orange guinee guicopres uba guinee votre
Cellou Dalein Diallo, président de l'Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG)

Guinée : l’installation des conseillers communaux annoncée

Au terme de leur réunion ce mercredi 12 septembre au quartier général de l’Union des forces démocratiques de Guinée ((UFDG), les opposants au régime Alpha Condé ont déploré le retard pris par le ministère de l’administration du territoire pour l’installation des conseillers communaux élus depuis le 4 février dernier.

« Nous avions déjà pris contact avec le ministre. Il nous a rassuré que tout sera mis en œuvre pour que ces conseils communaux soient installés après l’arrivée du dernier convoi de la Mecque, parce que des conseillers seraient en pèlerinage. Nous allons suggérer au ministre de l’administration du territoire de rédiger et de diffuser une circulaire précisant les modalités pratiques de la mise en place de ces conseillers communaux pour qu’il y ait la transparence afin que ces élections des exécutifs ne souffrent d’aucune contestation, rappeler toutes les dispositions légales et pratiques qui vont être prises pour conférer à cette opération toute la transparence requise », a indiqué à la presse Cellou Dalein Diallo leader de l’UFDG.

Plus loin, le chef de file de l’opposition guinéenne a abordé la récente sortie médiatique d’Étienne Soropogui directeur des opérations de la commission électorale nationale indépendante (CENI).

« Vous avez suivi dans la presse les aveux du directeur des opérations de la CENI, qui a enfin reconnu, que des pressions de l’administration se sont exercées sur les magistrats qui ont présidé les CACV et ceux-ci ont écarté et falsifié des PV pour aider le parti présidentiel. Ça réconforte quelque part l’opposition dans la mesure où comme vous le savez, nous avons organisé des points de presse pour vous expliquer cette fraude massive à laquelle se sont livrés des magistrats assermentés qui étaient chargés de présider les commissions administratives des votes . On vous avait expliqué que l’UFDG disposait des PV dressés à l’issue du dépouillement des votes et ces PV dans la plus part des cas, dans les six communes urbaines qui faisaient l’objet de contestation, ces PV ont été écartés ou très souvent falsifiés au point que les résultats qui ont été publiés ne reflétaient pas la vérité des urnes.

Aujourd’hui, c’est un membre éminent de la CENI en l’occurrence le directeur des opérations, qui confirme que cette pression a eu lieu et les magistrats ont cédé à cette pression. Cela signifie tout simplement que les élections n’ont pas été transparentes et vous comprenez aujourd’hui pourquoi l’opposition a organisé des manifestations pacifiques pour exiger la publication des vrais résultats. On était sure de ce qu’on disait, et de ce qu’on faisait et ça été confirmé par le directeur des opérations de la CENI. Notre attachement à la loi, , notre attachements à la vérité des urnes, ce sont les deux facteurs qui expliquent pourquoi on a décidé de faire ces manifestations pacifiques, parce que ce n’était pas la première fois, en 2010, en 2013, en 2015 les gens se sont livrés aux mêmes pratiques au niveaux des CACV », explique l’opposant.

À l’en croire, l’opposition est désormais déterminée à mener un combat sans merci pour ne pas que la démocratie soit bafouée, pour que les élections soient transparentes, crédibles, « parce que permettant l’expression libre des citoyens dans les choix des dirigeants aussi bien qu’au niveau de la commune, qu’au niveau de l’assemblée nationale et de la présidence ».

« La CENI a fait une déclaration pour dire que Monsieur Étienne Soropogui n’avait pas le droit de parler mais elle n’a pas dit qu’il a menti. Tout ce retard de huit mois est dû à cette fraude orchestrée par les magistrats. C’est pourquoi nous avons insisté à ce que les vrais résultats soient publiés par les CACV. Certains magistrats avouent que c’est malgré eux qu’ils se sont livrés à cette fraude », conclut le patron de l’opposition guinéenne.

Mamadou Aliou Barry pour Aminata.com

Tel : (+224) 622 304 942

 

Apropos Alpha Oumar Diallo

Alpha Oumar Diallo est journaliste de formation. Issu de l'Institut Supérieur de l'Information et de la Communication (ISIC), ce jeune pétri de talents et d'objectivité a travaillé dans de nombreuses rédactions en Guinée et a collaboré avec de médias étrangers. Passionné de l'écriture, il traite régulièrement des sujets d'actualité en toute impartialité et fait des analyses objectives.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »