Inédit: un bandit de grand chemin révèle qu’Alpha Condé l’a recruté pour renverser Yaya Jammeh
2 (40%) 2 votes

Après  deux reports cette  semaine, le  procès  de  Alhassane  Baldé et  compagnie s’est  poursuivi  ce  vendredi  au TPI de  Labé qui faisait  salle  comble.

D’entre de  jeu le  président  de la  cour Koly  Kemoko Camara a appelé  l’une des  parties  civiles  en  l’occurrence Abdoulaye Barry connu sous le soriquetde  ‘’Barry voyage’’ à  la  barre.

Alors l’homme  a  expliqué  comment  il  y a  trois  ans Alhassane  l’a  agressé à son  hôtel  alors  qu’il  voulait  ranger  sa voiture  pour  dormir.

Il  a  identifié  Alhassane  Baldé  comme  étant  celui  qu’il avait  abordé  et  intimé  l’ordre  de descendre,expliqunt  qu’il  portait  un  blouson  à  capuche et  qu’il  tenait  un  TT30 non  fonctionnel alors  que  le  reste  de  la  bande  montait  le  guet.

Dans  la  lutte  qui  s’était  ensuite  engagée, l’opérateur  a essuyé  une  blessure  par  balle  à l’épaule  et  une  autre  balle l ‘a  frappée  à  la  jambe  sans éclater l’os,ce  qui  l’a  permis  de se  fondre  dans  la nature  en  fuite. Questionné sur  la  valeur  des  biens  qu’il  a  perdu  suite  à  cette  agression   monsieur  Barry  a  parlé de  12000 dollars de  frais  d’opération et  de  8500 euros  de  frais  de  rééducation sans  compter  deux  téléphones  dont  un  samsung Galaxy.

A son  tour  de  parler  Alhassane  Baldé  a  rappelé  que sa  liberation  de  la  maison  centrale  de  Conakry  est  motivé par  la  volonté  de  perpetrer  un   coup d’Etat  contre  l’ancien  dictateur  de  Banjul estimant que le  chef  de  l’Etat  et  le  general  Ibrahma  Baldé en  son  impregnés.

Alhassane  Baldé a  estimé que  Abdoulaye  Barry  avait  raison de  dire  qu  l’arme  qu’il  detenait  était  coincée  parce  qu’elle  l’était  et  que  s’il  en  voulait  à sa  vie  il  se  serait  servi  d’un  PMAK.

A  la  question  de  savoir  qui  avait tiré  sur  Barry Alhassane  a  expliqué  qu’il  s’agissait  de  Sidiki Condé.

Pour  son réquisitoire, le ministère  public  a  eu  la  main  lourde  et  a  demandé la  reclusion  criminelle  à perpetuité en  considération  du  passé  criminel  des  prévenus.

La  même  peine  a  été  requise  par  défaut  contre  les  éléments  du  gang en  cavale.

Les  armes  sous  scellées ainsi  que  les  engins  qui  ont  servi  aux  opérations devront  être  confisqués  selon  le  ministère  public.

Pour  sa plaidoirie, Alpha Mariam  Diallo a rappelé  que  les  faits  sont  têtus  contre  ses  clients  avant d’estimer  que  pour  ses  prochaines défenses  il  invoquera  une  clause  de  conscience  pour  les  as  de  viol pour  ne  pas fouler  ses  principes  au  sol.

Puis il  a  estimé  que ces clients  plaidaient  coupable  pour l’ensemble des  chefs d’accusation  dont  on  les  charge expliquant  leurs  forfaits toutefois  par  l’absence  de  la  reconnaissance  et  du  merite    en  eux.Il  a  demandé des  circonstances  attenuantes  pour  démission  de la  société  vis  à  vis  de  ses  clients réclamant  l’application  de  l’article  116 ducode  penal  guinéen  et  un  maximum  de  10 ans d’emprisonnement.

Pour  ses  ultimes mots  dans  ce  procès Alhassane  Baldé  a  regretté  ses  actes estimant  ne  pas  être  un  bandit  mais une  personne  qui  a  perdu  le  chemin. Aucun  diplômé  ne  devrait trouver  de  place  dans  une  prison  a  -t-il expliqué avant  de  s’avancer  vers  Abdoulaye  Barry a  qui  il  a  demandé  pardon  en  le  serrant dans  les  bras .

Il était13 h  30mn  quand  le  juge  Camara  a  suspendu  la  séance  estimant  que  la  sentence  sera  dite le  18 décembre  prochain.

Ousmane K. Tounkara

 

 

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here