Guinée : la Cour des Comptes entend se doter d’un plan stratégique opérationnel 2020-2024

Mohamed Diaré, ancien ministre et actuel Président de la cour des comptes
Mohamed Diaré, ancien ministre et actuel Président de la cour des comptes

La Cour des Comptes est une juridiction indépendante du pouvoir Exécutif et du pouvoir Législatif. Elle jouit de l’autonomie budgétaire et de gestion. Elle décide seule de la publication de ses avis, décisions et rapports. Elle est la juridiction de contrôle a posteriori des finances publiques en République de Guinée. Elle est l’institution supérieure de contrôle et représente la Guinée auprès des organisations internationales.

De nos jours, l’obligation de rendre compte de l’emploi des fonds publics est devenue une exigence du fonctionnement de l’Etat moderne. La production de l’information sur la gestion des finances publiques et sa mise à la disposition du Président de la République, du Président de l’Assemblée nationale et des Citoyens à travers un rapport annuel d’activités sont des grands enjeux et défis pour cette juridiction.

C’est pour toutes ces raisons que se tient à Conakry du 16 au 20 septembre 2019, d’un séminaire qui pour but, l’élaboration d’un plan national de planification opérationnelle de la Cour des Compte de Guinée.

La cérémonie d’ouverture a été présidée ce mardi 17 septembre 2019 par le Premier Président de la Cour des Comptes, Mohamed DIARE. Après avoir expliqué les raisons dudit séminaire, il a saisi l’occasion pour inviter toutes les parties prenantes à soutenir cette institution pour son bon fonctionnement : «Le cycle de planification stratégique et opérationnel pour la période de 2020-2024  a pour but de permettre à la Cour des comptes d’élaborer d’un plan stratégique et opérationnel qui décline les axes stratégiques et les domaines prioritaires de ses activités en adéquation avec les standards internationaux et les objectifs de développement nationaux. L’aboutissement de ce processus de planification nécessite une implication soutenue de tous les acteurs et institutions œuvrant pour l’amélioration pour l’amélioration de la gestion publique », a-t-il souligné.

L’objectif dudit séminaire consiste non seulement de  recueillir les attentes des organisations et institutions présentes à cette rencontre mais aussi de leurs engagements à soutenir la Cour des Comptes pour son bon fonctionnement. Raison pour laquelle, le chef de l’équipe sous régionale a défini les grands axes stratégiques de cette Cour, des axes qui se résume à 3 à savoir : « la Transparence et performance de la gestion publique ; l’impact des contrôles de la Cour et la rédévabilité des agents/gestionnaires publics et la Gestion performance de la cour des comptes ».

Ce mardi, les travaux ont porté sur la présentation des domaines prioritaires axés sur le renforcement des capacités du leadership sur les spécificités tenant aux institutions de contrôles (ISC), le plaidoyer pour le renforcement de l’indépendance de la Cour des comptes en présence des magistrats de la cour des comptes, des représentants d’institutions et départements ministériels, d’acteurs de la société civile.

La Cour des Comptes a été créée pour la première fois en 1967 et rattachée successivement de 1968 à 1991 à la présidence de la République, au Ministère du domaine économique et financier et au Ministère du contrôle d’Etat.

Oumar M’Böh pour Aminata.com

+224 622 62 45 45

mbooumar@gmail.com