A location d’une conférence de presse ce mercredi 07 novembre 2018 à Conakry, l’ex-ministre de la communication Alhousseiny Makanéra KAKE a déclaré devant les hommes de médias   sa position et sa vision sur la politique Guinéenne.

Dans son intervention l’homme de 47 ans et président du Front National de Développement (F.N.D) a déclaré: « ma Position actuelle,  je suis membre de l’opposition républicaine qui a suspendu sa participation parce qu’il ne reconnaissant pas dans les manifestations en rapport avec l’installation des conseils communaux. Pour la simple raison ce qu’on revendique à Kindia l’opposition républicaine a fait  pire à Boke. C’est à cause de ça je ne me reconnais pas. Mais je ne  m’oppose  pas à ces manifestations. En dépit de tout cela. Je voudrai que l’Etat les permette de manifester. C’est ne pas parce que je ne suis pas d’accord avec l’idée  qu’ils ne vont pas manifester car je suis un démocrate ».

Il a poursuivi son intervention en disant : « si j’ai les possibilités de m’adresser à  la population je leur dirai de n’est pas sortir  pour manifester. La simple raison, qu’il y a des risques qu’on prend pour que quelqu’un soit maire. Si je dois prendre des risques importants allons  jusqu’au sacrifice. Il faut que ça soit pour la patrie, pour des causes nobles et juste parce que l’instauration de la démocratie, la lutte contre l’injustice, la lutte pour le  développement économie et sociale alors si je meurs dans ça je suis un martyr ».

Plus loin, il a renchéri : « si je pouvais convaincre les jeunes, je leur dit manifester c’est bon, d’ailleurs  je leur félicité. Grâce à eux nous avons obtenu ce que nous avons aujourd’hui. Mais quand même, il ne faudrait pas qu’ils acceptent d’être manipuler à tout moment qu’ils chassent quand manifester et pourquoi manifester ».

Parlant de sa vision, il  voudrait qu’il y’ait une démocratie, un chef humain qui se trompe, un chef que quelqu’un peut dire vous vous êtes trompé monsieur le chef et que le chef soit capable de comprendre qu’il s’est tromper, la deuxième chose qu’on ait des partis en Guinée qu’il ne soit pas financier seulement  par une personne. « On peut le faire si chacun acceptait de payer même 10mille GNF par an,  le parti peut avoir son patrimoine en son moment c’est le talent qui compte. Mais aujourd’hui  le parti n’a pas de patrimoine. Donc,  ce qui compte c’est ceux  qui apportent de l’argent au parti. Même si la source de cet argent est douteuse,  même criminelle. En son moment, c’est eux qui décident et même si le parti est au pouvoir vous n’aurez pas la démocratie », a conclu L’ex-ministre Makanera Kake .

Zézé Enema Guilavogui pour Aminata.com

zezeguilavogui661@gmail.com

Tel : (+224) 622 34 45 42

 

PARTAGER