A LA UNEPolitique

L’Afrique peut financer son développement mais a besoin d’un changement de paradigme

De la gestion de la pauvreté à une approche de gestion du développement

Par: 

Matilda Moyo

L’Afrique est confrontée à sa pire récession économique depuis 25 ans, en grande partie à cause de la pandémie COVID-19. On estime que l’économie du continent va se contracter de 2,6 % dans le pire des cas, poussant environ 29 millions de personnes dans l’extrême pauvreté et entraînant 19 millions de pertes d’emplois, tandis que les envois de fonds vers l’Afrique subsaharienne devraient diminuer de 23,1 % (37 milliards de dollars) rien qu’en 2020.

 

Le défi de l’Afrique n’est pas l’absence de liquidités ou de fonds pour financer le développement. Ses problèmes sont des flux financiers illicites massifs qui drainent les capacités de financement et le manque d’appropriation des ressources naturelles, associés à tout un discours construit autour de la gestion de la pauvreté plutôt que du développement, et décrivant l’Afrique comme un continent pauvre ayant besoin de l’aide de la communauté internationale.

Cristina Duarte

Conseillère spéciale pour l’Afrique auprès du Secrétaire général des Nations Unies

Les dirigeants du continent doivent de toute urgence trouver de nouveaux moyens de financer le développement, sous peine de prendre davantage de retard.

Le financement du développement de l’Afrique est déjà en panne, mais la pandémie COVID-19 menace d’inverser davantage la lenteur des progrès vers la réalisation des objectifs de développement durable (SDG) et de l’Agenda 2063 de l’Union africaine – les plans pour un avenir plus durable et qui répondent aux défis mondiaux tels que la pauvreté et le changement climatique.

Le président de l’Union africaine (UA) et président sud-africain, Cyril Ramaphosa, déclare : « La pandémie a fait reculer le processus des SDG, et nous avons maintenant besoin de ressources financières supplémentaires pour permettre aux économies en développement de réagir efficacement, non seulement à la pandémie, mais aussi de se rétablir et de reconstruire ».

  1. Ramaphosa soutient que la pandémie a considérablement réduit la marge de manœuvre budgétaire des pays pour respecter leur engagement à soutenir le développement. Il ajoute que les défis auxquels sont confrontés les pays en développement sont aggravés par la faiblesse des systèmes de santé publique, les filets de sécurité sociale limités, les niveaux élevés d’inégalité, le lourd fardeau de la dette, la réduction des recettes fiscales, les sorties de capitaux et le manque d’accès adéquat et suffisant aux marchés financiers.

En mars 2020, les ministres africains des finances ont appelé à un plan de relance de 100 milliards de dollars pour fournir aux gouvernements la marge de manœuvre budgétaire et les liquidités dont ils ont tant besoin. La sous-secrétaire générale des Nations Unies et conseillère spéciale pour l’Afrique, Cristina Duarte, estime que l’Afrique devrait adopter une nouvelle approche du financement du développement, une approche qui renforce ses systèmes et ses institutions afin d’améliorer la mobilisation des ressources nationales de manière à ce qu’elle puisse financer l’essentiel de son développement et redresser sa situation.

A LIRE =>  Transition en Guinée,  résumé de la journée du mardi 28 septembre 2021

En expliquant cette nouvelle approche, Mme Duarte déclare que « le défi de l’Afrique n’est pas l’absence de liquidités ou de fonds pour financer le développement. Ses problèmes sont des flux financiers illicites massifs qui drainent les capacités de financement et le manque d’appropriation des ressources naturelles, associés à toute une histoire construite autour de la gestion de la pauvreté plutôt que du développement, et décrivant l’Afrique comme un continent pauvre ayant besoin de l’aide de la communauté internationale ».

L’Afrique perd 89 milliards de dollars par an, soit environ 3,7 % de son produit intérieur brut (PIB), en flux financiers illicites, selon la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (CNUCED). L’organisation indique que la réduction de ces flux pourrait permettre au continent de conserver des fonds substantiels qui pourraient être affectés à la lutte contre la pandémie COVID-19 et au développement.

Mme Duarte, qui dirige le Bureau du conseiller spécial pour l’Afrique des Nations unies (OSAA), qui travaille avec l’UA et d’autres institutions multilatérales pour assurer un soutien cohérent au continent, estime que les pays africains, ainsi que les systèmes financiers et multilatéraux internationaux, doivent changer leur approche du financement du développement en Afrique.

Cela implique de passer d’une perspective essentiellement axée sur la gestion de la pauvreté à une approche de gestion du développement. L’approche de la gestion de la pauvreté identifie l’allègement de la dette et l’aide publique au développement (APD), entre autres, comme les principaux outils de financement du développement, tandis que l’approche de la gestion du développement se concentre davantage sur la mobilisation des ressources intérieures comme moyen fondamental de garantir un financement durable. Cette dernière approche est plus durable et contribue à préserver l’appropriation de leurs ressources par les pays en développement.

« Les pays africains ont la responsabilité de construire le nouveau récit de l’Afrique en changeant la façon de penser et en ne comptant plus sur l’aide extérieure, qui est très nécessaire, mais en s’appuyant d’abord sur les capacités et les compétences intérieures et nationales », déclare Mme Duarte, ajoutant que la lutte contre la corruption, la fraude fiscale et les flux financiers illicites sont les pierres angulaires d’une mobilisation réussie des ressources intérieures. Les dirigeants africains doivent également honorer les engagements pris dans le cadre du programme d’action d’Addis-Abeba de la troisième conférence internationale sur le financement du développement, notamment pour réduire sensiblement les flux financiers illicites, lutter contre la fraude fiscale et la corruption, réduire le coût des transferts de fonds et soutenir d’autres efforts visant à renforcer la mobilisation des ressources nationales.

A LIRE =>  Transition en Guinée,  résumé de la journée du Samedi,  25 Septembre 2021:

Selon Mme Duarte, cette nouvelle façon de penser signifie également un changement dans la perception de l’Afrique en tant que continent bénéficiaire de l’aide, qui devient une partie prenante et un acteur clé sur la scène mondiale, avec les mêmes droits et le même statut que toute autre région au sein des Nations unies et d’autres organisations internationales.

L’industrialisation verte

En outre, Mme Duarte soutient que l’Afrique peut exploiter son potentiel d’industrialisation verte en se concentrant sur trois facteurs clés : Tout d’abord, exercer la propriété de la gestion des ressources naturelles ; ensuite, progresser le long des chaînes de valeur mondiales ; et enfin, tirer parti de la zone de libre-échange du continent africain (AfCFTA) pour créer des chaînes de valeur régionales intégrées. Dans ce contexte, le développement des marchés de capitaux africains pour mobiliser les liquidités financières du continent sera crucial.

Elle recommande en outre que les solutions de financement soient adaptées aux circonstances uniques des différentes catégories de pays africains, notamment les petits États insulaires en développement (PEID), les pays les moins avancés (PMA) et les pays en développement sans littoral (PDSL).

Les solutions devraient également être adaptées aux pays en situation de conflit et aux pays fragiles à revenu intermédiaire disposant d’une marge de manœuvre budgétaire limitée, car ils sont vulnérables aux chocs extérieurs. Cela aidera ces pays à atténuer l’impact négatif de COVID-19 sur leur économie et à mieux reconstruire, dit-elle.

Enfin, selon Mme Duarte, il est nécessaire d’améliorer l’efficacité et de renforcer la responsabilité des mécanismes existants. Les pays africains doivent s’engager de manière constructive dans les différents processus en cours, notamment le groupe de haut niveau sur la responsabilité financière internationale, la transparence et l’intégrité pour la réalisation de l’agenda 2030 (FACTI Panel), récemment créé. Ce groupe complète les efforts actuels visant à améliorer le financement du développement, notamment en s’attaquant aux flux financiers illicites et en luttant contre la corruption.

« Ce sont des mesures cruciales pour aider les pays africains à débloquer des ressources pour financer la reprise et à mieux construire au-delà de COVID-19 », conclut Mme Duarte.

Pour plus d’informations sur COVID-19, consultez le site https://www.un.org/fr/coronavirus

Afrique Renouveau

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Translate »
Enable Notifications    OK No thanks