A LA UNEPolitique

Assises préfectorales de Labé: « Il faut qu’on sorte des réactions de politique politicienne », dixit Bah Oury

Alors que les conseillers nationaux délégués aux assises ont pris leur bâton de pèlerin pour sillonner le pays aux fins de recueillir les témoignages autour des violences qui ont caractérisées le pays  dans l’optique d’une réconciliation, les assises parallèlement ouvertes dans les préfectures ont un parrain national et la préfecture de  Labé est couverte par Bah Oury.

Joint au téléphone, le jeudi 14 avril par la rédaction d’Espace Foutah/Labé, M. Bah Oury a partagé sa joie de se retrouver au contact des populations ainsi que de l’organisation faite à Labé.

À son avis les échanges ont pu ressortir les abus et pour le reste, il nourrit l’espoir que les rapports à produire  serviront à prendre les mesures qui s’imposent.

Bah Oury a rappelé que si familièrement les violences et abus connus sont physiques, il y a d’autres qui sont le manque d’école, la longue distance à parcourir pour aller apprendre par exemple qui sont aussi des injustices palpables.

À la question de savoir, s’il y a eu des témoignages qui l’ont particulièrement émus à Labé, l’ancien vice  président de l’UFDG a rappelé son devoir de réserve avant de rappeler qu’il y a des gens qui ont subi des choses et qui méritent de l’attention notamment l’assassinat de l’ambulancier de l’hôpital régional de Labé en 2020 ou encore ce citoyen qui a pris une balle au ventre et qui a spolié tous ces biens pour se soigner en vain.

A LIRE =>  Labé_ La cité de Karamoko Alpha à l’heure  des assises 

Pour les crimes de sang, Bah Oury pense que le processus  peut prendre plusieurs formes.

Certains peuvent demander l’identification des charniers contenant leurs ascendants ou fils ou proches, d’autres peuvent réclamer la justice pénale, d’autres hommes peuvent être réhabilités ou une reconnaissance nationale peut échoir à d’autres encore.

À la question de savoir, si sa tête ne dérange pas dans ces assises à Labé, bastion de l’UFDG dont il est un transfuge, le politicien a fait dans la sérénité :

« Il faut qu’on sorte de ces réactions de politique politicienne, moi j’ai été bien reçu et nous étions avec comme président de commission Mamadou Aliou Laly Diallo, maire de la commune urbaine et responsable à l’UFDG.

Labé, c’est chez moi, ma femme est de Lelouma de par son père et de Koubia de par sa mère, mes enfants ont donc des oncles dans ces lieux et ce sont mes beaux, j’ai des gens qui m’aiment ici et l’essentiel est d’aller au contact des gens, j’ai appris mieux que si je me contentais de suivre  les choses de loin; donc Bah Oury est de Labé… »

Tkillah Tounkara

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Translate »