Idrissa Samping Diallo, représentant de l'OGDH à Labé
Idrissa Samping Diallo journaliste et représentant de l'OGDH à Labé

Invité du grand  direct de  l’actu sur la radio Espace Foutah, ce  jeudi 13 septembre 2018, Idrissa  Sampiring Diallo de l’AGP régional a  été amené  à réagir sur la  presse  locale  à l’aune  de  son  regard et sans  surprise  il  ne  l’a pas caressé  dans le  sens  du  poil.

« Je suis peiné puisqu’à ce niveau aussi, il y a des problèmes. J’ai l’impression qu’il y a  une  nouvelle  race  de  journalistes qui émerge, c’est cette  race  qui  ne  s’intéresse même  pas à la  loi sur  la  liberté  de  la  presse, parce que  cette  loi  est  claire, il y a des  limites, tu exerces  cette liberté conformément à la  loi, nous assistons à un libertinage.

Tu vois des journalistes, des animateurs  de  radio, des correspondants  de  sites internet se  lever  un  beau  matin parce  que  la  tête  de  Mamadou Sam ne me  plait  pas je  tape  sur lui, je  n’ai même  pas besoin du  principe  de  recoupement  de  l’information, ça n’intéresse  personne, après  quand la personne  réagit tout le  monde  se  lève  pour  dire atteinte  à la  liberté  de  la  presse.

…indépendance ?  Moi je relativise ça, l’indépendance d’abord c’est  au  niveau  de  l’esprit, quand  sur  le  plan  spirituel tu  n’es  pas  indépendant, tu  as  beau  faire tu  vas  toujours  te  soumettre au  diktat des pouvoirs politiques, des pouvoirs  religieux et des  pressions de  la  société. »

Aussi, en tête de file de cette  nouvelle  génération  de  journalistes, pour le  pont dont il fait  office entre  ancienne et  nouvelle génération, Idrissa Diallo a gratifié d’un 4/10 collégial à la  presse  locale.

                                                                                         Ousmane K. Tounkara

PARTAGER