A LA UNEPolitique

Guinée: voici le discours du Nouvel an 2022 de Faya Lansana Milimono président du Bloc Libéral

                                                  Guinéennes et Guinéens,

L’an 2021 s’achève et entre ainsi dans l’éternité du temps. L’an 2022 lui succède et s’amorce, obéissant ainsi à la loi cosmique de la succession infinie du temps. Au nom du Bloc Libéral (BL), Je saisis cette occasion pour souhaiter une bonne et heureuse année 2022 à tous les Guinéens et toutes les Guinéennes. Que 2022 soit pour le peuple de Guinée une période d’abondance matérielle, de bonne santé, de stabilité politique afin que notre équilibre social en soit fortifié. 

L’année 2021, à l’instar de celle qui l’a précédée, a été difficile pour le peuple de Guinée. En effet, 2021 a particulièrement été marquée par deux profondes crises, l’une étant d’ordre sanitaire et l’autre d’ordre politique.

Guinéennes et Guinéens,

La persistance de la pandémie de Covid-19, avec l’apparition de nouveaux «variants», créé et entretient une psychose collective déroutante. C’est pourquoi, à défaut d’institutions sanitaires étatiques et privées adéquates, capables d’endiguer cette pandémie, nous devons miser plutôt sur la prévention, la distanciation sociale et surtout la vaccination. 

La tenue du double scrutin controversé du 22 mars 2020 a attisé les tensions entre l’ex-mouvance et une importante frange de la classe politique de notre pays. Ces tensions ont été accentuées, après le scrutin présidentiel du 18 octobre 2020, par le biais d’une spirale d’arrestations et d’emprisonnements de militants de l’opposition dont certains sont morts en détention. Aussi, elles se sont aggravées par la fermeture des frontières avec certains pays voisins (la Sierra Leone, le Sénégal et la Guinée Bissau), la restriction de liberté de mouvement imposée par le pouvoir à certains leaders politiques. Ces dynamiques, imbriquées les unes dans les autres, ont engendré d’autres difficultés qui ont suscité l’isolement diplomatique de la Guinée, au niveau sous régional et international. 

Guinéennes et Guinéens,

A LIRE =>  N'zérékoré: une dizaine de personnes trouvent la mort dans un accident de la circulation

C’était donc à la lecture de ces faits, vraisemblablement prémonitoires, que le Bloc Libéral avait appelé à un dialogue national au lendemain de la présidentielle du 18 octobre 2020. Cette proposition de dialogue portait essentiellement sur la tenue d’une communion de pensées sincères entre tous les différents acteurs politiques et sociaux. Le BL pensait que la tenue d’un tel espace d’échanges francs et conciliateurs aurait certainement aplani les divergences politiques et conjuré les affres sociales que notre pays a connues subséquemment. Malheureusement, nos propositions n’ont pas été prises en compte par le pouvoir d’alors. C’est donc largement ces tumultes sociopolitiques qui ont abouti aux évènements du 05 septembre 2021 et au changement de notre leadership politique. Cette prise de pouvoir par l’armée nationale constitue évidemment l’événement cardinal, pour la Guinée en l’année 2021.

Guinéennes et Guinéens,

Bien sûr, il reste entendu que toutes formes de prise de pouvoir par la force armée est antinomique à l’approche électorale que dicte la démocratie. Toutefois, comme l’a dit l’ancien Président du Ghana, Jerry Rawlings, citation : « lorsque le peuple est écrasé par ses dirigeants…. Il revient à l’armée de rendre au peuple sa liberté ». Fin de citation. C’est donc dans l’esprit de donner une nouvelle chance au pays de poursuivre son ambition de se doter d’un système de gouvernance démocratique et respectueux des droits et libertés que le BL a pris acte de l’avènement du Comité National pour le Rassemblement et le Développement (CNRD) au pouvoir.

Guinéennes et Guinéens,

A LIRE =>  Guinée: le journal "Affiches Guinéennes" victime de vol, des ordinateurs et plus de 30 millions GNF emportés

Il faut noter que depuis le 05 septembre le CNRD fait des actes qui confirment son sens de responsabilité de la gestion du pouvoir public. Entre autres, il y a :

  • La nomination d’un premier ministre civil et la formation d’un gouvernement civil ;
  • L’élaboration d’une charte de la transition ; 
  • La mise en place d’une cour de répression des infractions économiques et financières ; 
  • La libération des détenus politiques ;
  • La réouverture des frontières avec les pays voisins ; et,
  • L’accueil et la réconciliation des anciens Chefs d’Etat, le Capitaine Moussa Dadis Camara et le Général Sékouba Konaté …

Toutefois, cette période transitoire ne doit pas être uniquement dédiée à la dévolution du pouvoir. Elle devrait, en plus, être une période de changement de mentalité qui cultive la gabegie, l’ethnocentrisme, les injustices pour la remplacer avec une mentalité de gestion vertueuse de la chose publique. C’est pourquoi, nous devons tirer toutes les leçons du passé pour éviter une période transitoire précipitée et bâclée, comme cela a été lors de la dernière transition de 2008.

Guinéennes et Guinéens,

Je voudrais terminer ce message en répétant mes meilleurs vœux pour toutes les Guinéennes et tous les Guinéens ; celles et ceux qui œuvrent inlassablement pour le renforcement de notre Etat, la solidification de notre nation et le développement sociétal de notre pays. 

Que Dieu vous bénisse.

Vive le Bloc Libéral !

Vive la Démocratie ! 

Vive la République de Guinée !

Le président du Bloc Libéral entouré de quelques responsables du parti
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Translate »