orange guinee guicopres uba guinee votre

Énergie alternative : Un autre monde est possible

A  l’heure  où le monde en  général  et  les  Pays  les  moins  avancés  en  particuliers font  face à  un  défi énergétique sans  précédent   à cause d’une ruée concurrentielle des  grande  puissances  vers les  énergies  notamment  fossiles  disponibles, l’humanité  retient  son souffle.

A  observer  de  près, la  plupart  des  pays  qui  tirent la  langue de  nos  jours pour tenter  de  résorber leurs  besoins  énergétiques  sont  des  pays  au  départ  que  la  nature  a  favorisé en  richesses,  les plus  diverses et  les  plus  aptes à répondre  avec  efficience  aux  besoins .

Les PMA : Des paradis  qui  s’ignorent

Des  forêts à perte  de  vue comme en  RDC ou  au  Gabon, des  réseaux hydrographiques  au  dessus  de  toute  espérance comme  en  Guinée considérée  comme  le  château  d’eau  de  l’Afrique  occidentale, une  forte chaleur  sur  des  zones  comme  le  sahel et  comme  cerise  sur  le  gâteau  une  bonne  activité  éolienne dans  la  majeure  partie  des  PMA doublé  d’un  accès  à la  mer ui  auraient  pu servir de  tremplin  pour tirer  partie  de  la biomasse. Mis le  hic  est  que ces  ressources ,malgré  leur  disponibilité  ne  sont  pas  valablement mis  en  valeur pour  un  intérêt collectif.

Ces  énergies dites  durables mises  dans un cycle   normal  d’exploitation  rationnel peuvent  offrir  une  réponse crédible et  pourquoi  pas  définitive  aux  énergies  fossiles  dont  le  tribut  humain ne  cesse  de s’alourdir.

Les  énergies  durables sous  le  diktat  des  activités  entropiques  de  l’homme

A l’heure où, au  plan  universel, le  réchauffement  climatique est  une  préoccupation  majeure, la  pauvreté pousse certaines catégories d’indigents à mener  des  activités qui  leur  permettent  de  survivre et  ces  activités pour  la  plupart portent atteinte à  ce  que  nous  avons  de  plus  cher : l’environnement avec  toutes  les  conséquences que  ces  actions  peuvent  avoir sur  l’avenir  de  l’espèce  humaine toute  entière.

Dans  bien  de  pays en  voie  de développement  de  nos  jours, la  ruée  sur  le  foncier est  d’une  anarchie  révoltante,  la  nature  est  agressée  de  la  façon la  plus  sauvage  qui  soit,  sans que les  personnes  et  institutions  en  charge  de  sa protection  ne  puissent  agir pour endiguer cette saignée. Cette léthargie peut  s’expliquer  par  l’absence de  moyens adaptés  à  la  lutte  contre les  agressions ou  par  la corruption  qui gangrène  toutes  les  sphères de  la  chaine  de  commandement de  l’Etat.

Les  activités  entropiques  les  plus mise  en  cause  sont :

La déforestation, la  construction de  maisons d’habitation sur  les  lits  des  cours  d’eau, l’aménagement des  station  de  lavage  ou  l’érection  de  fours  à  brique en  bordure des  cours  d’eau, la  transformation du lit des  cours  d’eau en  dépotoirs à  ciel  ouvert  ou  encore  en espaces agraires.

Conséquences des agressions  de  la  nature

Les   conséquences de  ces  actions  entropiques sont  désastreuses et parfois  même irréversibles, c’est  notamment les  perturbations  d’ordre climatiques avec  des  piques  de  chaleur extrêmes, raréfaction des  pluies et  même  de  la durée  de  l’hivernage, rétrécissement  du  lit  des  cours d’eau, des risques d’ inondations, une  fulgurante avancée  de  la  sécheresse conséquences toutes favorables à  une précarisation  des  conditions  de  vie

 

Quelques  pistes  de  solution

les  ressources  durables sont  sans  doute une  bénédiction  des  PMA ,s’ils  en  font  un  usage  rationnel mais  en  amont, il  doit  y  avoir un effort  concerté  et solidaire pour ‘’sauver’’ la  nature et  l’environnement immédiat  de ces  énergies  alternatives.

Pour espérer  inverser  la  tendance suicidaire actuelle, il  faudrait  envisager : L’application  rigoureuse  des  lois axées sur la  protection de  la  nature, mener des  campagnes  de  sensibilisation  des  populations  à  la  nécessité de  protéger la  nature , assainir  et  aménager les  cours d’eau et  leurs  lits en  priorisant  les têtes de  source et, mener de  vastes  campagnes  de  reboisement en   exigeant aux exploitants  de  planter  un  arbre  pour chaque  arbre  abattu.

En guise  de  conclusion, il  ne  serait  pas superflu  de  préciser  que  l’heure  est  grave et  que  tout  discours  serait  vain devant  la  capacité  d’agir. L’humanité a  vécu bien  d’exemples pour  rappeler que  la  vie  est  bien  plus  durable  et agréable dans  la  solidarité que  dans  cette  course  folle aux  énergies fossiles et  atomiques  dont  les  conséquences ne sont  plus à présenter.  S’il  existe  un  futur  radieux  profitable  à  tous  sans une  main  mise  des  grandes  puissances, c’est  bien  les  énergies  durables. Alors, tous ensembles   donnons  une chance  à  un autre monde.

                                                                                                                                      Ousmane K. Tounkara

 

Apropos Alpha Oumar Diallo

Alpha Oumar Diallo est journaliste de formation. Issu de l'Institut Supérieur de l'Information et de la Communication (ISIC), ce jeune pétri de talents et d'objectivité a travaillé dans de nombreuses rédactions en Guinée et a collaboré avec de médias étrangers. Passionné de l'écriture, il traite régulièrement des sujets d'actualité en toute impartialité et fait des analyses objectives.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »