Les portefaix  et  autres  manutentionnaires étaient  en  grogne  dimanche  dernier.

Ils ont  suspendu toute  activité pour tenter  de  cerner les conditions  d’un traitement meilleur  de  la  part  des  commerçants  à  qui  ils  louent leur  service.

Thierno Abdoulaye Baldé est le  patron des portefaix :

« Il y a des  bruits  qui  courent autour  de  la récurrence de l’insécurité, quand  on  m’a  mis  qu  courant, j’ai appelé  à cette  réunion pour  qu’on  explore  des  pistes pour  la  protection  de  nos  biens  et  la  nôtre aussi… »

Le président de la chambre régionale de commerce Elhadj Amadou Daka Diallo souhaite que les portefaix  aient  une  structure faitière  unique qui sera l’interlocutrice avec laquelle  toute négociation  sera  entamée.

Cette entité existe  à en  croire Thierno Abdoulaye Baldé  qui estime qu’une  autre rencontre  est  prévue avec  la  chambre  régionale  de  commerce qui assure  qu’il  n’en  tient  qu’aux  portefaix pour  qu’elle serve  de  médiateur  entre  eux et  les commerçants.

A noter que  pour  une  tonne de marchandises débarquée , les portefaix  ont  à peine  8000 francs.

                                                                                                                           Ousmane K. Tounkara

 

PARTAGER