Les règlements de compte au parfum ethnique envahissent les allées, les couloirs et bureaux du département des Travaux publics depuis l’arrivée du fulgurant Mohamed Traoré, se voulant se faire appeler « l’intègre » pendant qu’il traite les opposants de « … », permettez que je ne le répète pas dans ses termes ahurissants et abaissants.

Après avoir cherché en vain à maintenir en prison son planton Saliou Diallo qu’il accuse d’avoir volé une moto, le voilà qui bloque l’engin en question depuis une semaine, empêchant le pauvre de circuler avec.

Selon nos informations, le nouveau patron des Travaux publics, accusé dans des dossiers de surfacturation lors de son bref passage à la tête de la direction générale du fonds d’entretien routier, Fer, cherche vainement des poux sur le crâne rasé de son prédécesseur, Ousmane Bah.

Aux dires de nos interlocuteurs, la moto dont il est question, est payée par l’ancien ministre d’Etat pour faciliter les déplacements de son planton, logé en haute banlieue et obligé de venir le premier et de quitter le dernier les bureaux.

Dans ses tentatives d’incriminer son prédécesseur, Mohamed Traoré dont les dossiers de corruption, de vol et de détournement de deniers publics depuis les anciens régimes ne manquent pas,  soutiendrait partout que la moto en question, est une dotation destinée aux services du département. Une fausseté sans fondement ?

En attendant de revenir en détail sur certains de ces dossiers, nos sources rapportent que les 33 motos payées par le Fer sous le magistère de Fodé Kaba Diaby, ancien Dg, injustement remercié de la direction, sont bel et bien distribuées à ses ayants droit. Celles qui ne le sont pas, sont dans le magasin, à moins que le nouveau maître ne décide de les attribuer à des tiers ou de les monnayer à ses fins.

Zoom d’ Aminata.com

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here