Assemblée nationale: les députés cèdent leur place au parlement des enfants de Guinée
Noter l\'article

A l’occasion de la célébration du 28ème anniversaire de la Convention relative aux Droits des enfants, le parlement des enfants de Guinée a tenu ce lundi 20 novembre 2017, une session plénière spéciale à l’hémicycle de l’Assemblée nationale. C’est une initiative du Ministère de la Ministre de l’Action Sociale, de la Promotion Féminine et de l’Enfance en collaboration avec l’Unicef et l’Assemblée nationale.

Cette plénière spéciale axée spécialement sur les préoccupations des enfants a connu la présence des Ambassadeurs accrédités en République de Guinée, du Représentant du Chef de l’Etat auprès des Institutions nationales, du Président de l’Assemblée nationale et de certains députés.

C’est la présidente du parlement des enfants, Aïssatou Fofana qui a eu l’honneur de présider cette séance. Selon elle : « Les barrières financières et géographiques à l’accessibilité et à l’utilisation effective des services sociaux de base constituent un handicap majeur au plan d’épanouissement de tous les enfants de Guinée ».

Le parlement des enfants a saisi cette opportunité pour attirer l’attention non seulement du gouvernement, mais aussi les députés sur un certain nombre de faveurs qui entrave l’application de la convention des Droits de l’enfant. « Il s’agit entre autres, de l’accès universel des enfants à la vaccination qui est l’un des outils les plus puissant pour les enfants ; aussi de la mal nutrition des enfants, car, l’OMS estime que 60% de décès d’enfants sont liés à la mal nutrition au niveau mondial. En Guinée 31% d’enfants souffrent de la mal nutrition. Ensuite, quant à l’accès à l’éducation préscolaire, seulement 14% des enfants de 3 à 5 ans ont accès à l’éducation préscolaire » a-t-elle énumérée.

Raison pour laquelle, Aïssatou Fofana a souhaité que le financement des vaccins et coûts inhérents à la vaccination soient augmentés afin de sécuriser l’accès universel des enfants à la vaccination. Elle a également formulé le vœu que la nutrition soit dotée d’une ligne budgétaire conséquente pour faciliter l’acquisition des aliments thérapeutiques indispensables et nécessaires pour sauver la vie à environ 120.000 enfants qui chaque année, souffrent de la forme la plus mortelle de la malnutrition.

Poursuivant, la présidente des enfants du parlement a sollicité l’accroissement du financement du préscolaire notamment pour la prise en charge des éducateurs du préscolaire afin de donner aux enfants un bon départ dans la vie. Car selon elle, c’est le meilleur investissement qu’un gouvernement puisse faire.

Toutes ces préoccupations exprimées par le parlement des enfants de Guinée, sont tombées dans de bonnes oreilles. Les autorités se sont engagées à les prendre en compte. C’est le cas notamment du Président de l’Assemblée nationale, Honorable Claude Kory Kondiano : « tous les points de votre plaidoyer ont été pris en compte par vos ainés qui siègent actuellement à l’assemblée nationale. Nous ferons en sorte qu’avec vous, le budget réservé à la vaccination soit relevé », a-t-il promis.

De renchérir, la Ministre de l’Action Sociale, de la Protection et de l’Enfance, Mariame Sylla a elle aussi réitéré l’engagement de son département a œuvrer pour atteindre les objectifs : « je voudrais rassurer que l’accomplissement du potentiel de nos enfants, c’est maintenant et le moment est vraiment favorable, parce que l’enfant c’est notre avenir, il y va de la survie de cette nation » a-t-elle indiquée.

Le thème choisi cette année est : « les enfants prennent le lead », le Représentant de l’Unicef, Marc Duben a expliqué non seulement ce thème mais aussi rassuré l’implication de son institution à aider les enfants : « pour nous les priorités de l’Unicef les 5 prochaines années, c’est celles qui ont été exprimées par les enfants. Les enfants prennent le lead, ça veut dire que les enfants prennent les commandes ; c’est cette capacité qu’il faut leur donner pour qu’ils soient les vrais acteurs du développement au sein de la nation mais surtout au sein de la communauté, de la famille. Et pour prendre ce lead, il faut qu’ils soient outiller notamment à travers une bonne santé et surtout à une éducation de qualité, donc pour former les leaders de demain ça ce fait aujourd’hui », a précisé Marc Duben.

Depuis son adoption le 20 novembre 1989, la convention relative aux droits de l’enfant (CDE) est célébrée chaque année dans plus de 180 Etats et Territoires à travers le monde.

Oumar M’Böh pour Aminata.com

+224 622 624 545/666 369 744

mbooumar@gmail.com

PARTAGER