A LA UNEInterview

« Ibrahima Kalil Konaté dit K2 était un homme aux qualités rares », témoigne Ibrahima Kallo du RPG Arc-en-ciel

Ibrahima Kallo, Attaché de cabinet au ministère des hydrocarbures et l’un des responsables de la cellule de communication du RPG Arc-en-ciel a accordé une interview à notre rédaction. Il a parlé entre autres, du défunt K au carré, de la COVID-19, du déroulement des examens, de la hausse du prix des produits pétroliers, du dialogue politique et social, des opposants graciés et ceux qui ont eu une liberté conditionnelle. Nous vous proposons l’intégralité de cet entretien. Lisez !

Aminata.com: L’ancien ministre de l’Éducation nationale et de l’alphabétisation, Ibrahima Khalil Konaté K au carré vient de nous quitter des suites de la COVID-19. Que retenez-vous de l’homme ?

Ibrahima Kallo: Ibrahima Kalil Konaté, affectueusement appelé K2, était un homme aux qualités rares, un militant des premières heures de notre parti, le RPG arc-en-ciel, un combattant de la démocratie et serviteur de la nation. L’homme est parti en nous laissant pleins de souvenirs dans son parcours politico-syndical. Que son âme repose en paix, amen!

Après la hausse du prix des produits pétroliers, le gouvernement a fixé les tarifs de transport urbain et inter urbains que les conducteurs refusent de respecter. Que pensez-vous de ce sujet qui continue d’alimenter les débats à Conakry ?

Tout à fait, vous savez l’Etat est en droit de réajuster le prix des produits pétroliers à la pompe, parce que le baril est monté à l’international aujourd’hui, cela est une loi du marché, d’où la flexibilité. Avant ce réajustement, le gouvernement avait réuni tous les acteurs impliqués, c’est-à-dire les syndicats, le patronats pour échanger sur ces questions. Les tarifs ont été définis pour Conakry et pour l’intérieur du pays, mais il se trouve que certains taxi-Maîtres ou chauffeurs ont augmenté, par leur bon vouloir, les prix de transport en leur guise sans aucune base légale. Alors, il revient de facto à l’Etat de prendre ses responsabilités face à ce comportement, que je qualifierais de désobéissance, pour faire respecter ses décisions.

Après la mise en place d’un cadre de dialogue politique et social permanent et la nomination d’un responsable dudit cadre, on se dirige vers un dialogue sans les ténors de l’opposition qui exigent la libération des opposants en prison. Votre réaction? 

Dans le souci d’unir tous les guinéens afin de faire face au destin commun, c’est-à-dire au développement de ce pays, le Président de la République, Son Excellence Professeur Alpha Condé, a institué un cadre de dialogue politique et social permanent pour discuter des questions essentielles sur la vie de la nation afin de trouver solutions aux différents problèmes. Sur ce, un secrétaire permanent a été nommé en la personne de M. Fodé Bangoura, qui a déjà entamé des rencontres avec des acteurs socio-politiques du pays pour recenser tous les problèmes dans tous les secteurs de la vie. Pour les opposants, il faut rejeter en bloc tout ce qui vient du Président Alpha Condé; c’est de chercher toujours des alibis pour masquer leurs échecs et leurs comportements antirépublicains, sinon des gens qui ont des démêlés avec la justice sont poursuivis pour des raisons du droit commun. À leur place, c’est de demander à la justice un jugement équitable conformément aux dispositions légales et non d’exiger leur libération sous prétexte politique.

Quelques semaines après la grâce accordée à Madic 100 frontières, Grenade, Souleymane Condé et Youssouf Dioubaté, la justice a accordé une liberté conditionnelle à Ousmane Gaoual, Chérif Bah, Cellou Baldé et Abdoulaye Bah. Le dernier est reparti en prison et deux autres ont été autorisés d’aller se faire soigner à l’extérieur du pays. Entre temps l’opposant Bogola Haba a été écroué. Cellou Dalein Diallo et certains de ses proches sont empêchés de quitter le pays depuis l’élection présidentielle du 18 octobre dernier. Quelle lecture faites-vous de tout cela ?

A LIRE =>  Guinée: 28 nouvelles contaminations et 02 décès journaliers à la COVID-19(ANSS)

Oui! Des opposants graciés, comme vous le savez la grâce présidentielle appartient seulement au président de la République et elle est toujours demandée par les condamnés. Ceux qui sont graciés ont expressément demandé au Président Alpha Condé sa clémence, et par son humanisme et en bon père de la nation, a accepté ces cris de cœur de ces personnes. Et par rapport aux opposants libérés sous le régime de liberté semi surveillée; il s’agit d’un acte de l’administration pénitentiaire, qui a jugé nécessaire de libérer pour des raisons de santé, pour qu’ils puissent se faire soigner par leurs propres médecins. Ce qui est normal. Pour le malheureux Abdoulaye Bah, la liberté semi surveillée a des conditions et des exigences. La direction nationale de la garde pénitentiaire a fait retourner cet ancien maire de Kindia pour avoir violé volontairement ces conditions, ce qui a valu son retour à la prison. Tout simplement il a été malheureux et d’ailleurs induit en erreur par ce militant qui lui a prêté sa caméra de téléphone afin qu’il puisse passer ce message compromettant. Même dans son propre camp, il a été reproché de ce comportement jugé non responsable. Abdoulaye Bah est un intellectuel que moi-même j’ai connu, mais malheureusement il est inintelligent en politique. Pour le reste, la justice est indépendante et tout le monde doit adopter le bon comportement, être un bon citoyen, qu’on soit de l’opposition ou de la mouvance présidentielle. Les empêchements de Cellou Dalein Diallo et cie de sortir hors du territoire, cela dépend de l’opportunité pour nos autorités. Car, la sécurité des citoyens et la défense de l’intégrité du territoire incombent à l’Etat.

Comment avez-vous observé le déroulement des examens avec la nouveauté apportée par le MENA?

A LIRE =>  Siguiri: le régime d'Alpha Condé  était caractérisé par des tueries et la gabegie financière (vestibule)

Le déroulement des examens nationaux était bien dans l’ensemble. Nous avons salué les réformes engagées par le ministre, Pr. Bano Barry pour une éducation de qualité au bénéfice de la Guinée.

La résurgence des cas de la COVID-19 pousse le président Alpha Condé de reconduire l’état d’urgence sanitaire pour trois mois. Le couvre-feu ramené de 22 heures à 04 heures du matin. Des mesures qui vont grincer des dents. Votre opinion sur le sujet ?

Quand la santé publique est menacée, il faut des mesures urgentes, comme on le dit souvent : « Aux grands maux aux grands remèdes. » Le chef de l’Etat, Professeur Alpha Condé, a, vu la résurgence du coronavirus avec ses nouveaux variants, décidé de reconduire l’état d’urgence sanitaire ; ce qui est tout à fait normal pour lutter efficacement contre la Covid-19. Nous saluons ces mesures et félicitons le Président de la République pour ces décisions courageuses, qui vont dans l’intérêt de la population.

Aujourd’hui, comment se porte votre formation politique ?

Ma formation politique qui est le RPG arc-en-ciel, le parti présidentiel en République de Guinée, se porte très bien aujourd’hui du sommet à la base. Les restructurations ont débuté déjà à la base et le processus de finalisation est en cours pour doter le parti des instances de décisions à la hauteur du parti.

Après dix(10) ans de détention à la Haie, l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo est revenu au pays. Il décide d’enterrer la hache de guerre avec l’actuel président Alassane Ouattara. Qu’est-ce que cela vous inspire? 

 

Le retour du Président Laurent Gbagbo au pays après dix ans à la Haye par suite de son acquittement à la CPI, ce qui signifie que la justice a triomphé sur l’injustice. Alors son retour au bercail était obligatoire étant ivoirien. Et suite à cela, les deux présidents actuel et ancien de la Côte d’Ivoire ont finalement décidé de fumer le calumet de la paix en acceptant la réconciliation nationale ensemble. Cela est une grandeur de la part de l’un et l’autre.

Qu’est-ce que vous avez à ajouter pour clôturer cet entretien?

Pour finir, notez que le Président Alpha Condé a la volonté politique de rendre ce pays émergent et toutes les voies sont ouvertes dans ce sens pour que nous soyons dans le concert des grandes nations. 

Et pour mon dernier mot, je vous dirai merci pour cet excellent entretien.

Propos recueillis par Mamadou Aliou Barry  

(+224) 622 304 942

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Translate »
Enable Notifications    OK No thanks