A LA UNEJustice et Droit

Menace de mort contre le procureur Aly Touré de la CRIEF: le parquet de Conakry déjà sur les enquêtes

Le procureur spécial près la Cour de Répression des Infractions Economiques et Financière (CRIEF), a fait sujet de menaces de morts suite à la visites des inconnus à son domicile sise à Ratoma, en la date du 03 mars 2022. À son réveil du petit matin aux environs de 6 heures, a trouvé quelques feuilles éparpillées çà et là, sous la porte d’accès au salon. On pouvait lire sur ces petits bouts de papiers des messages comme: ‘’ Aly Touré tu as touché à l’intouchable’’, ‘’laisse nous tranquille sinon…’’, une seule balle suffira.

Dans son communiqué numéro 329 lu ce lundi, 07 mars 2022 devant des journalistes et hommes de droit, le Procureur Général près la Cour d’Appel de Conakry, a indiqué que lumière sera faite autour de cette présumé menace de mort, proférée contre Aly Touré, procureur spécial près la Cour de Répression des Infractions Economiques et Financières (CRIEF). Déjà selon Alphonse Charles Wright, son parquet a été saisi d’une plainte du concerné contre x portant à sa connaissance des faits présumés de menace dont il a fait preuve.

« A la requête de M. Aly Touré, il est écrit qu’au petit matin du 03 mars 2022, aux environs de 6 heures du matin à son réveil, a trouvé des papiers qui ont été glissés par des personnes n’ont identifiées sous sa porte d’accès à son salon sous lesquels sont écrits des mots et menace de mort comme : ‘’ Aly Touré tu as touché à l’intouchable’’, ‘’laisse nous tranquille sinon…’’, une seule balle suffira », a rapporté le procureur général.

A LIRE =>  Elhadj Ousmane Baldé ''sans loi'' rétabli dans ses droits

Devant les médias, le procureur de Conakry a soulevé plusieurs interrogations, devant permettre la facilitation desdites enquêtes.

«Comment ces écrits ont pu atterrir au domicile ? A partir de quoi ces menaces ont commencé ? Ces questions sont réservées aux enquêteurs et le parquet aura un regard de surveillance par rapport à cette procédure, parce que nous le disons c’est déjà une peine perdue d’oser espérer que ce sont des menaces qui mettront fin aux poursuites devant la CRIEF », a dit Charles Wright.

A l’en croire, l’intention au-delà de toute forme de procès de porter atteinte à la vie d’un magistrat, est une circonstance aggravante. Il a tout de même précisé que ces menaces de mort ont été proférées contre le procureur Aly Touré dans l’exercice de ses fonctions. Ce qui ne l’a pas empêché de faire un lien avec cette menace et les multiples dossiers sur le détournement des deniers publics qui sont en cours au niveau de la CRIEF.

« Les magistrats sont formels sur le principe selon lequel, toute affaire judiciaire obéira forcément aux règles de procédures et des droits des personnes concernées », a-t-il lâché et de poursuivre : « ça ne sert à rien de penser pouvoir dissuader des magistrats convaincus de la pertinence de leur mission pour dire qu’on a gagné sur la justice. Et, la violence n’a jamais eu raison sur la justice».

A LIRE =>  Enseignement Supérieur: la circulation des Bus Universitaire annoncée pour ce lundi dans le ‘’Grand Conakry’’

Avant d’aller aux termes de sa communication, Charles Wright n’a pas manqué de souligner que le magistrat dans l’exercice de ses fonctions, a besoin de la protection de l’État. Il d’ailleurs annoncé que les mesures sont déjà prises dans le cadre de la sécurité des magistrats qui évoluent au niveau de la CRIEF.

Procureur Aly Touré de la CRIEF

Prince KOUNDOUNO

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Translate »