orangeguinee guicopresse UBA

Corruption publique – Élections présidentielles en Guinée

Les États-Unis surveillent le président guinéen Condé pour assurer une transition pacifique du pouvoir.
Le secrétaire d’État américain donne un avertissement alors que le peuple se prépare aux massacres commis par les forces armées guinéennes.

 

L’élection présidentielle en République de Guinée en Afrique de l’Ouest prévue le dimanche 18 octobre 2020 est susceptible d’entraîner des meurtres à grande échelle, rapporte le correspondant de presse conservateur «Voice of Confidence» basé à Arlington, en Virginie.

Selon Africa Guinee TV, le vainqueur attendu des élections est le candidat à la présidentielle, Cellou Dalein Diallo, devant le président sortant, Alpha Condé. Diallo, qui avait déjà couru et perdu deux fois face au président Condé, a obtenu un soutien important des tribus familiales du président en exercice, les Susu et les Mandinka, qui ont tous deux soutenu massivement le président lors des élections précédentes.

Les deux tribus, cependant, ont été privées de leurs droits avec Condé en raison du manque de progrès économique, sécuritaire et social au cours de ses deux derniers mandats présidentiels qui remontent à 2010.
Selon Human Rights Watch, il est largement attendu que le président Condé ne respectera pas la validité des élections, ce qui amènera le peuple guinéen à organiser des manifestations après l’annonce des résultats des élections «officielles».
Selon l’ancien conseiller de Condé, Mamadou Camara, le président a informé ses paramilitaires, la gendarmerie, et ses hauts généraux militaires qu’il ne démissionnerait pas quels que soient les résultats.

Jusqu’à récemment, les États-Unis n’étaient que des observateurs occasionnels des élections guinéennes. Le 8 octobre 2020, le secrétaire d’État américain Pompeo a averti le président Condé que les États-Unis suivraient de près les élections présidentielles en Guinée (se référer au communiqué de presse du département d’État américain du 8 octobre 2020, «Prochaines élections en Afrique»).
Dans son avertissement, il a déclaré que les élections doivent être libres et transparentes, faute de quoi il y aurait des conséquences pour les individus qui interfèrent, dans un premier temps des sanctions.
Les sanctions seront imposées aux hauts dirigeants paramilitaires et militaires de Condé, à ses conseillers et aux membres du cabinet. Pompeo a adressé le même avertissement au président Alassane Ouattara de Côte d’Ivoire.

Les deux précédentes élections présidentielles guinéennes ont été marquées par des violences meurtrières et des intimidations massives des électeurs par les irrégularités électorales paramilitaires de Condé et de privation de leurs droits.
Selon Human Rights Watch et Africa News, Condé a déjà ordonné des niveaux beaucoup plus élevés de violence et d’intimidation contre les électeurs avant les élections, entraînant la mort de civils presque tous les jours au cours du mois dernier.
Il refuse également d’autoriser des observateurs électoraux indépendants de l’ONU, de l’Union africaine, de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et de l’UE à surveiller les élections dans les bureaux de vote.
Condé a le contrôle direct des 1500 sites de vote et des systèmes de vote, donc, comme auparavant, il ne permettra probablement à personne en plus de ses plus proches confidents de voir les votes intérimaire et final à moins qu’il ne soit le véritable gagnant.

Selon Africa News, en mars 2020, le président Condé a accru sa mainmise sur les électeurs en embauchant plus de 30 000 «exécuteurs» civils et en les armant de fusils et de machettes pour intimider les électeurs dans les 1 500 bureaux électoraux.
Selon Africa News, ces 30 000 forces de l’ordre, les paramilitaires et les militaires ont eu carte blanche pour intimider afin de garder les électeurs sous contrôle. Les meurtres ont déjà commencé et des centaines de milliers de personnes mourront certainement dans la période qui suivra les élections si Condé n’est pas transparent avec les résultats des élections et ne démissionne pas.
Selon le colonel à la retraite de l’armée américaine, Rick Orth, qui a servi en Afrique en tant qu’officier des affaires étrangères de l’armée américaine et défenseur de l’état de droit pendant plus de 30 ans.

Africa Guinee TV rapporte maintenant que la population guinéenne frustrée et en colère est prête à riposter avec des manifestations pacifiques et violentes qui, selon Camara, amèneront l’armée à écraser tous les rassemblements. Cela déclenchera une guerre civile génocidaire selon le colonel Orth.

Les Nations Unies, l’Union africaine et la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest et l’Union européenne ont sensibilisé et inquiété les tensions électorales et la violence préélectorale en cours, mais n’ont pas agi. Les États-Unis sont le seul espoir de transparence et de prévention du génocide, déclare le colonel Orth.

Contact médias:

Jerry Torres
Voix de confiance
Arlington, Virginie
Téléphone: 202-823-8444
Courriel: jwtorresa186@gmail.com

Apropos Amadou Diallo

Pour une Guinee libre et prospere

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »