A LA UNEPolitique

Présentation de la dynamique citoyer d’appui à la transition en Guinée

DACT

Des responsables de la dynamique Citoyen d’appui à la transition

La Dynamique citoyen d’appui à la transition (DACT), est un cadre d’échanges, de partage d’expériences et de mutualisation des efforts des organisation de la société civile guinéennes qui œuvrent à la création des condition d’une démocratie participative, inclusive et apaisée à travers des élections sans violence.

  • INTRODUCTION

Depuis son accession à l’indépendance en 1958 avec les germes de partis à connotation communautariste et ethnique dans des conditions de forte hostilité de la puissance coloniale, la Guinée du régime de parti unique au multipartisme intégral a connu des ruptures d’ordre constitutionnel accueillis toutes dans l’effervessance par la population comme un nouveau départ pour son bienêtre social, économique et politique. Mais très malheusement, ces espoirs se sont graduellement estompés au fil du temps par les forces d’inerties qui ont pour constituants entre autres l’ethno stratégie, la corruption, la table rase des acquis du passé, la mauvaise utilisation des ressources humaines et les petites combines autour des chefs au détriment de ces derniers en les poussant dans le culte de la personnalité et la radicalisation. Ces forces d’inertie ont eu pour conséquences, principalement, les violations de droits humains, le recul de la morale publique/patriotisme et celui des Hommes de vertus, la paupérisation de la majorité écrasante des citoyens au profit d’une minorité qui se reconverti d’un président à un autre ou d’un régime à un autre et la fragilisation graduelle du tissu social et de l’unité nationale. 

  • BREF RÉSUMÉ CONTEXTUEL  

Le dimanche matin du 05 septembre 2021, les guinéens se sont réveillés avec une situation inhabituelle de coup de feu en plein cœur de la capitale, qui s’est progressivement traduit dans l’après-midi par un coup d’état avec la prise du pouvoir par l’armée à sa tête, le Commandant du Groupement des Forces Spéciales, Colonel, Mamady DOUMBOUYA.

Dès le lendemain de cette prise de pouvoir par l’armée, les motions de soutien ou de consentement à cette situation de renversement de pouvoir se sont succédées par les déclarations de différentes catégories socioprofessionnelles et politiques du pays.  Fortes de ce soutien,  les nouvelles autorités ont entrepris des séries de consultations nationales auprès des acteurs sociaux, politiques, économiques et culturels en vue d’échanger sur les orientations de la transition.

En dépit de cette volonté affichée de part et d’autre, force est de reconnaître que ces consultations bien qu’importantes,  au regard de la complexité et la pluralité des entités consultées, doivent être suivies  de concertations inclusives au sein des groupes socioprofessionnels et politiques pour favoriser la construction d’un large consensus autour du contenu et de la durée de la transition en Guinée. Sans perdre de vue les annonces de sanctions faites par la communauté internationale contre les nouvelles autorités ainsi que les exigences liées à la tenue des élections dans les six (6) mois à venir. Cependant, ces mesures de la Communauté internationale doivent être appréciées avec objectivité afin de la ramener à une approche d’accompagnement des guinéens dans leur transition.

C’est dans ce contexte que la synergie SYNCERE & COCEG a engagé des consultations (enquête de perception) en ligne (Google form) et physique auprès des acteurs de la société civile, les partis politiques, experts indépendants, le monde universitaire, la Diaspora et les ordres socioprofessionnels pour recueillir leurs perceptions sur l’orientation à donner à la transition.

A cet effet, après le traitement et analyse des résultats de ces consultations en termes d’axes stratégiques et d’actions induites, ainsi que les organes de transition à même de conduire ces actions, la Dynamique Synergie SYN.CE.RE & COCEG, présente la première partie, qui sera suivie d’une planification stratégique assortie de chronogramme, du Guide Citoyen d’appui à la transition comme suit :

  • BUT DU GUIDE 

Ce guide qui est le fruit d’une consultation à grande échelle auprès des différentes catégories socioprofessionnelles et politiques du pays, a pour but de favoriser la construction d’un large consensus national autour de la transition et mobiliser la communauté internationale à accompagner la Guinée à cet effet.

  • RÉSULTATS 

Ce Guide citoyen, permettra d’obtenir les résultats ci-après:

  • Les perceptions des populations sont cernées sur l’orientation et le contenu de la transition ;
  •  L’ensemble des parties prenantes de la transition ont développé un consensus sur le contenu et la durée de la transition ;
  • Les partenaires sont mobilisés et accompagnent la transition selon la volonté du peuple et les principes démocratiques;
  • CHOIX ET PORTÉE DE L’OPTION TRANSITIONNELLE
  • De la Durée de la transition :
A LIRE =>  Guinée: les nouvelles autorités ordonnent la levée des barrages excepté ceux des frontières

Il est établi que le choix de la durée des transitions a toujours fait l’objet de toute sorte de débats, parfois axés sur les agendas politiques ou géopolitiques autour des intérêts ou ambitions sectaires, loin des objectifs d’établissement des fondements d’un Etat de droit. Ainsi :

  • Tirant les leçons des deux (2) précédentes transitions en Guinée, celle longue de 1984 avec 8 ans et celle courte de 2009, qui pour toutes les deux (02), le pays s’est enfoncé d’une manière ou l’autre dans de véritables difficultés d’ordre sociétal;
  • Considérant les opinions diverses qui se construisent autour de la durée de la transition ;
  • Saluant la volonté affichée des nouvelles autorités à mener des consultations auprès des différentes catégories socioprofessionnelles et politiques du pays, ainsi que les partenaires bi et multilatéraux ;

Nous tirons la conclusion que le débat sur le nombre de mois ou d’années de la transition sans définir et s’accorder sur son contenu, est une démarche qui nous conduit droit dans les erreurs et abus.

  • De la convergence de vue avec la communauté internationale sur la Durée de la transition :

Nous estimons, que versé dans les débats stériles de condamnation de la communauté internationale face à ses déclarations de principes est une forme de créer des tensions entre celle-ci et les nouvelles autorités au grand dam des pauvres citoyens, qui en ont assez des rendez-vous ratés. De ce fait, nous estimons qu’il revient aux guinéens de donner un contenu consensuel à la transition pour en déterminer la durée, ainsi faire des plaidoyers auprès de la communauté Internationale pour son appui à cet effet.

  1. LES ORIENTATIONS STRATÉGIQUES DE LA TRANSITION

Au regard du contexte particulier de la situation exceptionnelle dans laquelle nous sommes, où presque tous les secteurs vitaux sont déliquescents et compte tenu des limites d’une transition en matière de développement, bien que tout étant considéré comme prioritaire dans le pays, cette période transitoire, si le consensus se dégage entre les parties, peut s’atteler aux axes stratégiques suivant :

Axe1. Mise en place et opérationnalisation des organes de la transition ; 

Actions induites :

Act1 – définition des organes de transition avec une composition peu politique comme suit :

  1. Un gouvernement de mission de 25 membres, en tenant compte des diversités avec des critères de compétence et d’intégrité ;
  2. Un conseil national de la transition de 114 membres, également en tenant compte des diversités avec des critères de compétence et d’intégrité ;
  3.   Un conseil/ Comité de sept (07) membres, composé d’Experts Indépendants et Enseignants Chercheurs pour la gestion de la conduite du changement et du suivi de la transition;

Act2 – Élaboration  des feuilles de routes précises en fonction du calendrier de la transition pour chaque organe et pour chacun des services/directions/départements;

NB : Ces Organes de la transition, excepté le comité de gestion de la conduite du changement et du suivi de la transition, doivent être constitué en termes de représentativité comme suit : (i) CNRD 20% ; (ii) OSC 20% ; partis politiques 20% ; Ordre socio professionnel et media 10% ; syndicats 10% ; Religieux/organisation de sage 5% ; le monde universitaire 10% et la diaspora 5%. Ces quotas doivent prendre en compte la parité et les jeunes pour un minimum de 30% chacun dans la désignation des représentants.

Axe2. La création des conditions favorables à l’Unité Nationale, la Justice et la citoyenneté :

Actions induites :

Act1 – Organisation d’un atelier de planification des Recommandations des consultations de 2016 faites par la commission provisoire de réflexion sur la réconciliation nationale ;

A LIRE =>  Éliminatoires Coupe du monde de football U20 Dames: la Guinée battue par la Sierra Leone

Act2 – Mobilisation des ressources et la mise en œuvre du plan d’actions planifier pour la réconciliation Nationale ;

Act3- Organisation des journées portes ouvertes sur la justice et le maintien d’ordre auprès des populations, les opérateurs économiques, les collectivités et administrateur pour recueillir leurs perceptions ;

Act4 – Révision et/ou Renforcement des réformes en cours pour le rapprochement de la justice et les services de sécurité à la population ;

Axe3. Promotion de la gouvernance et sécurisation des biens publics de l’Etat 

Actions induites :

Act1 – Organisation d’un audit du fichier de la fonction publique et catégorisation (fonctionnaires à la retraite ou en attente de retraite, fonctionnaires non affectés, contractuels, auxiliaires, fonctionnaires de direction,…) d’employés pris en charge par le budget national;

Act2 – le renforcement des réformes pour la modernisation et la dépolitisation, ainsi que le rajeunissement et la féminisation de la fonction publique;

Ac3 – Identification, évaluation et classification du patrimoine bâti public;

Ac4 – évaluation des ressources financières/économiques et matérielles disponibles au compte de l’état

Act5 –  évaluation des projets/programmes en cours d’exécution ou financés et exécutés, ainsi que les réserves Ressources naturelles ;

Act6 – évaluation du mécanisme de gestion du contenu local et celui de l’octroi/prélèvement et celui des redevances minières et les contributions issues de l’exploitation des ressources naturelles

Axe4. Moralisation de la vie publique politique et sociale ;

Actions induites :

Act1- organisation des états généraux du fonctionnement des partis politiques, des OSC, des organisations syndicales et professionnelles, ainsi que des medias publics et privés ;

Act2- Engager des réformes pour  répondre aux faiblesses et  déficits constatés;

Act3 – Mise en place du Haut Conseil National pour le Dialogue et la Paix, composé des personnalités de notoriété publique reconnue pour leur intégrité/probité et leur engagement pour la paix

Axe5 : Gestion et relèvement de Covid-19

Actions induites :

Act1 Evaluation des stratégies nationales de lutte contre la Covid-19 ;

Act2 Evaluation des risques et impacts socioéconomiques de covid-19 sur les politiques publiques et définition des mesures d’atténuation/mitigation

Axe6. Modernisation de l’état civil et Assainissement du fichier électoral

Actions induites :

Act1 recensement général et bio métrisation de la population, ainsi que l’informatisation de l’Etat civile ;

Act2 établissement du fichier électoral à partir de celui de l’État Civil

Axe7. Organisation des scrutins pour le parachèvement de la transition

Actions induites :

Act1 Revue documentaire des textes et lois existantes au niveau national pour leur adaptation et la vulgarisation ;

Act2- Elaboration par une commission d’experts et consultants nationaux d’un projet de nouvelle constitution ;

Act3 – Adoption par référendum de la nouvelle constitution ;

Act4 – Organisation des élections générales à savoir : les Communales, législatives et présidentielles

  • PERSPECTIVES POUR LA FINALISATION
  1. Transmission officielle du draft 1 du Guide aux nouvelles autorités, suivie d’un point de presse sur le contenu et les perspectives ;
  2. Organisation d’un atelier (OSC, organisations syndicales/patronales, PTF, partis politiques,…) pour la présentation et la planification des actions de la transition assorti d’un chronogramme pour déterminer la durée de la transition;
  3. Élaboration et transmission aux autorités et partenaires de la version 2 du guide comme version finale ;
  4. Organisation des sessions de plaidoyer auprès de la communauté internationale et les PTF pour leur accompagnement à la transition;
  5. Organisations des sessions d’information et de sensibilisation des populations pour une transition réussie et apaisée en Guinée;
  • ORGANISATIONS SIGNATAIRES

Ont signé :

Le Réseau CoJeLPaiD, LEJEPAD, FSF, COFFIG, DEPG, PNAPIC, MG+, Fondation Internationale Diériba Diaby pour la Paix, UDEC, OGDH, MERCI-Guinee, ATUJG, CONAPAID, AUDIG, APG, Parlement des Jeunes Leaders, ONG ANAD-Guinée, CROSC-Ckry, AGUIFPEG, FEGUIPAH, ACIDED,  PAYNCOP-Guinée, AGAPEL-Guinée,  JCI, WANEP-GUINEE, OCDC, ASEFCE, ADED-Guinée, RENACOT, CENAFOD, ROSE, CAPP, REGUIMAJEC, COFEL, OGELT, PJDD, COSCDM, OCDR.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Translate »
Enable Notifications    OK No thanks