orangeguinee guicopresse UBA

Guinée : la problématique liée à l’obtention de l’agrément et à la lutte citoyenne

Depuis près de 10ans, les ONG Guinéennes traversent de rudes épreuves pour avoir des agréments. De nos jours, il faut être un adepte ou mélodiste du pouvoir pour décrocher un agrément.

A l’analyse des faits, résultent   plusieurs causes liées au refus d’octroie des agréments par le Ministère de l’administration du territoire et la décentralisation aux ONG dont :

Au titre du premier facteur :

– La Guinée a la prolifération excessive d’ONG, d’énormes ONG se créent jour après jour, parfois des ONG qui ne contribuent à aucun développement du pays, si non que nuire à l’image de la nation, c’est-à-dire  des  ONG  qui  de manière  consistante ne pratiquent aucune activité, qui manquent de visions,  mais également ne disposant aucune politique créative s’inscrivant dans un intérêt général s’il faut le dire  les ONG fantômes.

Au second :

– La mutation de certains acteurs politiques dans l’espace société civile : La plupart des acteurs qui ont échoué sur la scène politique, se recyclent en créant des associations pour   se faire une légitimité dans une lutte sans nom, téléguidée, et ce sont ces acteurs qui contribuent à étouffer la société civile de nos jours, puisqu’ils n’ont aucun respect vis-à-vis de la chartre de la société civile ou les valeurs et les principes qui   en (société civile) régissent. C’est pourquoi le combat citoyen devient de plus en plus diffus et confus.

– L’ingérence des politiques dans la société civile : Beaucoup de structures qui se créent aujourd’hui sont celles essentiellement soutenues par des partis politiques, elles agissent à contre sens de leur statut et règlement intérieur, si ce soutien n’est pas de la part du pouvoir d’un côté, c’est de l’opposition de l’autre côté. Cette pratique est de nature à décrédibiliser le mouvement social Guinéen. Rares sont des structures respectueuses   des valeurs et principes pour lesquels on s’est tant battu.

– Le conflit de compétence ou l’absorption du rôle du SERPROMA par le MATD. Les procédures d’obtention sont totalement violées par le Ministère, les ONG sautent sur le SERPROMA et vont se faire des agréments par amateurisme au Ministère. Pour ceux qui ont des « bras long »

– L’incompétence du SERPROMA à avoir le contrôle des ONG fait de lui un organe figuratif.

L’Etat doit revoir sa politique de gestion des ONG.

 

Apropos Alpha Oumar Diallo

Alpha Oumar Diallo est journaliste de formation. Issu de l'Institut Supérieur de l'Information et de la Communication (ISIC), ce jeune pétri de talents et d'objectivité a travaillé dans de nombreuses rédactions en Guinée et a collaboré avec de médias étrangers. Passionné de l'écriture, il traite régulièrement des sujets d'actualité en toute impartialité et fait des analyses objectives.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »