La situation sécuritaire est devenue dramatique en Guinée avec la recrudescence des attaques à mains armées, de vol, de viol et de cambriolage.

Des bandits ont mené une attaque au marché de Koloma dans la Commune de Ratoma hier mardi 11 avril. Il était 13h quand les malfrats ont fait irruption dans une boutique de dépôt et de retrait d’argent située aux abords de la route Leprince. Ils ont mis au respect les tenanciers dont un a été blessé par balle au niveau des pieds avant de prendre l’argent trouvé sur place.

Les forces de sécurité ne sont pas intervenues pendant l’attaque. Alors que la Compagnie mobile d’intervention sécuritaire (CMIS) de Bambéto est située à moins de 10 minutes de marche ainsi que la brigade de gendarmerie de Coza (Eco 18) et le camp Alpha Yaya un peu plus loin.

Comment des bandits ont-ils pu opérer en pleine journée sans qu’aucun d’entre eux ne soit arrêté si ce n’est de l’incompétence ou de la complicité des forces de sécurité avec les malfrats? La Brigade anticriminelle (BAC 4) et la BRB basées à moins d’un kilomètre sont intervenues après que les bandits aient pris la fuite.

La situation sécuritaire est devenue d’autant inquiétante qu’il ne se passe presque pas un seul jour sans qu’on n’identifie des victimes. Lundi 11 avril, c’est un corps sans vie d’une femme qui a été retrouvé dans un caniveau à Coléah non loin du ministère de la Sécurité dans la commune de Matam. Plusieurs autres assassinats des conducteurs de taxi-moto ont été également signalés dans la capitale. Il y a moins d’un mois, un jeune lycéen habitant à Coza a été dépouillé de ses téléphones avant d’être tué dans le quartier Wanindara où il était parti salué son oncle.

Tous ces actes se sont déroulés à Conakry sans qu’on entende un seul instant les autorités en charge de la sécurité. Autant, elles sont promptes à réprimer des manifestants pacifiques, autant, elles sont laxistes dans la lutte contre l’insécurité. Au lieu de chercher des stratégies pour freiner l’insécurité, les responsables de la police et de la gendarmerie font comme si la situation n’en valait pas la peine.

On n’entend pas l’officier de communication de la gendarmerie, le colonel Alpha Barry se prononcer sur la situation. Alors que c’est lui qui a l’habitude de se précipiter dans les médias au lendemain de chaque manifestation politique pour présenter un soi-disant bilan. «Je ne suis pas au courant parce que je ne suis pas à Conakry», nous a-t-il dit au téléphone. A la question de savoir s’il pouvait nous indiquer un répondant à la gendarmerie, il dit, «je suis le seul répondant».

Où est passé le directeur nationale de la police Bangaly Kourouma? Lui, qui, au lieu de s’occuper de sa mission, se mêle dans la politique. «Alpha Condé est élu président à vie», avait-t-il déclaré en 2016 au cours d’une réunion à Nzérékoré.

Abdoul Malick Diallo
+224 655 62 00 85
dialloabdoul110@gmail.com

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here