Rate this post

L’Association des Journalistes pour la Transparence dans les Industries Extractives et Economique (AJTIE-Guinée), a organisé une conférence débat, ce jeudi 1er juin 2017 à Conakry. Cette rencontre a pour thème : « Comment un guinéen à la tête de la compagnie des bauxites de Guinée (une multinationale) a pu éviter la faillite ».
Cette conférence débat initiée par l’association des journalistes pour la transparence dans les industries extractives et économique (AJTIE-Guinée), a pour objectif de former et d’interpeller les hommes de medias à s’intéresser aux investigations pour l’instauration de la transparence dans les industries extractives.

Devant plusieurs membres de l’association, le conférencier, Kemoko Touré, ancien directeur général de la CBG, a expliqué aux journalistes les méfaits de la corruption dans le secteur extractive : « La corruption c’est le pire des compagnons des pays en voie de développement .Puis que, la corruption prélève de l’intérêt commun au profit de l’intérêt particulier qui, eux-mêmes ne servent à rien. Par ce que l’intérêt particulier ne peut s’investir dans le pays. Puis que c’est le produit de la corruption, donc il faut absolument que les personnes qui sont chargées de conduire nos secteurs de développements soient au dessus de tout soupçon ou alors nos comportements corruptifs soient sanctionner de manière claire, complète et public, pour que ces personnes sanctionnées servent d’exemple aujourd’hui. »

Selon Kemoko Touré, l’ancien directeur général de la CBG, pour éviter la corruption il faut œuvrer enfin d’éliminer tous les facteurs de détournements et des conflits intérêts ; la création d’une organisation qui sépare les fonctions celui qui permettra à une personne de sécuriser ; de contrôler le secteur minier. D’autres mesures qu’il a avancés c’est d’assurer une surveillance accrue de différent circuit au sein de l’entreprise pour éliminer un survole dans le secteur.

Et d’ajouter que : « Le deuxième aspect faire comprend le message qui a été compris par les travailleurs que nous pouvons faire mieux tous ce que nous faisons sur le point de la productivité .le troisième point c’est négocier avec les partenaires sur le point de contrat qui pouvait être davantage pour la société ».

Zeze Enéma Guilavogui pour aminata.com
Tel : 622344542
Zezeguilavogui661@gmail.com

PARTAGER

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here