Mborré ! ça bouge… ça bouge dans les têtes. Les esprits s’échauffent, foisonnent sur la situation sociale, politique, économique de la Guinée. Les contempteurs du regime dictatorial de Goby Condé, roi du palais Gokhi Fokhè et ses ultras sont à couteaux tirés sur internet par rapport à cette situation du bled. Et ça donne des idées aux plumitifs ! Et Top Sylla a fourgonné et trouvé un conte genial pour illustrer l’état du pouvoir de Gobykhamé.

Le seul hic dans cette trouvaille ! C’est que Top a tronqué insidieusementce qui fait la substance de ce conte à savoir que les populations guinéennes ne sont pas du tout dupes sur la nudité et la nullité du roi du palais Gokhi Fokhè. Néanmoins apportons de l’eau au Moulin de Top sans chercher à le faire bisquer.

Effectivement en 1837, Hans Christian Andersen publie en danois un conte titré en français : “Les Habits neufs de l’empereur”.

Et voici mot pour mot le résumé complet et en gras et entre guillemets dudit conte qu’on peut lire sur internet si le courant revient dans les quartiers populaires de Cona-cris et à l’intérieur du bled :

« Il y a de longues années vivait un empereur qui aimait par-dessus tout être bien habillé. Il avait un habit pour chaque heure du jour.

Un beau jour, deux escrocs arrivèrent dans la grande ville de l’empereur. Ils prétendirent savoir tisser une étoffe que seules les personnes sottes ou incapables dans leurs fonctions ne pouvaient pas voir et proposèrent au souverain de lui confectionner des vêtements. L’empereur pensa que ce serait un habit exceptionnel et qu’il pourrait ainsi repérer les personnes intelligentes de son royaume.

Les deux charlatans se mirent alors au travail.

Quelques jours plus tard, l’empereur, curieux, vint voir où en était le tissage de ce fameux tissu. Il ne vit rien car il n’y avait rien. Troublé, il décida de n’en parler à personne, car personne ne voulait d’un empereur sot.

Il envoya plusieurs ministres inspecter l’avancement des travaux. Ils ne virent pas plus que le souverain, mais n’osèrent pas non plus l’avouer, de peur de paraître imbécile.

Tout le royaume parlait de cette étoffe extraordinaire.

Le jour où les deux escrocs décidèrent que l’habit était achevé, ils aidèrent l’empereur à l’enfiler.

Ainsi « vêtu » et accompagné de ses ministres, le souverain se présenta à son peuple qui, lui aussi, prétendit voir et admirer ses vêtements.

Seul un petit garçon osa dire la vérité : « Mais il n’a pas d’habit du tout ! » (ou dans une traduction plus habituelle : « le roi est nu ! »). Et tout le monde lui donna raison. L’empereur comprit que son peuple avait raison, mais continua sa marche sans dire un mot. »

C’est un fidèle résumé du conte en question que nous pouvons d’ailleurs lire de bout en bout sur internet et qui est très explicite sur la vanité et la fanfaronade de cet empereur conté, l’archétype du présomptueux Goby Condé dans son palais Gokhi Fokhè.

Les chambellans, les “gnarimakha” ou laveurs de chats, les affidés de Goby Condé et ses ultras d’un côté, les opposants et autres Guinéens façons à manger à tous les râteliersvoient bien que le gourou du palais Gokhi Fokhè a fait chou blanc dans le développement économique et social des Guinéens et de la Guinée.

Insistons encore entre parenthèses que les attaques ad personam ne nous intéressent pas dans cet autre débat d’idées sur la Guinée. Et c’est pourquoi l’on martèle que Top Sylla a raison, mais en partie, de donner en exemple ce symbolisme qui épouse les réalités sociales, économiques, politiques guinéennes de ce moment.

C’est dans le titre et la chute de son texte que l’on n’est pas du tout d’accord avec Top Sylla. Il est vrai que c’est dégueulasse de manger dans une assiette et d’y cracher dedans à la fin de son repas. C’est dégoûtant mais… Bref ! chacun peut avoir son avis là-dessus.

Top Sylla met en épingle: “Jusqu’à preuve du contraire// Le roi n’est pas nu, et son conseiller n’est pas nul.”

Et parlant de ce conseiller, Top boucle son texte par ces maux:

« Dans ses fonctions de conseiller personnel, il aura à cœur de continuer de marquer des points auprès du chef de l’Etat. En travaillant avec d’autres, comme cela a été le cas jusque-là, à la décrispation politique et à l’apaisement social (accord politique, remous sociaux, etc).Toutes choses qui font dire à certains, que si le roi n’est pas nu, c’est grâce, entre autres, à quelques éléments de son entourage qui ont compris que des conseils avisés et des constats sans complaisance, lui feront plus de bien que des louanges intéressées et trompeuses.Jusqu’à preuve du contraire… »

C’est une prise de position qui nous fait réagir. Parce nous ne sommes pas d’accord.

Top Sylla ! nous ne sommes pas d’accord avec ta façon d’insinuer les non dits.

Afakoudou ! Goby Condé est nu. Et tu vois bien la nudité du roi du palais Gokhi Fokhè, son incompétence à développer les Guinéens, sa médiocrité à sortir la Guinée de l’auberge alors qu’il s’est toujours présenté à eux comme étant un thaumaturge et non un forban.

L’on est toujours ahuri d’entendre certains Guinéens engrammerdans les esprits une « décrispation politique » et un « apaisement social » qui balisent le chemin d’un troisième mandat pour le chef donjos du palais Gokhi Fokhè.Ils donnent l’air de s’en foutre comme d’une queue de babouin des conditions de vie de la majorité dans le patelin. Parce qu’eux avec leur mine de chanoine arrivent toujours à tirer leur épingle du jeu.

Pendant que les populaces triment dans la mouise et la merde.

Pendant que le chômage malmène les gens et pousse certains jeunes à se suicider par pendaison.

Pendant que de pauvrespères de familles se désespèrent de pouvoir nourrir leurs marmots, raquer le loyer et les frais de scolarités exorbitants de leurs enfants.

Pendant que le brevet et le baccalauréat guinéens complètement dévalorisés aujourd’hui ne valent pas plus qu’un papier hygiénique dans les chiottes des émérites écoles de formation et des universités à l’étranger.

Pendant que le bled continue sa plongée abyssale, on veut nous faire accroire que si Goby Condé « n’est pas nu, c’est grâce, entre autres, à quelques éléments de son entourage qui ont compris que des conseils avisés et des constats sans complaisance, lui feront plus de bien que des louanges intéressées et trompeuses.Jusqu’à preuve du contraire. »

On peut avoir de l’entregent mais aucun “élément” de l’entourage de Goby ne peut à ce jour prouver qu’il y a un seul secteur en Guinéen où le regime de Goby Condé a fait florès. Il n’y a pas ce secteur et le délabrement de la Guinée contredit largement ces dires de Top et prouve à suffisance que Gobykhamé est nu et nul et incompetent.

Ce qui intéresse Goby c’est de garder le trône. Et il incite ses sectateurs à engrammer dans les esprits claniques que “lui seul peut et doit tenir les brides du pays”. C’est ce genre de discours qui l’apaise et le contente. Tandis queses opposants qui aspirent légitimement à trôner en 2020, sont accusés par les chantres de cette fausse “décrispation politique” et de ce semblant “d’apaisement social” de jouer les trouble-fête.

Didon ! Tu as vraiment besoin que l’on te donne la preuvepalpable de la nudité de Goby Condé et de son échec cuisant à la tête de la Guinée ?

Allons-y pour le baratinage !

La Guinée occupe toujours la queue leu leu dans les indices du développement humain du PNUD. Le sous-développement économique des Guinéens et le sous-développement mental de beaucoup d’entre eux reste un sujet de preoccupation pour les tenants du développement de la Guinée.

Goby Condé s’est fait passer pour un champion du développement et de la démocratie après son resquillage de la présidentielle de 2010. Et depuis il baratine les Guinéens qui restent le bec dans l’eau sur les questions de la démocratie et du développement.

« Il y a ceux qui voudraient améliorer les hommes et il y a ceux qui estiment que cela ne se peut qu’en ameliorant d’abord les conditions de leur vie. Mais il apparaît que l’un ne va pas sans l’autre, et on ne sait par quoi commencer. »   Soutient André Gide.

Qu’est-ce qui prime dans le patelin entre la démocratie et le développement ? Est-ce la démocratie ? Est-ce-le développement ?

Goby Condé prend en grippe ses adversaires politiques en se targuant d’avoir commencé la politique avant eux et embobine les populations avec un fatras deparoles creuses dans ses discours.

Où est aujourd’hui le développement économique des Guinéens et de la Guinée?

Est-ce que l’eau potable coule en abondance et sans interruption dans tous les robinets?

Excepté les maisons cossues de l’autocrate, il n’y a pas une seuledemeure, dans les quartiers populaires,qui soit alimentée du 1er janvier au 31 décembre de chaque année en électricité en Guinée. C’est une des causes de la recrudescence de la criminalité et du banditisme dans la contrée.

Si tant il est vrai que la Guinée est un scandale géologique, ça n’a jamais profité et ne profite pas du tout aux Guinéens. L’exploitation des ressources naturelles de la Guinée, la bauxite par exemple, profite aujourd’hui exclusivement aux Chinois, à Goby Condé,à son rejeton, à leurs proches et amis. Eux sont replets.Tandis que la plupart des Guinéens traînent la savate. Ils souffrent de misère, de pauvreté. La faim a reculé dans beaucoup de pays pauvres. Mais on estime que dans la Guinée de Goby Condé 75% des Guinéens ne mangent qu’une fois par jour et pas à leur faim.

Et même pour ceux qui se débrouillent dans cette République autocratique à s’assurer les trois repas du jour, le menu est presque toujours le même :

Petit déjeuner : “lafidi”, à base d’huile de palme liquéfiée par de la soude, avec du “soumbara” et du Mamou “Mbémbé”.

Repas de midi: “lafidi” ou“Wouré Borokhé” ou “Taddé Borokhé”,à base d’huile de palme liquéfiée par de la soude.

Dîner : spaghetti avec de la viande hachée avariée ou café avec de la mayonnaise avariéeau troquet du coin ou du “Thiéké” avec de maigrelets poissons preparés dans des poêles crasseuses contenant des huiles noires rappelant du pétrole diversé en mer.

Il ne faut surtout pas qu’on tombe malade en Guinée. D’abord il manque detout dans les hôpitaux et dispensaires publics guinéens.Ensuitesi par malheur, on tombe malades, ce sont des médecins véreux et des garçons de salle dans ces hôpitaux publics et cliques privées qui vous essorent comme du linge, vous maintiennent en mort clique pour soutirer tout le contenu du portefeuille de vospauvres familles et proches parents. Même mort, on sertencore d’engrais à la politicaillerie. Rien ne se perd en Guinée. Onrecycle tout pour que ça serve à la cause de tel ou tel politicard. Alors, l’autocrate députe ses grouillots qui, pour capter des voix électoralistes en sa faveur, déposent sous l’oeil de la camera de la télé bidon nationale un sac de riz et une liasse de billets de banque dans la famille éplorée. Et le tour est joué: ceux qui profitent réellement du système continuent à vivre comme un coq en pâte en baratinant toujours la majorité.

A ce jour, il y a trop de misère en Guinée, trop de pauvreté, trop de mensonge et trop de manipulation politique pour des intérêts personnels. Et c’est pourquoi l’on soutient mordicus que Goby Condé a échoué dans le développement de la Guinée, qu’il est nu, qu’il est nul. Et on perçoit mieuxcet échec et cette nudité de GobyCondé, qui tient la bride à ses opposants,en abordant la question de la démocratie dans le bled depuis sa prise du pouvoir à Cona-cris, le 21 décembre2010.

« En démocratie, l’état de la justice est un marqueur extrêmement fiable de l’état des libertés, de l’égalité réelle et de la séparation des pouvoirs », déclare la Ligue française des droits de l’homme.

Quel est alors aujourd’hui l’état de la justice en Guinée ?

C’est une justice aux ordres. C’est vrai que chacun est libre en Guinée d’aller chez le tailleur du coin et de se coudre une robe rouge ou jaune ou verte et d’avoir de l’entregent pour faire carrière dans la justice et gagner beaucoup de pognon avec la mafia chinoise, russe, libanaise, italienne, israëlienne qui ont pignon sur rue dans la contrée.La justice guinéenne est corrompue. Elle a les deux mains amputées. Elle est sous l’autorité du palais Gokhi Fokhè. Les magistrats obéissent aux ordres de l’autocrate du bled. La séparation des pouvoirs n’est pas effective en Guinée.C’est un leurre. Cheikh Sacko est un fantoche du palais Gokhi Fokhè. Il n’a pas les coudées franches dans le dossier du massacre de plus de 157 manifestants pacifiques au stade de Cona-crimes le 28 septembre 2009. La justice connaît les vrais responsables de ce massacre. L’ex pharaon du CNDD, Moïse Dadis Camara, Haman Claude Goliath Pivi Togba et les galonnés Sékouba Kaonaté, Moussa Tiégboro Camara et tous les autres membres de ce gang soldatesque, le civil Idrissa Chérif Diaby et consorts doivent passer à la barre pour répondre des soupçons de crime ou de complicité de crime qui pèsent sur leur tête. On veut savoir qui a soufflé quoi dans l’oreille de qui, qui a fait quoi dans ce massacre. Et les lampistes n’auront rien à craindre à la barre dans ce dossier.

Les Guinéens ont raison de douter de l’indépendance de cette justice. Qui se devaitd’instruire d’autres crimes de sang commis par des assassins stipendiés. Des crimes commandités par le palais Gokhi Fokhè. Près de trois mille (3000) personnes ont été massacrées d’octobre 2010 à nos jours par des policiers, des gendarmes, des militaires et des donzos ethnocentristespour le compte de l’autocrate.

Mais aucun de ces crimes commis n’a retenu l’attention de la justice, et à l’heure actuelle les lbiertés de l’individu sont plus que jamais bafouées, piétinées dans le pays. Et on n’exagère rien en comparant la Guinée de Goby Condé au Vénézuela de Nicolas Maduro qui malmène aussi la justice et le Parlement dans son pays pour se maintenir en poste.

Nicolas Maduro et Goby Condé, tous deux nus, sont dans le collimateurde Saint-Just:

« Tous les arts ont produit leurs merveilles; seul l’art de gouverner n’a produit que des monstres. »

Et c’est pour cela justement que les Guinéens pensent que Goby Condé a effectivement des cornes sur la tête. Parce que l’une des différences entre l’homme et la bête c’est la raison. La bête est dénuée de raison. Dès que l’individu arrête de raisonner, de se servir de son esprit pour commanditer la mise à mort à la mitraillette de centaines de jeunes manifestants aux mains nues dont le seul tort est d’avoir réclamé de meilleures conditions de vie, il devient une bête, un monstre. Etpar dérision les Guinéensdisentjustement que Goby Condé a des cornes sur la tête parce qu’il se comporte tel un monstre, telle une bête.Ce qui l’a fait pouffer de rire bêtement, au mois juillet dernier dans la ville de Labé, devant un parterre de curieux et d’affidés qui sont restés médusés :

« Au Foutah, il y avait des gens qui pensaient que j’avais des cornes sur la tête. Mais quand ils m’ont vu, ils ont vu que je n’avais pas de cornes. »

Et comme pour se prouver devant l’assistance muette d’étonnement qu’il n’a vraiment pas de cornes, il se passe la main furtivement sur la tête.

Et pourtant !… Et pourtant !… Goby donne bien aux Guinéens cette fâcheuse impressiond’avoir des cornes sur la tête. Parce qu’il est aussi têtu qu’une mule et malgré que Kéléfa Sall, président de la cour constitutionnelle, qui n’a nullement« à cœur de marquer des points auprès »de lui, le déconseille vivement de tripatouiller la constitution pour rester en poste en 2020, il ne semble pas pour autant mesurer les dangersde troubles sociaux qu’il fait courir à la Guinéejuste pour satisfaire son ambition personnelle.

Ecoute, mon cher ! cette question du troisième mandat que mijote Goby Condé n’est pas un épiphénomène, un phénomène secondaire. Pourquoi ? Parce que politiquement parlant c’est bête que les Guinéens, qui aspirent au changement et à l’alternance démocratique, attendent d’abordque l’autocrate du palais Gokhi Fokhèmanifeste publiquement son ambition de garder encore le trône en 2020sous couleur de mener à termes ses grands chantiers et qu’il se lanceensuite dans l’entreprise de tripatouiller la constitutionavant dedescendre dans la rueet de crier leur désapprobation. Ses proches ont déjà lancé délibérement et publiquement l’idée d’un troisième mandat pour lui. On est en Afrique et en politique. Et Omar Bongo disait qu’ : « En Afrique, le pouvoir se prend et ne rend pas. » En effet le pouvoir est toujours dans les mains de la famille Bongo. Est-ce dire que Goby Condé pense au même scénariopour se faire remplacer au trône par son fils, Mohamed Condé, le Crésus princier du palais Gokhi Fokhè ?

Tibou Kamara, le ministre conseiller au palais Gokhi Fokhè, vient justement de déclarer dans les colonnes de L’Indépendant partenaire de Guinéactu que :

« le troisième mandat en réalité pose deux problèmes : le problème de la succession du Pr Alpha Condé et le problème de l’alternance démocratique dans notre pays. »

En effet cette question de troisième mandat pour Goby Condé est effectivement le serpent de mer qui trouble actuellement le sommeil des Guinéens de l’intérieur et des diaspourris.Pour sa succession au palais Gokhi Fokhè, Goby Condé chercherait-il alors à imposer la candidature de son rejeton à la tête du RPG pour la prochaine farce présidentielle ? Si l’ethnocentrique Ousmane Zinzin Kaba et la Haute Guinée avalisent cette option, ça éviterait ainsi à Goby de se retrouver dans la même merde que l’ancien président sénégalais Me Abdoulaye Wade qui tient à introniser son fils président au Sénégal avant de tirer sa révérence.

En Guinée aussi tous les scénarii sont envisageables en 2020. C’est pourquoi il ne faut pas baisser la garde face aux micmacs de Goby Condé. Ouvrez grandement les yeux et captez tous les prêchi-prêcha que distillent les grouillots du palais Gokhi Fokhè mais ne vous laissez pas distraire. Si l’on veut éviter le scénario de Libreville et de Lomé. Si l’on veut le départ définitif de Goby Condé du pouvoir et l’alternance démocratique en 2020. C’est maintenant qu’il faut redoubler de vigilance et qu’il faut se mobiliser sur le terrain politique. Apprêtons dores et déjà nos cartes d’identités et nos cartes d’électeurs. Et maintenons la pression dans la rue car Gobykhamé a plus d’un tour dans son sac.Hé, toi là ! Qu’est-ce qui t’excite comme ça ? L’opposition ferraille pour obtenir le départ de Goby condé du pouvoir. Et te voilà qui arrivescomme un cheveu sur la soupe avec une proposition toute faite : la fabrication d’un gouvernement d’union nationale bidon. Tu as empoché combien pour casser l’opposition ou la distraire ?

Benn Pepito

 

 

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here