A LA UNEPolitique

Entreprenariat: plusieurs jeunes guinéens outillés sur comment obtenir de financement

Dans le cadre du programme INTEGRA qui est le programme d’appui à l’intégration socio-économique des jeunes en Guinée, plusieurs jeunes entrepreneurs ont été outillés sur le mécanisme de facilitation d’accès aux capitaux d’investissement du 8 au 9 avril 2019 à Conakry.

L’initiative financière locale est une approche de financement du développement local qui fournit des ‘’seedcapital’’ et des interventions techniques ciblés pour débloquer les investissements dans les projets de petites et moyennes tailles afin d’accélérer le développement local. Dans cet objectif l’approche de l’UNCDF apporte la méthodologie et les outils pour financer les projets des PME et les PPP permettant ainsi de dé-risquer et d’accompagner ces projets jusqu’à l’accès aux financements.

Dans le cadre de sa stratégie de renforcements de capacité, l’UNCDF fournit des formations aux parties prenantes dans l’objectif de faciliter les projets de développement et d’améliorer le climat des affaires.

Interrogé par notre reporter, Armel Hervé Djengue expert en financement du fond d’équipement des nations unies basé à Cotonou au Bénin et formateur a dit que l’atelier vise à présenter aux promoteurs de projets, aux institutions de financement, un mécanisme de facilitation d’accès aux capitaux d’investissement.

«Nous voulons partager le fonctionnement de cet outil-là dans le cadre de l’objectif spécifique III du programme INTEGRA qui concerne la création des opportunités d’emploi durable pour les jeunes en passant par entrepreneuriat et le développement des infrastructures productives du partenariat public-privé», a-t-il indiqué.

A LIRE =>  Siguiri: l'inspecteur général des forces armées guinéennes installe le nouveau commandant du camp d'infanterie

De son côté, Ousmane Fofana jeune entrepreneur évoluant dans la gestion des déchets biomédicaux indique que cette formation va permettre aux jeunes entrepreneurs d’avoir accès au capital octroyé à l’échelle internationale. «C’est une opportunité pour moi parce qu’il y a ici de différentes institutions financières, l’Etat et beaucoup d’entrepreneurs. Mes attentes en tant qu’entrepreneur sont de saisir l’opportunité vis-à-vis de cet atelier, me performer. Cette performance va me permettre d’être cadré dans l’obtention de financement. Le projet dans lequel je suis, c’est un défi pour moi d’obtenir de financement», nous-t-il confié.

Mariam Mohamed Keita évoluant dans le recyclage des déchets plastiques a pour sa part souhaité que ces genres de formation soient élargis à l’intérieur du pays parce que selon elle, il y a beaucoup de jeunes là-bas qui souhaiteraient avoir les mêmes opportunités. «Après cette formation, j’irai dans les préfectures, partager avec eux, ce que j’ai appris ici. Dans ma recherche de financement au départ, j’ai eu d’énormes difficultés. J’ai profité d’un concours lancé par le PNUD à l’intention des jeunes volontaires de la croix rouge. C’est avec le prix que j’avais eu à l’issue de ce concours que mon entreprise a vu le jour», a-t-elle conclu.

Mamadou Aliou Barry pour Aminata.com

(+224) 622 304 942

A LIRE =>  Transition en Guinée, résumé de la journée du Mardi, 23 novembre 2021
Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Translate »