AfriqueCultureEconomieEducation

L’ONU et l’UA se préparent pour le Mois de l’Amnistie en Afrique 2022 – Septembre

Les personnes qui remettent volontairement leurs armes et munitions illicites ne seront pas arrêtées ni poursuivies en justice.

En 2017, l’Union africaine (UA) a proclamé le mois de septembre de chaque année « Mois d’amnistie en Afrique pour la remise et la collecte des armes légères et de petit calibre illicites » (ALPC), et pour encourager un large soutien aux efforts visant à mettre fin à la contrebande d’ALPC ainsi qu’à faire avancer l’initiative de l’UA « Faites taire les armes en Afrique » d’ici 2030. 

L’UA a exhorté ses États membres à poursuivre les initiatives « Faire taire les armes » tout au long de l’année afin de maintenir l’élan acquis en septembre.

Les communautés économiques régionales d’Afrique, les autres organismes panafricains et les organisations de la société civile sont également encouragés à faire largement connaître le Mois de l’Amnistie en Afrique afin de promouvoir la participation des citoyens.

Cette année, le Bureau des affaires de désarmement des Nations Unies (UNODA) prévoit de soutenir les activités d’amnistie au Libéria, en Tanzanie et au Togo.

Dans chaque pays, les activités de sensibilisation du public et de collecte des armes sont coordonnées respectivement par la Commission nationale sur les armes légères du Libéria (LiNCSA), le coordinateur du point focal national sur les armes légères et de petit calibre de la Tanzanie et la Commission nationale de lutte contre la prolifération, la circulation et le trafic illicites des armes légères et de petit calibre (CNLPAL) du Togo.

A LIRE =>  Guillaume Hawing ferme sur les frais d'inscription et de réinscription : « nous sommes obligés en tant que département, de faire respecter ce consensus »

Pendant le mois d’amnistie, les personnes qui remettent volontairement leurs armes et munitions illicites ne sont pas arrêtées ni poursuivies. Mais ceux qui ne remettent pas ces armes après la fin du mois, s’ils sont pris, seront probablement poursuivis conformément aux lois nationales.

Cette année, le Bureau des affaires de désarmement des Nations Unies (UNODA) prévoit de soutenir les activités d’amnistie au Libéria, en Tanzanie et au Togo.

Le programme est l’occasion d’augmenter le nombre d’armes enregistrées et de protéger les gens de la violence armée, selon Ivor Richard Fung, chef adjoint de l’UNODA.

Le premier mois d’amnistie, en septembre 2017, a vu des activités au Burkina Faso, en République centrafricaine, à Madagascar, au Soudan et en Zambie. En décembre 2019, l’Afrique du Sud a lancé une amnistie de six mois sur les armes légères et de petit calibre et a collecté plus de 46 000 armes pendant cette période.

En 2020, l’UNODA a aidé à mettre en œuvre l’initiative du Mois de l’amnistie en Afrique dans sept pays – Burkina Faso, Cameroun, République centrafricaine, Côte d’Ivoire, République démocratique du Congo, Éthiopie et Kenya.

  1. Fung a déclaré en 2020 que l’intention du mois d’amnistie n’était pas de juger ou d’accuser les gens de porter des armes illégalement. C’est pourquoi on l’appelle le programme d’amnistie car il n’y a pas d’accusations, d’actions en justice, de charges ou de sanctions.
A LIRE =>  Autonomiser les femmes pour augmenter la sécurité de l'eau en Afrique

L’année suivante, l’UNODA a soutenu la mise en œuvre du Mois de l’Amnistie en Afrique à Madagascar, au Niger et en Ouganda. Financé par l’Allemagne, le programme de 2021 a été mis en œuvre avec le soutien du Centre régional pour le contrôle des armes légères dans la région des Grands Lacs, la Corne de l’Afrique et les États limitrophes (RECSA).

Il s’est terminé en avril 2022 par un événement public au cours duquel 1 497 armes ont été détruites.

La prolifération des armes légères et de petit calibre illicites et leur utilisation dans différentes régions d’Afrique ont entraîné d’innombrables décès, des souffrances humaines indicibles, des déplacements de population, la perturbation des activités économiques et des moyens de subsistance et la destruction d’infrastructures essentielles, autant de facteurs qui entravent les efforts visant à créer une Afrique pacifique et prospère, comme le prévoit l’Agenda 2063 – le plan de transformation de l’Afrique.

 

Par: 

Sydney Murphy

Pour plus d’informations sur COVID-19, consultez le site https://www.un.org/fr/coronavirus

Afrique Renouveau

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Centre de préférences de confidentialité

Necessary

Advertising

Analytics

Other

Translate »