A LA UNEEconomie

Non respect des obligations légales et environnementales par  certaines sociétés minières en Guinée: la coalition PCQVP attire l’attention du CPDM

CPDM et PCQVP

Dans le cadre de leur plaidoyer qu’ils mènent pour un suivi citoyen, les responsables de la coalition Publiez Ce Que Vous Payez (PCQVP) Guinée ont échangé ce mardi 26 octobre 2021 avec Mohamed Lamine Sy Savané Directeur Général du centre de promotion et du développement minier(CPDM).

Interrogé par un de nos reporters, Docteur Alpha Abdoulaye Diallo président de PCQVP Guinée a dit que sa coalition a mené un suivi citoyen dans la sous-préfecture de Kouankan, préfecture de Macenta en Guinée forestière où elle a suivi les obligations légales et environnementales de la société Savané-Camara Mining Compagny(SavCamCo) qui a évolué dans cette localité de 2010 à 2017 selon son permis. 

« Son intervention dans cette sous-préfecture, elle a eu à mener des activités dans cinq villages. Elle a dégradé fortement l’environnement par des activités de recherche, de fouilles. Il y a eu des puits béants non restaurés. Les citoyens se sont plaints du passage de cette société. Donc, nous venons faire le Plaidoyer auprès du CPDM pour qu’il puisse prendre en compte l’avis des communautés dans les futurs renouvellement des permis. Nous allons continuer le plaidoyer au niveau du ministère de l’environnement, au bureau guinéen  d’audit à la conformité environnementale pour que dans le futur, les sociétés qui ont des permis de recherche et qui aimeraient renouveler leurs permis, avant de délivrer le certificat de conformité qu’il y ait une consultation des populations afin qu’elles puissent se prononcer par rapport aux sites dévastés, est-ce que les sites rétrocédés ont été restaurés ? Bref, vérifier si la société a respecter ses engagements, ses obligations contractuelles et obligations légales contenues dans le code minier et dans le code de l’environnement« , a-t-il indiqué.

Poursuivant, il a fait savoir que des sociétés réfractaires qui mènent des activités en dégradant l’environnement laissent des terrains non praticables pour l’agriculture et l’élevage.

« Selon les enquêtes que nous avons menées sur le terrain avec les communautés, il y a beaucoup de sociétés réfractaires qui mènent des activités en dégradant l’environnement mais qui ne restaurent pas les sites dévastés en état. Elles laissent des terrains non praticables pour l’agriculture et l’élevage. Et c’est quelque chose qui est dévastatrice de l’environnement. Nous estimons que ces pratiques doivent cesser. Ce sont des sociétés vraiment voyou qui dégradent l’environnement sans restauration. Il faut que cela cesse. Dans les nouvelles réformes, il faut que la réglementation agit à ce niveau surtout au renouvellement des permis. Ensuite, les textes déjà qui existent, il y a le code minier avec l’article 144 dont les textes d’application ne sont pas encore pris. Vous avez le code de l’environnement promulgué en 2019 avec beaucoup de textes d’application qui ne sont pas encore en vigueur. Donc, il faut que l’État se bouge pour que la législation va de paire avec la réglementation. Il faut que les textes d’application accompagnent les lois sinon les lois n’auront pas d’utilité sur le terrain« , a-t-il expliqué.

De son côté, Mohamed Lamine Sy Savané Directeur Général du CPDM, ingénieur géologue de formation et spécialiste en gestion des risques naturels, s’est réjoui de cette rencontre avec la coalition Publiez Ce Que Vous Payez Guinée. 

« Il a été question d’échanger sur certains sujets qui préoccupent la société civile. Nous avons tout d’abord expliqué la procédure d’octroi de titre Minier et les modalités de renouvellement des titres miniers. De l’autre côté, nous avons longuement échangé sur le respect des engagements par les sociétés en phase d’exploration. Nous avons mis le curseur sur une société qui disposait d’un permis de recherche depuis 2010. Il s’agit de SavCamCo qui, à date, n’a pas de titre Minier. Elle a été dépossédée par suite de non respect de ses engagements. Mais aux dires des acteurs de la société civile qui détiennent des images à l’appui, cette société a mené de façon sauvage ses activités dans cette localité. N’ayant pas un permis d’exploitation, elle s’est permis de faire des trous béants, chose que nous n’aprecions nullement. C’est d’ailleurs, le lieu de le dire, nous sommes dans la même logique que ces acteurs de la société civile. Nous tenons compte de toutes ces préoccupations. Nous avons fermement promis de faire une note technique à la haute autorité pour le respect des manquements dus à cette société mais aussi intégrer certaines notions qui préoccupent la société civile qui est le dénominateur commun pour toutes nos entités. Que ça soit les investisseurs, l’administration publique et les populations. Elle a vocation d’accompagner les parties prenantes dans le respect des engagements. L’État doit maintenir son dispositif de suivi et de contrôle et les sociétés doivent respecter leurs engagements même quand le titre Minier est expiré ou retiré », nous confie le patron du CPDM.

Avant de terminer, Monsieur Savané rassure que l’administration minière mettra tout en œuvre pour que ces manquements soient corrigés.

« Je profite de l’occasion pour remercier et féliciter Docteur Alpha Abdoulaye Diallo pour non seulement son attention mais aussi la pertinence de ses questions par rapport à la problématique de non respect des engagements par les sociétés. Nous lui rassurons que l’administration minière mettra tout en œuvre pour que ces manquements soient corrigés. Et que le suivi et le contrôle des activités à quelque niveau que ce soit, soit de mise désormais« , a-t-il promis.

Mamadou Aliou Barry

A LIRE =>  Guinée: la Journée Internationale des volontaire 2021 célébrée par le système des nations unies (SNU) et le gouvernement

(+224) 622 304 942

aliousarayabhe@gmail.com

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Translate »