orangeguinee guicopresse UBA
Cellou Dalein Diallo, président de l'Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG)

Guinée : l’opposition dénonce le retard de la promulgation de la loi électorale et non mise en place de la haute Cour de justice

Au cours d’une rencontre des leaders de l’opposition guinéenne au quartier général de l’Union des forces démocratiques de Guinée ((UFDG), Cellou Dalein Diallo a dit que les opposants au régime d’Alpha Condé déplorent le retard dans la promulgation de la loi sur la CENI votée depuis le mois de juin dernier.

« Elle a été transmise à la cour constitutionnelle, qui devrait se prononcer sur sa conformité avec la constitution pour que le président de la République la promulgue. On ne sait pas à ce jour, à quel niveau elle se trouve. Nous demandons à la présidence et à la cour constitutionnelle, de diligenter les opérations qui doivent être menées à leur niveau pour que nous puissions avoir une loi sur la CENI et mettre en place la nouvelle CENI qui doit organiser les élections législatives », a lancé le président de l’UFDG et chef de file de l’opposition guinéenne.

Poursuivant, il a dénoncé la mauvaise gouvernance et surtout l’impunité dont « jouissent Aujourd’hui, le Président de la République, le premier Ministre et les membres du gouvernement« .

« Vous savez que toutes ces personnalités jouissent du privilège de juridictions, ils ne peuvent être entendus que par la Haute Cour de justice. Ce n’est pas pour rien que Monsieur Alpha Condé refuse malgré tous les accords politiques de mettre en place cette institution qui devrait être en place depuis juin 2014. C’est-à-dire 6 mois après la mise en place de l’Assemblée nationale. Vous ne pouvez rien contre un ministre aujourd’hui. Même si Alpha Condé veut sanctionner un ministre, il ne peut que le révoquer, mais il ne peut  le déférer devant un tribunal quelque soit la nature du crime qu’il commet. Pourquoi on refuse de mettre les institutions  prévues par notre Constitution. En plus cette mauvaise gouvernance, cette  impunité est renforcée par le fait qu’au niveau de l’Assemblée nationale, pour mettre une commission d’enquête parlementaire, il faut la majorité et l’opposition n’a pas cette majorité. Nous avons introduit plusieurs demandes de mise en place de commission d’enquête parlementaire, la mouvance a toujours refusé », a-t-il indiqué.

 

Et l’ancien premier ministre et  député au parlement guinéen de poursuivre : « Je rappelle que le rôle de l’Assemblée c’est de voter les lois et de contrôler l’action gouvernementale. Le contrôle de l’action gouvernementale se fait par de commission d’enquête constituée des députés qui peuvent aller interroger les responsables de l’Administration, les documents qui ont été produits pour savoir est ce que  les lois de la République ont été respectées. Donc,  le  pouvoir se livre à toutes sortes d’activités convaincu qu’il ne peut être interpellé par personne ».

Mamadou Aliou Barry pour Aminata.com

Tel : (+224) 622 304 942

 

Apropos Alpha Oumar Diallo

Alpha Oumar Diallo est journaliste de formation. Issu de l'Institut Supérieur de l'Information et de la Communication (ISIC), ce jeune pétri de talents et d'objectivité a travaillé dans de nombreuses rédactions en Guinée et a collaboré avec de médias étrangers. Passionné de l'écriture, il traite régulièrement des sujets d'actualité en toute impartialité et fait des analyses objectives.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »