Deux jours après que les professionnels des médias aient communié à Conakry en psalmodiant des slogans visant a plus de liberté et de démocratie, la principale ville du Foûta Djallon a décidé d’épouser  la ferveur revendicative pour dénoncer les abus et violences exercées sur la corporation.

Les organisateurs ont passé les derniers jours à satisfaire les conditions administratives d’une marche qui finalement se tiendra demain à partir de 10 h sur l’habituel point de départ des marches qu’abrite la ville.

Déjà, ce mercredi des journalistes venus des principales stations locales ont communié dans une émission tenue sur les ondes de GPP pour expliquer les motivations de la marche,son itinéraire et les conditions de participation des sympathisants qui voudraient y prendre part.

La couleur retenue qui est le blanc se marie à l’esprit pacifique de la marche.

Aussi les médias ont tenu à épargner tout caractère identitaire a la marche qu’ils veulent voir se tenir dans un esprit pacifiste et citoyen sans aucune connotation negative.

 

Pour piqûre derappel,lors de sa première visite présidentielle à Labé,sous les yeux de    Alpha Condé  les journalistes locaux avaient été brutalisés et cette marche se tient 48 heures après qu’un colonel de la police Kama Bamba veille brutaliser deux journalistes au motif qu’ils ont enregistré une femme rescapée  d’un rapt dans un coin de la cour  de la police.

Ousmane K. Tounkara

 

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here