AfriqueEducationInternational

La cité zambienne du vélo

À Chipata, désormais surnommée « Amsterdam », le vélo est un moyen de transport et de subsistance.

La ville de Chipata, dans l’est de la Zambie, à la frontière avec le Malawi, est communément appelée « Amsterdam » car, comme à Amsterdam aux Pays-Bas, les bicyclettes sont le principal moyen de transport de Chipata.

Des milliers de bicyclettes à traction humaine traversent quotidiennement les carrefours de Chipata, transportant des provisions, des passagers, des fonctionnaires et même un diplomate !

Il y a quelques mois, l’ambassade de Suède à Lusaka, la capitale de la Zambie, a tweeté une vidéo de son ambassadrice Anna Maj Hultgård se faisant transporter à vélo à Chipata.

Une Mme Hultgard très enthousiaste a déclaré après coup que le trajet était « non seulement écologique, mais aussi plus doux que la voiture et vraiment confortable. »

Parmi les 116 districts de Zambie, celui de Chipata compte le plus grand nombre de bicyclettes. Paul Nayombe, un conseiller municipal de Chipata à la retraite, estime qu’il y a jusqu’à 3 000 vélos-taxis dans la ville.

La popularité des bicyclettes à Chipata n’est pas due au désir des habitants de préserver l’environnement, mais plutôt aux conditions économiques qui les ont contraints à recourir à un mode de transport moins coûteux.

Cependant, depuis 2010, lorsque la ville a commencé à attirer l’attention en raison du nombre important de bicyclettes circulant sur les routes, les habitants sont devenus plus conscients du fait que le vélo est un moyen de transport écologique.

L’ambassadrice suédoise Anna Maj Hultgård se faisant transporter sur un vélo à Chipata.

© Ambassade de Suède

A LIRE =>  9% de réussite au Baccalauréat unique 2022 en Guinée:« ce taux confirme le faible niveau de notre système éducatif», selon le ministre Guillaume Hawing

Comment tout a commencé

 

  1. Nayombe raconte qu’il y a une dizaine d’années, « des marchands de bicyclettes chinois ont commencé à ouvrir des magasins de bicyclettes à Chipata et, soudain, le prix des bicyclettes neuves est passé de 180 dollars à 90 dollars ».

 

« Avant que les importations de bicyclettes asiatiques n’inondent Chipata, les marques de bicyclettes fabriquées en Europe, comme Raleigh, étaient coûteuses et hors de portée des locaux », dit-il. Les vélos Raleigh coûtent entre 350 et 2 000 dollars.

En outre, les marchands de bicyclettes asiatiques de Chipata permettent à ceux qui ne peuvent pas se payer comptant d’échelonner leurs paiements sur cinq mois.

« Ce sont les plans de paiement échelonné abordables qui nous ont fait démarrer », explique Lameck Sigwala, propriétaire de 10 vélos-taxis qui sillonnent quotidiennement le centre-ville de Chipata.

Certains habitants de Chipata affirment que le vélo-taxi est bon pour l’économie de l’entreprenariat de la ville, en fournissant des emplois à des milliers de jeunes.

Diledi Moyana, qui travaille pour le ministère zambien de l’énergie, affirme que : « Le plus important est la contribution au développement socio-économique de la ville. En faisant un tour à vélo, je mets de l’argent dans la poche des petits plutôt que d’enrichir les quelques propriétaires de taxis automobiles. »

En outre, les vélos aident les navetteurs à vaincre les embouteillages du matin et du soir dans la ville. Les rues sont dotées de pistes cyclables correctement marquées pour assurer la sécurité des passagers.

En outre, les tarifs des vélos sont 50 % moins élevés que ceux des taxis et les habitants en profitent. Le prix d’un trajet typique à vélo est de 0,10 $.

A LIRE =>  N'zérékoré: le 5ème de la République dévoile son secret de réussite au baccalauréat unique 2022

Enfin, Chipata étant une petite ville, les vélos-taxis peuvent atteindre les principaux quartiers de la ville relativement rapidement.

Impact

L’impact des vélos-taxis sur l’écosystème urbain de Chipata a été bon, même s’il y a un revers à la médaille.

Chipata a l’un des taux de mortalité automobile les plus bas de Zambie, grâce à sa tradition de transport à vélo, explique Alan Phiri, consultant en conception de transports urbains auprès de la fondation à but non lucratif Chipata Youth Development Foundation.

« Contrairement à Lusaka, on voit moins d’ambulances à Chipata qui font retentir leurs sirènes pour s’occuper des accidents de la route », explique M. Phiri.

Selon la police zambienne, en 2021, le pays a enregistré 32 372 accidents de la route et 2 163 décès, dont 17 774 dans la seule province de Lusaka, le bilan le plus lourd du pays, tandis que la province de l’Est, dont Chipata est la capitale, en a enregistré 1 151.

« Nous faisons quelque chose de bien avec le transport à vélo », se félicite M. Nayombe.

En outre, l’air de Chipata serait plus propre que celui des autres villes. « Chipata a échappé à la forte pollution atmosphérique de Lusaka en raison de sa faible densité de voitures », explique Misheck Nashilongo, écologiste et superviseur de la qualité de l’air public au ministère du développement de l’eau, de l’assainissement et de la protection environnementale.

Par: 

Deogracias Kalima

Pour plus d’informations sur COVID-19, consultez le site https://www.un.org/fr/coronavirus

Afrique Renouveau

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Translate »