orangeguinee > guicopresse

UBA Guinée

Alpha Condé, président de la République de Guinée
Alpha Condé, président de la République de Guinée

Déjeuner de presse: entre désordre et mépris, Sékhoutoureyah s’est encore foutu des journalistes

Ce vendredi 5 janvier, Alpha Condé a convié les médias à un déjeuner de presse  palais présidentiel Sékoutoureyah. Si cette rencontre était censée dissiper la vive tension née de la volonté du Chef de l’Etat de restreindre la liberté de la presse, ce déjeuner a plutôt creusé le fossé entre les deux parties. A cause, principalement d’une mauvaise organisation protocolaire.

Dès la prière de vendredi, une foule des journalistes s’est présentée devant la rentrée de Sékhoutoureyah pour répondre à l’invitation du président de la République. Le premier couac s’est produit quand la sécurité a dit qu’elle n’est pas prête à entamer la procédure de contrôle d’entrée au Palais. Après plus de vingt minutes d’attente, le service de contrôle commence à appeler les journalistes qui figurent dans la liste des invités. Dans un tohu-bohu, quelques noms sont égrenés. Au même moment un grand nombre des journalistes est arrêtés sous un soleil écrasant dans l’attente d’être appelés. Et à l’intérieur, un autre groupe envahi la petite salle de sécurité de deux mètres.

Dans une confusion totale, des noms des journalistes sont cités. Ceux qui, par malchance n’entendent pas leur nom sont vite exclus. Les journalistes qui répondent suivent une procédure lente et ennuyeuse de contrôle avant de laisser leurs effets et obtenir un badge de visiteur.

A LIRE =>  L'explosion d'un camion-citerne fait au moins 13 morts au Kenya

C’est dans ce long brouhaha qu’un jeune homme visiblement membre du protocole de la présidence vint annoncer l’arrêt totale de l’opération car dit, « le Prési est déjà dans la salle ». Pourtant un bon nombre des journalistes sont dehors. Quelques minutes plus tard un contre-ordre presse le service de contrôle de faire vite pour permettre aux journalistes de rentrer. L’agent contrôleur est paniqué car des différents ordres pleuvent sur le téléphone fixe. Il s’interroge sur quel ordre doit-il exécuter. Finalement, le dernier mot dit: « on arrête tout ». Les journalistes qui n’ont pas eu la chance de rentrer sont intimés de quitter immédiatement les lieux. Un grand nombre des scribouillards vont manquer le déjeuner de presse organisé par le Fama national.

S’agit-il d’une mauvaise organisation créée intentionnellement pour humilier les journalistes? Le service de protocole s’est-il juste illustré par son incompétence? Tout porte à croire que ce soi-disant déjeuner de presse a fait de frustrés.

Alpha Oumar Diallo pour Aminata.com

alphanyla@gmail.com

+224 656 391 976

Share and Enjoy !

Shares

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »