La démission du président de l’Union des Forces du Changement (l’UFC), le weekend dernier au sein de l’opposition Républicaine, continue à faire couler des salives de certains cadres de cette alliance. Ce lundi matin, l’ancien ministre de la communication guinéenne, Alhousseiny Makanera Kaké a affirmé dans l’émission les grandes gueules d’espace Fm qu’il n’a pas été surpris de la décision d’Aboubacar Sylla.

Pour lui, c’est le mois, le jour ou l’heure qu’il ne connaissait pas pour le départ du porte-parole de l’opposition républicaine.

«Aboubacar Sylla a rencontré le président de la République et il aurait demandé le poste du premier ministre. Les deux ont pris des engagements l’un a demandé d’affaiblir l’opposition et l’autre a dit que si l’opposition s’affaiblissait il sera premier ministre. Quand il dit que l’opposition se résume à l’UFDG c’est là, où son argument ne coller pas il a été élit sur la liste de l’UFDG et c’est maintenant qu’il se rend compte que l’opposition se résume à l’UFDG».

Makanera Kaké poursuit que si M. Sylla est revenu lorsqu’il était parti pour la première fois, c’est parce qu’il n’était pas rassuré.

«Vous savez les élections locales sont des enjeux importants pour Alpha Condé. Donc il est entrain de faire beaucoup de promesses, il promet à tout le monde. Le président  n’a pas de problèmes de promesses parce que s’il ne les réalise pas ce n’est un problème pour lui».

Il a ajouté aussi d’avoir pitié du président de la République: «quand j’entends Alpha Condé parlé  de ce qui se passe en Lybie j’ai pitié de lui. Il oubli que ce qui se passe chez nous est pire par rapport à ce qui se passe en Lybie. Quand tu vois quelqu’un courir vers toi c’est qu’il y a de l’espoir. Et quand tu le vois courir pour te quitté ça veut dire qu’il a peur, donc la peur qui est en Guinée est plus dangereuse que ce qui se passe en Lybie. C’est pourquoi quand vous regardez les guinéens sont plus nombreux que les autres pays en tête des listes. C’est parce que malheureusement il y a un désespoir et cette situation ne fait que renforcer l’opposition».

L’ancien ministre de la communication a conclu par dire que pendant qu’il y a des chefs de gouvernement âgé de 31 ans en Europe, il y a des marchands d’illusions qui font portés l’espoir sur un homme qui dépassé 80 ans.

Lamarana Diallo

+224 623 27 55 45

Flamarana94@gmail.com