Xi Jinping, président de la République populaire de Chine
Xi Jinping, président de la République populaire de Chine

Le Président chinois Xi Xing Ping avait fait une tournée africaine dans le cadre du renforcement des relations de coopérations économiques sino-africaines, mais très malheureusement le Président sénégalais avait été plus pragmatique pour recevoir la deuxième puissance économique.

La vraie question qu’on se pose.  Est-ce que l’État guinéen est réaliste par rapport à l’accord historique des 20 milliards qui avait été obtenu il y a de cela un an ? C'est une importante question. Les entreprises chinoises sont très présentes en Guinée. Des gigantesques projets tels que Chinalco qui a racheté les parts de Rio-Tinto. TBA a entamé la construction du gigantesque barrage d'Amaria et l'exploitation de la bauxite à Sontou dans Telemelé. Sans oublier, Hena Chine qui est actif à Boké. Malgré un investissement colossal en Guinée, pourquoi le président chinois a ignoré la Guinée dans sa tournée africaine ?

Depuis plus d'un an, la situation sur le terrain économique a fortement évolué. Notre pays est devenu de plus en plus frileux en ce qui est de l'assurance à l'égard des investisseurs étrangers. Des projets de grandes envergures ont été unilatéralement résiliés par la Guinée. C'est le cas de Grand casinos de Conakry.

Les fermetures sauvages des entreprises, il y en a eu. Vous vous rappelez certainement de l’usine de textiles de Sanoyah dont l’Etat avait déboursé quelques dizaines de millions de dollars suivie de la fermeture de l’usine de Yimbaya Tannerie de fabrique des produits pharmaceutiques. La fermeture des casinos et la traque de certains de ressortissants chinois par les services spéciaux de Colonel Tiegboro Camara et tout récemment la mort d’un chinois dans la haute banlieue de Conakry. Et même le contenu local défendu par les entreprises chinoises est sciemment méprise par nos décideurs.

Il est extrêmement important pour les autorités guinéennes de revoir leur copie sur quelques accords sino-guinéens pour le développement de notre pays, car la Guinée sommes très nécessiteuse de l’aide au développement de ses partenaires chinois qui n’ont pas assez de conditionnalités contrairement aux européens et aux américains.

Le gouvernement guinéen devrait profiter de cette occasion en or comme l'a fait le pays de la Teranga qui a signé plusieurs accords pouvant générer des milliards de dollars pour son développement.

Comme disent les diplomates, les pays n’ont pas d’amis ils n’ont que des intérêts. Obtenir des accords sans être capable d'élaborer des projets bancables ne peut rien aider. A cela s'ajoute, les mouvements socio-politiques qui troublent le climat des affaires en Guinée.

La réelle politique et le pragmatisme économiques doivent prévaloir sur les querelles de personnes pour faire profiter les fruits de la coopération sino -Guinéenne qui est vieux de Cinquante ans.

Ousmane Cissé pour Aminata.com

PARTAGER

1 COMMENTAIRE

  1. Je souscris à votre analyse, et il faudrait espérer que la Guinée revoit comme vous l’aviez indiqué, de bout en bout, sa copie. À mon humble avis, les résultats de la coopération entre les États sont largement tributaires de la combativité de chaque Etat à pousser ses propres pions en fonction de ses intérêts stratégiques.

    Dans les années 1960, les critères qui prévalaient dans les relations internationales entre les Etas, étaient d’ordre idéologique. En 2018, ce qui compte ce sont les critères économiques et qui sont en première ligne dans la géopolitique des Gouvernements.
     
    Samedi dernier, durant la Conférence de Presse qu’il a animée avec son homologue Chinois, au Palais de la République du Sénégal, le Président Macky Sall a déclaré que la coopération Sino-Sénégalaise a permis la mobilisation d’un montant global de plus de 1.000 milliards de FCF,soit l’équivalent de 1,739 milliards de Dollars USA rien qu’entre 2012 et 2018 !               Or historiquement parlant, c’est seulement en 2005 que le Sénégal et la Chine avaient repris leur coopération. Résultats : Le volume des échanges entre les deux pays, s’est vu multiplier par 16, selon l’Agence de presse Chinoise Xin Hua.

    Le stock des investissements non financiers directs de la Chine au Sénégal qui s’élevait à 100 millions de Dollars US (50 milliards F Cfa) en 2015, a atteint le niveau record de 1,39 milliards de Dollars US (soit 800 milliards F CFA) en 2017.Sans compter qu’avec la toute récente découverte fulgurante d’immenses gisements d’hydrocarbures dans son offshore profond, les Chinois n’entendent pas se laisser devancer au Sénégal par d’autres pays.
     
    La Guinée, devrait sur tous les chapitres de la coopération internationale, être capable d’attirer les investissements directs Chinois et surtout, d’absorber au plus vite, les meilleurs financements extérieurs dont le pays a besoin. Sans une capacité d’absorption suffisamment forte dans le pays, et l’amélioration continue du climat des affaires, même avec les 20
    milliards de Dollars US promis par les Chinois, la Guinée risque de ne pas pouvoir, tirer grand-chose de cet extraordinaire deal du siecle . L’un des plus graves handicaps en matière de financement du développement de la Guinée se trouve à ce niveau.  CONDÉ ABOU

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.