orange guinee guicopres uba guinee votre
Aboubacar Soumah, leader du SLECG, syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée
Aboubacar Soumah, leader du SLECG, syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée

A peine la grève suspendue, Aboubacar Soumah met en garde le gouvernement

Le Syndicat des enseignants et chercheurs libres de Guinée (SLECG) a suspendu le mot d’ordre de la grève qui paralysait les écoles pendant trois semaines. Le leader du mouvement Aboubacar Soumah a réagi sur les accusations portées a sa personne estimant qu’il est manipulé par les politiques. Il était ce matin dans l’émission les grands gueules.

Le secrétaire général adjoint du SLECG affirme que s’il était pendant tout ce temps dans la clandestinité c’était: «une manière purement stratégique pour permettre à mon mouvement de continuer à survivre».

Au lendemain de la suspension de la grève lancée par son mouvement. Il dit être animé par un sentiment de satisfaction de tous: «les enseignants d’avoir observé le mot d’ordre de la grève depuis le 13 novembre dernier».

Poursuivant il soutient que la grève a été observée: «dans la sérénité.  J’étais en contact direct avec la commission de communication, les membres et tous les enseignants par téléphone. De fois je tenais des rencontres avec la commission de communication pour partageait des stratégies afin de peaufiner nos décisions».

Sur la question qu’il soit manipulé par les politiques il justifie qu’il était syndicaliste depuis 1993 c’est-à-dire à la création du SLECG. Donc il a assez d’expérience, je n’ai jamais été en contacte avec un parti politique. Si je le désirais: «je l’aurais fait depuis le temps de Lansana Conté, où le PUP avait tout fait pour que j’adhère à cette formation politique mais je n’ai pas accepté. Je fais l’objet de plusieurs menaces et arrestations de la part du régime Conté qui déclarait que j’étais de l’opposition. Maintenait que je suis du syndicat entant que secrétaire général adjoint je ne peux être manipulé par n’importe quel parti politique de ce pays».

Les rumeurs qui couraient pour dire que le président de la PECUD poussait le SLECG poursuivre la grève M. Soumah rétorque. «Toutes les centrales syndicales sont affluées à la PECUD y compris le SLECG ce n’est pas aujourd’hui que nous avons à mener des activités avec M. Sano. Il a cherché a rapproché toutes les parties tout le monde sait qu’il y avait une division entres les autres centrales et le SLECG y compris mon groupe. Il a joué un rôle important pour rapprocher nos points de vue avec les autres centrales».

Le syndicaliste Soumah a affirmé que: «si dans les deux mois nos revendications ne sont pas satisfaites au plus tard le mois de février nous allons reprendre la grève ça c’est indéniable»

Lamarana Diallo

+224 623 27 55 45

Flamarana94@gmail.com

Apropos Alpha Oumar Diallo

Alpha Oumar Diallo est journaliste de formation. Issu de l'Institut Supérieur de l'Information et de la Communication (ISIC), ce jeune pétri de talents et d'objectivité a travaillé dans de nombreuses rédactions en Guinée et a collaboré avec de médias étrangers. Passionné de l'écriture, il traite régulièrement des sujets d'actualité en toute impartialité et fait des analyses objectives.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »