A LA UNELibre Opinion

CRIEF: il y a des raisons de douter (édito djoma de Mognouma)

Il y a quelques mois, dans la foulée de la création de la CRIEF, des Guinéens désabusés par une gouvernance de bric et de broc, faite de corruption et de laxisme, n’auraient jamais imaginé devoir s’interroger plus tard sur l’avenir de cette juridiction spéciale.

L’instrument de répression et de dissuasion des délinquants financiers, inspiré de cette incurie généralisée dans la gestion de la chose publique, risque de faire pschitt. Le risque est réel!

La traque des filous, percutés par des événements majeurs et des débats escamotés, laisse planer des doutes sur le fonctionnement et les objectifs visés.

En lieu et place de l’enthousiasme modéré qui animait une certaine opinion qui s’estimait victime de la gouvernance déchue, s’impose désormais la plus grande prudence dans l’appréciation.

Car, plus personne n’est épargnée par la menace, même celles qui croyaient être à l’abri et qui ont souhaité voir les autres, les adversaires d’hier, y être trimbalés.

Par-dessus tout, il y a lieu de douter.

Le procédé semble tronqué. La méthode n’est pas totalement, et même partiellement, aseptisée de celle qui est souvent mise en cause. On a donc l’impression que tout est dicté ou presque, soit par la volonté d’un chef ou par la clameur publique dont la volonté du même chef dépend le plus souvent.

A LIRE =>  Mamou: des lieux de prière assainis par la section locale du GOHA félicitée par le Préfet

Par conséquent, les procédures sont précipitées avec le risque d’être bâclées. C’est le cas de l’interpellation et l’incarcération de l’ancien premier Ministre Kassory Fofana et Cie, qui ne sont pas insoupçonnées de ces anciennes mauvaises pratiques que ces victimes d’aujourd’hui ont laissé prospérer, hélas, pendant qu’elles présidaient aux destinées du pays.

La coïncidence saisissante de leur interpellation avec l’expression de leur volonté de reconquérir le pouvoir qui leur a été chipé, ce à travers l’organisation de la convention de leur parti le RPG, donne à réfléchir.

Ces actes viennent renforcer les commentaires de désespoir qui commencent à résonner dans l’opinion.

Et pourtant, le colonel-Président, de bonne foi, et sûrement animé de très belles intentions, avait juré de gérer autrement.

En d’autres termes, de faire respecter la loi, peu importe le faciès de l’accusé ou de son passé réputé répugnant.

Il est évident, qu’on ne peut aussi empêcher les gens de penser que le mépris vis-à-vis des partis politiques et la hargne contre leurs leaders, pourraient être symptomatiques de la volonté de maintenir aussi longtemps la transition dans un tuyau. Une transition dont on n’a encore aucune idée de sa durée.

C’est prétentieux et disruptif de maintenir aussi longtemps ce climat atrabilaire, surtout quand on a ouvert assez de fronts et convaincu d’avoir contre soi, presque tout le monde.

A LIRE =>  Guinée: le pari raté d’Ibrahima Kassory Fofana

Mognouma

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Translate »