Alors que  l’idée d’installer les  élus au moins  des  circonscriptions  où  il  n’ a  pas  eu  de  contentieux est  d’actualité et  concerner 330 circonscriptions  électorales, les forces  politiques  principales  en  jeu  à  Labé ont  donné leur  point  de vue sur  la  question .

Mamadou Dian Diallo porteur  de  la liste de  la  mouvance aux  dernières  communales est  d’avis :« c’est  une  décision qui  est  partie des  négociations, le  RPG a  demandé à  ce  que  là où  il  n’y  aucun  problème que ces  communes soient  installées en  attendant pour  que l’administration  puisse  continuer, là où, il y a  conflit  de  deux  choses  l’une, ou on  installe  des  délégations  spéciales ou  on  refait  un  autre vote… »

Dans  le  camp  d’en  face, l’UFDG, le  regard  est  plus emprunt de  désolation et  comme  à son  habitude  Aliou  Laly Diallo porteur  de  la  liste  UFDG aux  dernières  communales  ne  fait  pas  de  cadeau : « il  était  du  rôle  du  ministre  de  l’administration  et  du  territoire d’œuvrer pour  qu’il  y ait  l’entente  mais  malheureusement, sil  dit  maintenant  qu’il  va installer, pourquoi faire  perdre  tout ce  temps à  la  population  guinéenne ? ça aussi, c’est  une  façon  même  de prendre  en  otage l’expression  de cette  population lui même a  contribué  à violer  les  textes parce que  la  loi dit  après  60 jours de  l’élection tous  les  conseillers  devraient  être installés ».

Conscient  de  la  faiblesse de  son  parti  dans  le  futur conseil à cause  de  la  faiblesse des  sièges  obtenus  2/37 contre  35 pour  l’UFDG Mamadou Dian Diallo souhaite  que l’opposition  adhère  à cette  idée, chose  que  son  vis  à vis voit d’un  mauvais œil la  primauté  des accords.

Ousmane  Tkillah Tounkara, correspondant d’Aminata.com

PARTAGER