 heures, ils ne pourront pas récupérer ces matériaux là pour aller s’installer ailleurs. S’ils ont la bonne fois de venir récupérer l’argent, je vais demander cela aux autorités qu’elles prolongent un peu pour eux. S’ils ont la bonne fois, au cas échéant, je ne peux rien faire. Moi je suis un avocat, je défends mon avocat client jusqu’à l’ultime sacrifice,  une fois qu’il est condamné à mort, je ne peux rien. Donc, la décision est prise par l’Etat, je ne peux rien contre cela. Je les encourage à venir prendre l’argent », a ajouté le chef de quartier.

A LIRE =>  Coup d'État en Guinée: les ministres d'Alpha Condé interdits de quiter le pays, vers un gouvernement d'union nationale

M. Damba a ensuite poursuivi son intervention en soulevant quelques omissions qui le préoccupe beaucoup : « on a sauté quelques familles lors du recensement. Quand on nous a remis la liste, on a fouillé, certains noms n’existent pas. Donc si, les gens sont payés ici, ceux qui n’auront pas l’argent iront forcement chez moi pour réclamer leur argent. Ils vont dire que c’est de ma faute, car pour eux le travail vient de moi. Donc, ils n’ont qu’à nous aider à ce que ces gens-là aient leur argent», a-t-il sollicité.

Cette rencontre qui s’inscrivait dans le cadre de démarrer le payement de 20 millions à chacune des familles concernées a été boudée par les riverains.

Ibrahima Sory BARRY pour Aminata.com

Tel : (+224) 656 77 52 34

 

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Translate »
Enable Notifications    OK No thanks