La parité entre les hommes et les femmes pendant les élections législatives, communales et communautaires était sur les lèvres de la députée de l’Union des Forces Républicaines ( UFR), Hadja Aissata Daffé, ce samedi 1er juillet 2017, au siège du parti sis à Matam. Elle l’a dit à l’occasion de la traditionnelle assemblée générale.

”Depuis très longtemps les femmes se battent pour une meilleure représentativité lors des élections”, a-t-elle dit. Selon elle, dans le code électoral amendé, il existe dans son article 129 que les 30 pourcent sont accordés aux femmes sur toutes les listes pendant les élections législatives communales et communautaires .

‘A notre fort étonnement l’arrêt de la cour constitutionnelle dit cet article est non conforme à la constitution, parce que dans l’article 8 de cette constitution il est dit tous les hommes, tous les citoyens sont égaux en droits et en devoirs. Donc il ne doit pas avoir une discrimination.

Dans cette même lancée, la députée de l’UFR au parlement guinéen, abordant toujours la même question a ajouté: “avec le quota il y a eu une discrimination bien qu’on voulait lui donner une signification positive. A partir du moment où nous représentons 58 pourcent de la population, et comme la loi est claire dessus tout le monde est égal en droits et en devoirs alors le boulevard nous est ouvert maintenant. Comme les 30% de quota sont rejetés par la cour constitutionnelle. Nous demandons purement et simplement dans échéances électorales les 50 pourcent de quota. Cela veut dire entre les hommes et les femmes le le partage du gâteau doit être équitable ”’ souligne t-elle.

Zeze enema Guilavogui pour aminata.com
Tel, 224622344542

zezeguilavogui661@gmail.com

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here