orangeguinee > guicopresse

UBA Guinée

Ministère de l’action sociale : ouverture de la première édition sur la protection sociale 

La première édition de la conférence nationale sur la protection sociale, s’est ouvert ce mercredi 10 mars 2021, à  Conakry. Organisé par le département de l’action sociale et de l’enfance, durant deux jours les participants échangeront sur la problématique de la protection sociale, instrument de référence de reduction de la pauvreté en Guinée.
Dans sa communication, la matrone du Ministère de l’action sociale et de l’enfance, Hadja Assata Daffe,  a fait savoir que son département dont la lettre de mission repose sur l’inclusion de tous et la protection des entités souvent oubliées a souhaité faire le point de la situation. « Le but de l’exercice est de parvenir à relever les forces de notre système, identifier les insuffisances et goulots d’étranglement et enfin, susciter des mesures de correction ».
Selon elle ,cette protection sociale est au rang des meilleures voies de lutte contre la pauvreté et la vulnérabilité. Raison pour laquelle » grâce à la disponibilité et l’engagement indubitable du gouvernement guinéen, le conseil des Ministres a adopté la Politique nationale de Protection sociale, le 13 juin 2017 dans un contexte de démarrage du PNDES I ».
Et, dajouter :<< La Politique nationale de Protection sociale qui est partie intégrante du PNDES en son pilier 3, à savoir, le Développement inclusif du capital humain, est bâtie autour de six axes stratégiques qui sont : la sécurité sociale, l’accès au travail et à un emploi décent ; l’amélioration des conditions de vie des pauvres et des plus vulnérables ;  l’accès aux services de santé et à l’éducation ; l’accès à la sécurité alimentaire et à la nutrition ; l’accès aux logements sociaux ; la prévention et la gestion des crises et catastrophes>>,.
Pour la première responsable du ministère de l’action sociale et de l’enfance , chacun de ces axes met explicitement un accent sur l’inclusion sociale et économique de tous les guinéens, mais plus particulièrement sur celle des plus pauvres et vulnérables.
Pour conclure , elle a interpellé les partenaires techniques et financiers notamment l’UNICEF, le PUNUD, la banque mondiale, le PAM et toutes les autres institutions raccompagné le gouvernement dans son élan de développement. À combattre la pauvreté et à réduire les effets de la vulnérabilité.
Zeze Enema Guilavogui pour aminata.com

Share and Enjoy !

Shares

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »