Le jeudi 15 novembre 2018 est entré dans l’histoire comme le jour où le nouveau conseil communal de Labé a officiellement pris fonction.

C’est dans une salle de réunion de la commune pleine comme un œuf que la cérémonie s’est ouverte à 11 heures par le discours du président de la délégation spéciale Elhadj Cellou Daka Diallo :

« depuis que nous sommes là, on fait un travail administratif et non un travail politique partisan et nous prions que Dieu donne la force à nos anciens collaborateurs aujourd‘hui aux commandes de servir Labé comme il se doit ».

Puis par mesure de prudence, le maire entrant Aliou Laly Diallo n’a pas dévoilé d’axes prioritaires estimant qu’un travail d’identification des besoins sera fait sur la base d’un plan de développement local, avant que les priorités ne soient catégorisées et rendues publiques.

Pour son discours de circonstance, le préfet de Labé Elhadj Safioulaye Bah a rappelé que le maire n’est plus sous la houlette de son parti de départ mais plutôt sous celle du ministère de l’administration du territoire et de la décentralisation.

Aussi le préfet de Labé a clairement indiqué que la nouvelle administration communale hérite d’un montant de deux millions cent quatre-vingt-quatre mille six cent seize francs guinéens et une ardoise de dette dix fois supérieure avec la précision que la fonction de conseiller communal n’est pas rémunérée.
Le gouverneur Sadou Keita a estimé que cette passation était pour lui une juxtaposition de joie et de douleur au regard de la rotation entre personnes sur le siège communal.

La c2érémonie s’est achevée peu avant 14 heures par la signature du procès-verbal de passation entre les maires entrant et sortant sous l’œil du préfet Safioulaye Bah.

Ousmane K. Tounkara, correspondant d’Aminata.com

PARTAGER