Fodé Camara, enseignant à l'Université de Labé
Fodé Camara, enseignant à l'Université de Labé

Deux enseignants chercheurs en service à l’Université de Hafia se voient poursuivis par leur hiérarchie pour des faits de détournement d’un bus attribué au syndicat SLECG alors le seul. Depuis la naissance de la faction rivale du SNE sur le ”cadeau” semble plus revenir à ce dernier syndicat acquis à la cause des autorités de l’Université pensent les enseignants affiliés au SLECG.

Ce bus de la discorde qui était stationné dans l’enceinte de la gendarmerie lors des échauffourées autour de la mort de l’étudiant Amadou Boucariou Baldé se trouvait depuis quelques jours introuvable.

Interpellé sur la question, le sieur Fodé Camara a été auditionné jeudi en soirée, il voulait parler à la presse mais n’a pu le faire sur interdiction des gendarmes qui enregistraient sa déposition.

Des informations recueillies ce matin d’un de ses collaborateurs,il s’avère que le sieur Camara a passé la nuit en détention.

Alors que Issa Soumaré autre enseignant affilié au SLECG dont il est l’un des meneurs a été interpellé cet après midi à 15 h à Timbi Madina où il surveillait les examens d’entrée en 7 ème.

Via un texto qu’il nous a glissé, Soumaré dénonce une chasse aux sorcières.

<<Le gouverneur de Labé à appelé le commandant devant devant moi,pour lui dire de me mettre aux arrêts.  Mais j’ai appelé mon avocat maitre Bea il m’a dit de rendre le bus  au parquet. Donc on est dans ça et présentement j’attends une équipe de gendarmes qui vient de Labé pour chercher le bus.

C’est une chasse aux sorcières…>>

 

Il n’est pas exclu que les agents de la gendarmerie déployés pour aller chercher le bus stationné au secrétaire général du SLECG version Aboubacar Soumah à Timbi reviennent avec le sieur Soumaré qui est comme une arête de poisson à la forge des autorités de Hafia qui ont s’en souvient avait pris soin de muter le jeune homme à Nzerekoré aux plus forts de la crise syndicale, même si pour le recteur, la grève n’a jamais touché son institution et qu’il a jamais validé la mutation arbitraire .

Ousmane K. Tounkara