Ouverture de la 6ème Assemblée Générale ordinaire du CNLS
Noter l\'article

La cérémonie d’ouverture de l’assemblée générale ordinaire du comité national de lutte contre le sida (CNLS) s’est tenu ce mercredi  dans un hôtelier de la place.

Cette cérémonie a connu la présence du premier ministre chef du gouvernement, de la première dame de la République et présidente de la fondation (FCDK PROSMI), Madame Condé  Hadja Djénè  Kaba, du directeur régional de l’ONU-SIDA pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre, Dr Mamadou Diallo, du coordonateur résident du système des Nations Unis, Antony Ohemeng- Boamah, des représentants des organismes nationaux et internationaux, des ONG évoluant dans cette lancée, des représentants des familles des personnes vivants avec le VIH/Sida et plusieurs invités.

 

Dans son discours d’ouverture, le secrétaire exécutif du CNLS, Dr. Abass Diakité après s’être félicité de la présence des illustres personnalités à la dite cérémonie  rappelé le rôle  du Secrétariat Exécutif  qui est selon lui,  un organe technique du comité national de lutte contre le sida avec pour mission de traduire ses orientations politiques en actions et de coordonner la mise en œuvre opérationnelle du cadre stratégique national de cette lutte.

Dr. Diakité a dit que cette assemblée générale sera mise à profit pour aborder les points inscrits à l’ordre du jour à savoir : la validation du cadre stratégique national de lutte contre les IST/VIH/SIDA ; le lancement du plan d’élimination de la transmission du VIH de la mère à l’enfant ainsi que des nouvelles directives de l’organisation mondiale de la santé en matière de traitement antirétroviral et le cadre d’action « initiative traitement 2015 » de l’ONUSIDA.

 

Il a ensuite au cours de son discours, annoncé le budget du document qui sera soumis pour validation qui selon lui, s’élève à 2 milles milliards 989 695 376 de francs guinéens soit 459 287 396 USD. Un montant qui est à mobiliser pour la mise en œuvre efficace du cadre stratégique national. Et que ce document demeure le gage de la réussite de la riposte au sida en Guinée, a-t-il ajouté.

C’est pourquoi, il a profité pour demander aux différents acteurs et partenaires de s’impliquer dans la riposte contre le sida tout en remerciant le Chef de l’Etat, Alpha Condé pour son engagement placé à cette riposte au VIH/SIDA parmi ses priorités nationales. Car, selon lui, depuis l’avènement de la 3ème République, des progrès significatifs ont été enregistrés en matière de lutte contre le Sida dont sa contribution est passée de 2,5 milliards de francs guinéens en 2010 à 24 milliards en 2013. Et qu’avec les partenaires extérieurs notamment le fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, pour la seule année 2012 le pays a pu mobiliser 21 millions de USD pour le financement de lutte contre le sida. Ces sommes ont permis au rehaussement du nombre de malades sous traitement d’ARV de 15 000 en 2010 à 28 000 malades en 2013. Pour la même période, le nombre de centres de dépistage volontaire et anonyme est passé de 53 à 93 et les centres de prévention de la transmission du VIH mère-enfant est passé de 88 à 158 sites et celui de la prise en charge des malades de 13 à 46 sites.

 

Mais selon lui, malgré ces progrès réalisés, les défis à relevés restent immenses à savoir : l’élimination de la transmission de la mère à l’enfant du VIH, des dépistages volontaires précoces à tous les guinéens pour qu’ils connaissent leur statut sérologique du VIH ; le don de médicaments antirétroviraux  très tôt à tous ceux qui sont dans le besoin ainsi que de freiner des nouvelles infections au sein de la population. Chose qui ne peut être possible sans l’implication des structures sanitaires publiques ou privées pour atteindre la nouvelle vision mondiale de la riposte qui est : Zéro nouvelle infection au VIH ; Zéro décès au lié au VIH et Zéro stigmatisation et discrimination des personnes vivant avec le VIH, a conclut M. Diakité.

Pour sa part, le directeur régional de l’ONUDIDA en Afrique de l’ouest et du centre, Mamoudou Diallo s’est réjouit pour cette opportunité qui lui a été offerte en déclarant devant ses compatriotes guinéens d’avoir une joie immense et une fierté de s’adresser à l’assemblée et de discuter avec eux pendant des jours sur les voies et moyens de renforcer la coopération entre l’organisme onusien dont il dit avoir le privilège de diriger dans la sous région de l’Afrique de l’ouest et du centre dans l’accélération des la riposte aux VIH/Sida.

De son côté le premier ministre chef du gouvernement et président du CNLS, Mohamed Saïd Fofana, a mis l’accent sur son constat de la dotation de la Guinée d’un cadre stratégique national de lutte contre les IST/VIH/SIDA pour les cinq prochaines années.

Le premier ministre avant de déclarer ouvert les travaux de ladite assemblée, a lancé un appel aux amis partenaires au développement, de poursuivre beaucoup plus intensément leurs appuis respectifs à la réalisation du cadre stratégique national de lutte contre les IST/VIH/ SIDA 2013-2017. Car selon lui en plus des défis soulevés par le secrétaire exécutif, ils existent d’autres notamment : la mobilisation des ressources, la féminisation de l’épidémie, la prise en charge de toutes les personnes infectées par le VIH, la persistance d’actes de stigmatisation et de discrimination des personnes vivant avec le VIH.

Il a enfin souhaité que ces assises soient un point de départ d’une nouvelle dynamique d’impulsion et de renforcement du mécanisme de riposte existant.

Oumar M’Böh pour Aminata.com

666369744/622624545

Oumarmbo38@yahoo.fr

PARTAGER