A LA UNEPolitique

Dialogue politique en Guinée: les préalables du FNDC avant toute participation

En plus de rejeter le format et le contenu du dialogue politique en vue, le FNDC conditionne sa participation. Pour cette entité sociopolitique, il n’est pas question de discuter avec le régime en place avant la prise en compte de ses préalables. Des préalables qui sont entre autres la libération de ses deux responsables en détention depuis près de quatre mois, la levée de l’interdiction de manifester et la publication de la liste des membres du CNRD. C’est ce que laisse voir son communiqué qui vient d’être rendu public.

« La Coordination Nationale du FNDC fidèle à ses principes et soucieuse de la réussite de la transition en cours, rejette le format et le contenu du simulacre de dialogue proposé par le Président du CNRD sous réserve de la prise en compte des propositions ci-après :

La libération sans condition de tous les détenus politiques injustement arrêtés et incarcérés à la maison centrale de Conakry et à l’intérieur du pays;

Le FNDC sollicite la mise en place d’un cadre de dialogue permanent regroupant le CNRD, le Gouvernement, le CNT, les parties politiques et la société civile en présence des diplomates du G5 et sous la présidence de la CEDEAO ;

Le FNDC exige que les questions liées à la durée de la transition, à la rédaction de la nouvelle constitution, au processus électoral, à la justice pour les victimes des manifestations pacifiques pour le retour rapide à l’ordre constitutionnel normal sous le CNRD, soient parmi les thématiques dans l’agenda qui va consacrer le futur dialogue présidé par la CEDEAO ;

A LIRE =>  Route nationale Mamou-Dabola: les travaux de réhabilitation traînent encore malgré la pression du CNRD

Le FNDC exige la publication de la liste nominative des membres du CNRD et la déclaration des biens des autorités de la transition ;

Le FNDC exige la levée immédiate de l’interdiction des manifestations dans les rues et sur les places publiques ;
Le FNDC exige le respect des droits de l’Homme.

Compte tenu de la profonde crise de confiance qui existe entre la classe politique, la société civile et les autorités de la transition, il nous apparaît fondamental que la CEDEAO intervienne pour présider le dialogue et favoriser ainsi le retour à l’ordre constitutionnel en Guinée à travers l’organisation d’élections inclusives, libres et transparentes », lit-on dans le communiqué du FNDC.

Cet autre dialogue en vue va-t-il se dérouler sans les ténors de la société civile et de l’opposition ? La question reste posée pour le moment. Mais la réponse pourrait être connue bientôt.

Oury Maci Bah pour Aminata.com
Email : ourynombobah@gmail.com

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Translate »