Le ministère de sécurité et de la protection civile a organisé un atelier de capitalisation des résultats de mise en œuvre de la police de proximité en Guinée. Avec l’appui d’Union Européenne, ces activités se sont déroulées du 30 au 31 janvier 2018 au camp Samory Touré de Conakry.

Le délégué de l’Union Européenne en Guinée, Raymon Lataste, partenaire financier pour le renforcement des capacités de la police nationale et de la réconciliation avec la population guinéenne s’est prononcé sur les perspectives d’appuyer cette initiative.

« Comme j’ai dit dans mon intervention, nous sommes entrain de lancer un nouveau programme d’appui à la reforme du secteur de la sécurité PARSS 3, qui va démarrer très prochainement et qui sera mis en œuvre jusqu’en 2021. Donc actuellement je ne peux pas vous dire si la Guinée peut se prendre en charge ou pas. La teneur de mon discours c’était de dire qu’à l’issue de ce programme en 2021, nous espérons que la Guinée va pouvoir s’approprié de tous les résultats, découvrir de façon d’autonomie », a-t-il indiqué.

Il a poursuivi son intervention en précisant que, les recommandations principales portent sur la gestion des ressources humaines.

« Nous y travaillons déjà avec nos programmes pour que les effectifs des policiers soient un nombre suffisant par tout où besoin sera et également. Au niveau des structures que les commissariats soient adaptés à leur mission et que les policiers continuent aussi au niveau de la formation. Qu’on continue les efforts lancés au niveau de l’école de police et de la protection civile. Pour que, tout se passe bien, les policiers qui sont en contact avec la population soient formés à cette nouvelle doctrine qui est la police de proximité », a ajouté M. Lataste.

De son coté, Mohamed Camara, l’un des participants a exprimé ses sentiment comme participant.

« Mes sentiments sur l’atelier qui a porté sur la capitalisation des résultats de la mise en œuvre de la police de proximité, a été vraiment salutaire pour nous qui sommes des autorités locales. C’est une approche de la police de proximité qui à temps servir la population en générale. En matière de sécurité nous avons été réconfortés, car, nous avons appris beaucoup de choses. La police a changé de comportement sur le terrain et mieux que ça la police est rapproché de la population et la population a osé de la police .Nous voulons que cette reforme soit pérennisée et que la formation soit vraiment continuelle », a-t-il sollicité.

Quand au commissaire divisionnaire de police de Dabompa, Alphonse Loua, également participant à cette rencontre se dit satisfait de l’appui des partenaires au développement.

« Aujourd’hui nous sommes en synergie d’action avec les populations et les élus locaux. Nos actions portent toujours sur les résultats positifs au niveau des quartiers. Dans la police beaucoup de choses ont changé, la police se trouve directement en contact avec la population et même nos manières de travailler ont changé. Comme par exemple quand vous allez au niveau des commissariats, il y a un service d’accueil qui est une première. Ce service d’accueil a pour charge d’orienter les citoyens vers les services de leurs préoccupations. Donc, je me dis que c’est une bonne chose. Même les procédures judiciaire que nous faisons est une preuve de cette reforme et également nous avons bénéficié beaucoup de formation. Cela nous facilite effectivement de la mission qui nous a assigné », s’est-il réjoui.

Zeze Enèma Guilavogui pour Aminata.com

Tel : (+224) 622 34 45 42

Zezeguilavogui661@gmail.com

PARTAGER