orangeguinee guicopresse UBA
Des pneus lors d'une violente manifestation à Labé
Des pneus lors d'une violente manifestation à Labé

Retour sur les violences des trois derniers jours à Labé

Des dernières heures avant le scrutin couplé jusque tard le jour J, les scènes de violences ne se sont pas estompées à Labé parfois impulsées par les forces de l’ordre.

Tout démarré samedi quand l’un des cinq centres ciblés pour le vote en l’occurrence le palais de la Kolima a été incendié vers midi suivi au presque même moment de l’incendie de menuiseries contigües dont les victimes mettent le forfait sur le compte des forces de l’ordre puis le jour du scrutin, les choses ont pris une autre ampleur.

A 11 heures dimanche, jour du vote, les forces de l’ordre ont jeté du gaz sur le domicile de Mory Konaté en train de prendre son petit déjeuner en vociférant des ordres de se confiner, ils ont alors défoncé de portes en quête de biens à emporter devant l’échec de la tentative, ils sont repartis.

Alseny Diallo s’est vu humilié au su de tous les passant alors qu’il ne faisait que rechercher son téléphone perdu, il a été battu et dénudé, ses habits confisqués l’obligeant à trainer sa nudité dans la rue comme un fou.

Mamadou Oury Diallo a lui, assisté impuissant à l’incendie de sa moto par la CMIS dans le même quartier pourtant réputé être proche de la mouvance.

Autre quartier qui a vécu des misères, Tata, dont le bureau de vote a statistiquement été le plus nul en affluence.

Les FDS ont investi des domiciles privés pillant et frappant tout sur leur passage.

Non satisfait de cette dérive la journée, les hommes en tenue ont récidivé au crépuscule en interrompant la prière du crépuscule à la mosquée qu’ils ont abreuvé de gaz lacrymogène.

Les riverains parlent d’une dizaine de motos incendiées sur place.

A l’issue d’un calme précaire, ce lendemain de vote, la maison du candidat à l’uninominal Thierno Aliou Diallo, pressenti pour être le futur député de la ville a été incendié et à l’heure d’écrire ces lignes y retentissaient des tirs et la débandade est indescriptible.

Ousmane K. Tounkara

Apropos Alpha Oumar Diallo

Alpha Oumar Diallo est journaliste de formation. Issu de l'Institut Supérieur de l'Information et de la Communication (ISIC), ce jeune pétri de talents et d'objectivité a travaillé dans de nombreuses rédactions en Guinée et a collaboré avec de médias étrangers. Passionné de l'écriture, il traite régulièrement des sujets d'actualité en toute impartialité et fait des analyses objectives.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »