Baidy Ariboté, 2e Vice-gouverneur de la Banquue centrale
Baidy Ariboté, 2e Vice-gouverneur de la Banque centrale

C’est une journée à haut risque qui s’annonce ce samedi 14 Décembre, au 19ème Rue Georges Pompidou 95170 Deuil-la-Barre.

Suite à l’appel du Collectif FNDC-Forces Vives France de marcher sur le domicile privé de Baïdy Aribot, 2ème Vice-gouverneur de la BCRG et l’une des béquilles importantes du Président de la République dans sa lutte politique, un autre groupe de compatriotes de diaspora guinéenne, composés des jeunes de Kaloum, de la jeunesse de Labé Sangni, des proches du couple et d’autres ressortissants décident à leur tour de venir au chevet de cette famille qui est confrontée injustement à une situation politique alors qu’elle en est pour rien.
Ces jeunes affirment que ni l’épouse ni les enfants de Baïdy Aribot ne doivent faire l’objet d’une quelconque persécution ou d’une chasse à l’homme basée sur des mesquineries politiques.

C’est pourquoi, face à cette situation injuste et injustifiée, ces jeunes venus de tous les horizons épris de justice et de bon sens décident de venir auprès de la famille Aribot et lui apporter tout leur soutien moral face à la menace qui pèse sur elle.
Ils annoncent leur présence eux aussi au domicile privé de Baïdy Aribot ce samedi 14 Décembre, jour prévu par l’autre frange pour répondre aux coups par coups afin d’assurer l’intégrité physique de la famille Aribot, le caractère privé et inviolable d’un domicile vis-à-vis des gens qui ne sont autres que des marchands de haine et de violence. Tous les ingrédients d’un cocktail explosif sont réunis ce samedi autour du domicile privé de Baïdy Aribot à Paris où vit sa famille (épouse et enfants).

C’est dans cette atmosphère qui présage d’énormes risques de violences entre les deux groupes rivaux que le Coordinateur National du FNDC dit ne pas reconnaître les agissements du FNDC-Forces Vives France co-piloté par le va-t-en-guerre juriste Makanera de l’UFR de Sidya Touré.

Il condamne cependant, vigoureusement toute lutte au sein du FNDC qui porte sur un débat de personne alors que l’essentiel du combat doit tourner autour des principes et valeurs républicaines.

Par ailleurs, Abdourahamane Sanoh indique que ceux qui appellent à manifester devant les domiciles privés des personnes favorables à la nouvelle constitution d’ici en Guinée ou ailleurs ne le font pas au nom du FNDC dont il a la charge de coordination.

Et c’est dans brouhaha politiques que les chevaliers de la République eux aussi ont convoqué une réunion d’urgence ce jeudi ici à Conakry pour envisager de nouvelles stratégies pour réagir proportionnellement et simultanément le même samedi de manifestations à Paris devant les domiciles de ceux qui s’attaqueront à la famille de Baïdy Aribot. C’est un Samedi de tous les risques de violences ici à Conakry mais à Paris entre des groupes qui cherchent à transporter le différend qui les oppose sur un terrain purement politique.

A qui va profiter ces violences ? Pour de nombreux observateurs, cette position belliqueuse adoptée ces derniers temps par certains cadres de l’UFR contribueront davantage à affaiblir leur parti. Et Sidya Touré ne sera qu’un gros et mauvais perdant. Car, il gagnerait mieux dans la paix que dans la division et la surenchère politique. Le règlement de compte a toujours été un mauvais Conseiller en politique. Aucun profit à maximiser derrière.
Il lui revient de tirer toutes les conséquences au moment où il n’est pas encore tard pour se racheter.
A bon entendeur, salut !

Par Fodé Oumar Sylla