Alors que le SLEC agite encore le chiffon rouge de la grève et promet de paralyser à nouveau le secteur éducatif à compter du jeudi 9 janvier, l’antenne de Labé doit faire elle, avec une crise de leadership née en décembre dernier quand une réunion impulsée par le Docteur Portos s’est mue en congrès portant l’ancien secrétaire général administratif à la place du secrétaire général Nyama Baldé.

Si les deux hommes se targuent  tous d’être le chef de file syndical du SLECG local Mamadou Oury Hawa Labico Diallo est favorable à la grève :

« Nous allons participer à la grève activement, je suis pour et nous avons reçu l’avis de grève que nous avons balancé dans toutes les directions au niveau préfectoral et régional… »

Pour l’ancien secrétaire Gnama Baldé, la grève n’est pas légitime :

« Ce n’est pas une grève légitime à partir du moment , où, le gouvernement a prévu de faire quelque chose à la fin de ce mois, je rappelle que Soumah et Portos sont à la retraite et luttent pour leur propre cause… »

Si Mamadou Oury Hawa Labico Diallo appelle son ainé et ancien mentor à faire profil bas et à rejoindre le mouvement, e dernier, Gnama Baldé dénonce une élimination systématique par la hiérarchie syndicale nationale du SLECG de tous les cadres qui maitrisent la législation syndicale.

Ousmane K. Tounkara