A LA UNENouvelles des Regions

N’zérékoré: la célébration en différé de la journée internationale de la liberté de la presse

Prévu initialement le 03 Mai, la journée internationale de la liberté de la presse a été célébrée en différé ce samedi 07/05/2022 aux environs de 17h dans l’enceinte de la maison d’exposition artisanale en présence des autorités communales, préfectorales, administrative, religieuses et d’autres responsables de services.

L’Assemblée générale des Nations unies a proclamé le 3 mai Journée mondiale de liberté de la presse ou tout simplement Journée mondiale de la presse, pour sensibiliser à l’importance de la liberté de la presse et rappeler aux gouvernements leur obligation de respecter et faire respecter le droit de liberté d’expression consacré par l’article 19 de la Déclaration universelle des droits de l’homme et marquant l’anniversaire de la Déclaration de Windhoek, une déclaration des principes de liberté de la presse mis en place par des journalistes de presse africains écrite en 1991. Pour cette année à N’zérékoré, elle a été une occasion pour les journalistes de différents médias de souligner quelques points notamment :
-la menace de certaines autorités à l’égard des journalistes,
-le mépris des textes sur le respect du droit à l’expression,
-le manque d’un local propice la presse… Le tout s’est résumé dans un discours lu par la responsable du bureau syndical des journalistes de la région administrative de N’zérékoré. Un discours lu par Makan Soumaoro.

A LIRE =>  Actualité guinéenne, résumé de la journée du Jeudi, 09 juin 2022

Prenant la parole, le gouverneur de la région forestière le général à la retraite Mohamed Lamine Keita a dit ceci, « Je suis très fier de vous journalistes de N’zérékoré. Vous faites du bon boulot et grâce à vous nos informations sont relayer. En cela je tâche en ce jour des Hommes de médias vous donner officiellement la clé du local de votre souhait, la maison de la presse de N’zérékoré »

De par le témoignage de bon nombre de personnes notamment les leaders religieux les journalistes de leur part ont aussi su qu’est-ce qu’il faut faire et qu’est-ce qui ne faut pas dans l’exercice de leur noble métier sur le terrain. A noter que la région forestière est souvent pointée du doigt, étant une région à haute tension.

C’est dans un climat de confiance, de paix et d’engagement de par et d’autres que tous ceux qui ont pris part à cette célébration de sont retirés dans la cours de la maison d’exposition artisanale.

Stéphane François TATO depuis N’zérékoré pour Aminata.com

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Translate »