A LA UNEEducation

Enseignement pré-universitaire: ce qu’il faut retenir de la rencontre de Guillaume Hawing avec les fondateurs des écoles privées

« Après la pluie c’est le beau temps » dit-on. Après donc la publication des résultats jugés catastrophiques au différents examens nationaux ( CEE, BEPC, BAC), place désormais au diagnostic afin de redorer le blason de l’école guinéenne. C’est dans cette optique que les cadres du département de l’enseignement pré-universitaire et de l’alphabétisation, multiplient les rencontres avec les acteurs du système éducatif de notre pays. Après les syndicats, l’Associations des Parents et Amis de l’École (APEAE) Guillaume Hawing et son équipe ont rencontré ce vendredi, 22 juillet 2022, les fondateurs des écoles privées. C’était à l’Institut National de Recherche et d’Action Pédagogique (INRAP), situé dans la commune de Dixinn.

Selon le ministre, ces initiatives s’inscrivent dans le cadre de l’application stricte de la politique de refondation prôné par le Président de la transition, le Colonel Mamadi Doumbouya. Devant les fondateurs, Guillaume Hawing s’est d’abord prononcé sur les dysfonctionnements qui ont caractérisé l’école guinéenne, en particulier le privé depuis belle lurette.

« De nos jours, plusieurs dysfonctionnements sont enregistrés dans les écoles privées. Nous avons entre autres : des installations frauduleuses, le marchandage des notes, les cas de substitution pendant les examens, le non-respect des textes et des normes en vigueur, l’institutionnalisation de la fraude pendant les examens nationaux, le traitement des enseignants, l’utilisation des réseaux sociaux pendant les examens », a déploré le ministre.

A LIRE =>  Siguiri: des responsables d'écoles s'approprient des outils d'enseignement

Partant des données des annuaires statistiques des années 2020-2021 du bureau de stratégie et de développement (BSD), selon Afsatou Konaté Sy, Directrice du service de l’enseignement pré-universitaire privé, on dénombre en Guinée 16.075 établissements dont 6.984 pour l’enseignement pré-universitaire privé, pour un total de 2.996 204 élèves dont 1215 980 pour l’enseignement pré-universitaire privé, dont 82 957 éducateurs et enseignants, avec 43134 pour l’enseignement pré-universitaire privé.

Pour requalifier le système éducatif guinéen, les fondateurs d’écoles privées par la voix de Roland Sosso, n’ont pas manqué de formuler des doléances auprès des nouvelles autorités, représenté par le patron de département de l’éducation nationale.

« Nous sollicitons auprès de votre département un appui auprès de l’Etat pour l’obtention d’une subvention de toute nature. Cela permettra à plusieurs fondateurs de s’implanter partout ou besoin y est sur toute l’étendue du territoire national et d’améliorer les conditions de vie et de travail des enseignants et des cadres. Nous aimerons un retour au régime du temps de madame Aicha Bah où nous étions exonérées des impôts. Nous sollicitons avoir ce statut particulier vis-à-vis des impôts, compte tenu de l’activité que nous exerçons, de la crise mondiale actuelle, de la période exceptionnelle que nous traversons dans notre pays… », a-t-il plaidé.

A LIRE =>  Actualité guinéenne : Résumé de la journée du lundi 04 juillet 2022

Sâa Robert Koundouno

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Centre de préférences de confidentialité

Necessary

Advertising

Analytics

Other

Translate »