orangeguinee > guicopresse

UBA Guinée

Cellou Dalein prévient:  » on ne cédera pas « 

Le chef de file de l’opposition guinéenne a à l’assemblée générale de l’UFDG du samedi 07 juillet 2018 expliqué les problèmes qui les pousseront jusqu’à déclencher une nouvelle manifestation de rue.

Cellou Dalein Diallo a d’abord évoqué que sur 4 recommandations qui devraient être réglé par le comité de suivi dont l’opposition a d’ailleurs décidé de se retirer pour manque de volonté politique d’aller de l’avant dans la résolution des problèmes, seule une qui a été obtenue. Il s’agit de la mise en place d’une nouvelle  CENI qui a été adopté le jeudi dernier à l’Assemblée Nationale.

Parmis ces recommandations, existe le contentieux électoral en première position, le chef de file de l’opposition a indiqué: «  il faut qu’on nous rend les suffrages qui nous ont été volés lors des élections locales. C’était un vol flagrant qu’on a mis en évidence. Puisse que nous avions grâce à votre engagement et vigilance, tous les PV qui ont été dressés à l’issus du dépouillement dans les bureaux de vote, les résultats proclamés par les CACV étaient différents des résultats sortis des bureaux de vote. Mais c’est une pratique récurrente en Guinée. Nous avons dit que nous n’acceptons plus ça, non pas seulement pour les élections locales, mais pour  toutes les élections. On ne peut pas gagner dans les  bureaux de vote et perdre dans les centralisations, ça c’est terminé, il faut qu’ils le comprennent », a-t-il martelé.

A LIRE =>  Pour initier  des services techniques du Ministère de l’Agriculture et de l’Elevage, au suivi, traitement et exploitation des données agricoles collectées par drone.

Il a poursuivi son intervention rappelant qu’ils ont marché pour réclamer la publication des vrais résultats issus des urnes, mais très malheureusement, ils ont toujours été empêchés par le pouvoir en place qui selon Cellou Dalein, ont « réprimé dans le sang. Nous avons perdus une dizaine de citoyens. Il faut que le gouvernement comprenne qu’on ne cédera pas sur ce point, il faut qu’il nous restitue les suffrages qu’on a gagnés. Ce contentieux électoral, jusqu’à présent, il n’y a pas de progrès. Deuxièmement, des enquêtes sur les assassinats lors de nos manifestations n’ont pas encore été déclenchées, l’assistance ou l’indemnisation qui ont été adoptées comme décision du dialogue de 2013, de 2014, de 2015, de 2016, jusqu’à présent rien n’est fait.  Troisièmement, le fichier, on n’a pas de visibilité« .

Sur les quatre recommandations suite à la rencontre entre Cellou Dalein Diallo et le président de la République Alpha Condé le 2 avril dernier, « il y a trois qui n’ont pas encore évolué. Quatrièmement, la mise en place d’une nouvelle CENI. Une nouvelle CENI a été adoptée avant hier à l’assemblée nationale. C’est un progrès, on ne peut le nié. C’est un consensus entre les députés de la mouvance et de l’opposition au niveau du parlement, une loi sur la CENI été adopté de justesse« , s’est-il réjoui.

A LIRE =>  Gouvernance Condé : le règne de l'extrémisme et de la médiocrité (Aliou Bah)

Avant de terminer son discours, M. Diallo a indiqué en menaçant que d’ici la semaine prochaine, si rien n’est fait pour l’évolution des trois recommandations qui restent, l’opposition républicaine recommencera les manifestations de rue sur toute l’étendue du territoire national.

Lors de l’adoption de cette loi à l’Assemblée Nationale le jeudi 05 juillet dernier, des acteurs de la société civile s’est rendu dans l’enceinte de la salle de l’hémicycle pour protester contre cette décision. Elle condamne cette loi qui s’inscrit dans le cadre de la mise en place d’une CENI politique au lieu d’une CENI technique.

Ibrahima Sory BARRY pour Aminata.com

Tel: (224) 656 77 52 34

Share and Enjoy !

Shares

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »