AfriqueCultureEconomie

En attendant la CdP27 : l’énergie renouvelable, meilleur atout de l’Érythrée pour un avenir résilient

L’énergie éolienne et l’énergie solaire font partie des alternatives renouvelables les plus abordables disponibles dans le pays.
Par:

Amakobe Sande and James Wakiaga
Comme d’autres pays de la Corne de l’Afrique, l’Érythrée n’est pas épargnée par les effets néfastes des conditions météorologiques extrêmes et des catastrophes liées au climat. Aujourd’hui aggravée par les impacts socio-économiques sans précédent de la pandémie de COVID-19, la dégradation des conditions climatiques met en péril la trajectoire de développement du pays, car la crise a encore érodé les capacités de résilience des communautés.
Malgré ces défis, l’adhésion de l’Érythrée aux conventions mondiales sur l’environnement et l’énergie fait partie des tentatives du pays pour inverser les tendances climatiques qui s’aggravent. Le pays fait preuve d’ingéniosité et d’un énorme engagement en jouant un rôle dans la réduction des émissions nettes en respectant les principes de base de l’accord de Paris qui exige de toutes les parties des contributions ambitieuses.
Le gouvernement envisage d’atteindre ses objectifs de réactivité au changement climatique en assurant la transition vers une économie sans carbone. Il s’efforce également d’augmenter la part de la production d’électricité provenant d’énergies renouvelables.

Mme Amakobe Sande, Coordinatrice résidente des Nations Unies en Erythrée.
Selon la base de données 2019 de la Banque mondiale sur l’électrification mondiale, 50,3 % des Érythréens ont accès à l’électricité, l’électrification atteignant respectivement 75,6 % et 36,6 % de la population urbaine et rurale.
Des combustibles fossiles aux énergies renouvelables
La contribution déterminée au niveau national (CDN) de l’Érythrée prévoit de passer de la production d’énergie à partir de combustibles fossiles à des mix de production d’électricité utilisant des sources renouvelables et de réduire les pertes de transmission et de distribution. Elle encourage également les technologies respectueuses de l’environnement afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre. Le secteur énergétique du pays met également l’accent sur l’utilisation et l’introduction de sources d’énergie renouvelables telles que l’énergie solaire, éolienne et géothermique, et sur la prise de mesures concrètes pour s’éloigner de la dépendance aux combustibles fossiles.
À travers sa CDN, l’Érythrée reflète un engagement soutenu à mettre en œuvre des interventions d’atténuation et d’adaptation, avec des progrès notables en matière de transition énergétique pour répondre à la demande croissante d’énergie grâce à une efficacité énergétique accrue et à des technologies énergétiques modernes.

M. James Wakiaga, Représentant Résident du PNUD en Erythrée
Le gouvernement collabore avec les parties prenantes concernées dans divers secteurs afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre en mettant en œuvre des solutions durables et neutres en carbone qui contribuent directement à l’atténuation du changement climatique et à l’adaptation à celui-ci.
Les solutions d’énergie renouvelable telles que l’énergie éolienne et l’énergie solaire font partie des alternatives les plus abordables et les plus facilement disponibles. Elles sont des moteurs essentiels pour la création d’emplois verts et la réinvention durable des économies après la pandémie.
En plus de contribuer à la réalisation de l’objectif « zéro émission » d’ici à 2050, l’élargissement de l’accès aux énergies propres est également essentiel pour améliorer la vie des communautés de manière abordable, rentable et durable. Par conséquent, nous ne pouvons pas sous-estimer l’énorme potentiel des ressources énergétiques renouvelables que le pays pourrait exploiter.
Cependant, un accès accru à des technologies abordables est nécessaire pour garantir la viabilité d’un large portefeuille d’énergies renouvelables qui assure que l’abordabilité, l’accessibilité et l’adaptabilité sont à portée de main.
Pour l’Érythrée, les opportunités fondamentales pour la durabilité de l’énergie propre comprennent l’appropriation que le gouvernement et les communautés participantes ont déjà démontrée en mettant en œuvre des projets d’accès à l’énergie avec un fort potentiel de réplication et de mise à l’échelle.
Les communautés jouent déjà un rôle de catalyseur en tant que partenaires des structures communales existantes qui fournissent des ressources fiables et une appropriation pour stimuler la mise en œuvre.
Le mini-réseau solaire d’une capacité de production de 2,25 MW, qui fournit une énergie moderne et abordable aux villes rurales d’Areza et de Maidma, dans le sud du pays, et à 33 villages environnants non raccordés au réseau, est un exemple illustrant l’importance cruciale du partenariat public-privé et de l’appropriation des solutions énergétiques vertes.
Le gouvernement s’appuie sur des sources et des technologies renouvelables pour améliorer l’accès à l’énergie dans le cadre d’une approche inclusive et centrée sur les personnes, qui bénéficie de l’adhésion totale de la communauté.
Alors que le ministère de l’énergie et des mines met entièrement en œuvre le projet de 13 millions de dollars (11 762 778 euros), la communauté a fourni de la main-d’œuvre et fait don de terrains pour installer les stations solaires, ce qui renforce l’utilité potentielle de ce projet et la propriété communale.
Avec le soutien de l’Union européenne et du PNUD, le projet bénéficie à plus de 40 000 personnes qui n’avaient auparavant pas accès à l’électricité, notamment en créant des opportunités d’emploi pour plus de 513 petites entreprises et en améliorant les services dans les écoles et les établissements de santé grâce à des infrastructures basées sur les énergies renouvelables.
Relier les ménages à l’énergie solaire
En plus de connecter les ménages et les communautés à l’énergie solaire, plusieurs ménages dirigés par des femmes ont également bénéficié de la fourniture de fours de cuisson économes en énergie. Ceux-ci contribuent à réduire l’utilisation de combustibles, à diminuer les taux de déforestation et à accroître les effets positifs sur la santé des femmes, notamment leur participation aux besoins domestiques de base.
L’accès à une énergie propre peut transformer des vies. Toutefois, il est fondamental de trouver un équilibre entre l’urgence de réduire les émissions et les besoins économiques pressants.
Par conséquent, la transition énergétique de l’Érythrée doit s’appuyer sur des voies multidimensionnelles qui répondent à des réalités diverses et sont essentielles pour soutenir la mise en œuvre et l’adaptabilité.
Le monde est au point de basculement pour des mesures plus audacieuses et des actions agressives immédiates. L’Érythrée, un pays dont la contribution aux émissions est négligeable, peut potentiellement ouvrir la voie à un avenir sûr et durable en empruntant une voie différente des trajectoires de développement précédentes.
Alors que le pays se relève des impacts de la COVID-19, le défi monumental n’est pas de savoir si, mais comment, effectuer une transition progressive vers l’utilisation de sources d’énergie propres au cœur de l’agenda transformationnel pour mieux construire l’avenir.
Bien que les outils et les cadres nécessaires soient déjà en place, les institutions gouvernementales et les parties prenantes doivent éviter les approches cloisonnées pour relever les défis du développement en constante évolution et exploiter le pouvoir des partenariats dans tous les secteurs.
La stratégie de redressement national COVID-19 de l’Érythrée peut et doit essentiellement s’inscrire dans le cadre de la CDN et des plans d’action climatiques du pays, qui contribuent à accélérer son engagement envers l’Accord de Paris.
Collectivement, nous avons la possibilité de faire un bond en avant audacieux vers un avenir durable, inclusif et résilient qui protège les plus vulnérables, avec les Objectifs de développement durable comme feuille de route.

A LIRE =>  La faim, les prix élevés des denrées alimentaires en Afrique ne doivent pas devenir une tragédie pire que cela Pour éviter la famine

Mme Sande est la Coordinatrice résidente des Nations Unies en Érythrée, tandis que M. Wakiaga est le Représentant résident du PNUD en Érythrée.
Pour plus d’informations sur COVID-19, consultez le site https://www.un.org/fr/coronavirus
Afrique Renouveau

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Translate »